En mémoire . . .
Portrait de Delvaux Paul
"J'ai vécu tous mes tableaux pendant que je les exécutais."
  Notes de biographie              
Piste bibliographique
A lire sur l'artiste :
« Hommage à Paul Delvaux », Cat. d'exposition, Liège, Musée Saint-Georges, 1977
« Delvaux », catalogue d'exposition, Martigny, Fondation Pierre Giannada, 1987
« L'aube sur la ville », J. Meuris, Isy Brachot Editeur, 1990
« P. Delvaux, sa vie », Guy Carels, Fondation P. Delvaux, Sint-Idesbald, 2004
A lire de l'artiste :
« De l'animal à l'homme. Rencontre avec Delvaux », G. Lippert, Ed. Blondé, 1997
Catalogue(s) raisonné(s)
*« Paul Delvaux, l'oeuvre gravé », Mira Jacob, Ed. A. Sauret, Monaco, 1967
Das Graphische Werk », Mira Jacob, Ed. A. Sauret, Monaco, 1976
*« Catalogue de l'oeuvre peint », M. Butor et autres, Ed. La Bibliothèque des Arts, Bruxelles, 1975
Site web
Oeuvre déjà vendue par la galerie

Estampe, lithographie, gravure, Delvaux Paul

Dernière mise à jour pour :
Clin d'oeil à
Sandrine Richard
Coup de coeur
De Chirico Giorgio
Cimaises
Atelier Lacourière & Frélaut


Voir les oeuvres de :






Delvaux Paul
Quelques notes de biographie ...

estampe, lithographie, gravure, dessin, livre illustré
estampes, lithographies, gravures, dessins, livres illustrés
signature manuscrite de Delvaux Paul
SURREALISME /1924-1969 / Oscar Dominguez, Marcel Duchamp, Yves Tanguy, etc.
REALISME MAGIQUE /1935-1980 / Pierre Roy, Albert Carel Willink, Grant Wood, etc.

Affiche d'exposition Delvaux Paul 
  Quelques notes de biographie . . .
"Jusqu'au plus profond des désirs... Quand une porte se ferme, une autre s'ouvre." - Cervantés
Delvaux Paul dans son atelier
Affiche / P. Delvaux devant sa toile


Toutes les affiches


Paul Delvaux est né à Antheit-lès-Huy (Belgique) en 1897. Il fait des études à l’Académie des beaux-arts de Bruxelles de 1920 à 1924 (Atelier de Constant Montald). Il y reçoit l’influence des courants impressionniste et expressionniste. Paul Delvaux marque très tôt de l’intérêt pour le dessin et pour l’étude de la musique. Il expose, en 1924, avec les artistes du groupe « Le Sillon », groupe qui rassemble des artistes influencés par l’impressionnisme.














En 1934, l’exposition « Minotaure » du Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, qui présente des oeuvres de Magritte, Ernst, Dali ou de Giorgio de Chirico, lui révèle le surréalisme. Paul Delvaux sera, dans les années 30, l’un des artistes les plus en vue de ce mouvement. Le surréalisme représente pour lui l’esprit de liberté. L’artiste, dès cette période, met en place une iconographie personnelle, sans doute autobiographique, qu’il déclinera tout au long de son oeuvre. Delvaux peint des personnages masculins vêtus et, par opposition, des jeunes femmes nues ou très dévêtues. Il situe ses personnages, véritables effigies, dans les décors de ruines antiques ou des jardins architectoniques. Un ensemble de « signes » viennent le plus souvent compléter ce monde onirique : colonnes, noeuds, crânes, squelettes, arbres ou miroirs ; Delvaux éprouve une attirance pour les objets mystérieux qu’il place dans un univers inquiétant.















L'univers insolite créé par Paul Delvaux est poétique et érotique, un univers de « réalisme magique » où le désir fait loi. On lui doit également des compositions d’inspiration religieuse. De 1965 à 1966, Paul Delvaux sera président et directeur des beaux-arts de l’Académie Royale de Belgique ; c’est la période où l’artiste réalisera ses premières lithographies.
La Fondation Delvaux est créée en 1980 ; deux ans plus tard, un musée rassemblant une série de toiles caractéristiques de son évolution est ouvert à Saint- Idesbald.

Paul Delvaux est mort en 1994 à Furnes (Belgique), où il s’était installé en 1969.