En mémoire . . .
Portrait de Richter Hans
"Vu d'une étoile heureuse, l'univers doit ressembler à une mélodie de formes et de couleurs."
  Notes de biographie              
Piste bibliographique
A lire sur l'artiste :
« Hans Richter », H. Read, Griffon, Neuchâtel, 1965
« Hans Richter, dessins et portraits dada », Musée de l'Abbaye Ste-Croix, 1978
« Dada et les dadaïsmes », coll. Folio Essais, Gallimard, Paris, 1993
« H. Richter », Das Graphische Werk, Akademie der Kunst, Dresde, 1974
A lire de l'artiste :
« Dada : Kunst und Antikunst », 1964 / « Hans Richter by Hans Richter », 1971
Catalogue(s) raisonné(s)
Non réalisé à ce jour
Site web
Oeuvre déjà vendue par la galerie

Estampe, lithographie, gravure, Richter Hans

Dernière mise à jour pour :
Clin d'oeil à
Sandrine Richard
Coup de coeur
De Chirico Giorgio
Cimaises
Atelier Lacourière & Frélaut


Voir les oeuvres de :






Richter Hans
Quelques notes de biographie ...

estampe, lithographie, gravure, dessin, livre illustré
estampes, lithographies, gravures, dessins, livres illustrés
signature manuscrite de Richter Hans
DADAÏSME /1916-1924 / Erwin Blumenfeld, Marcel Duchamp, Otto Freundlich, Marcel Janco, Kurt Schwitters, Sophie Taueber-Arp, etc.
timbre postal de Richter Hans
Etude de timbre / MC
Voir tous les timbres
Affiche d'exposition Richter Hans 
  Quelques notes de biographie . . .
"J'ai, dès le tout début, considéré le cinéma comme un art moderne." - Hans Richter
Richter Hans dans son atelier
Affiche d'exposition / Hans Richter


Toutes les affiches


Hans Richter est né à Berlin en 1888 et s'est éteint en Suisse en 1976. Il fit ses études à l'Académie des Beaux-Arts de Berlin (1908), puis à l'Académie de Weimar (1909). Les expositions du « Blaue Reiter » et du premier « Herbstsalon » en 1913 lui permettent d'entrer en contact avec l'art moderne. Il soutient le manifeste futuriste de Marinetti et fait partie du groupe expressionniste munichois constitué autour de la revue « Die Aktion ».

Blessé de guerre en 1916, il rejoint la Suisse et devient aussitôt actif parmi le groupe dada. Tzara lui fait connaître le peintre Eggeling avec lequel il va partager une grande communauté de conception sur l'avenir de la peinture. Richter collaborera en 1920 à la revue « De Stijl », comme il participera aux activités de la « Novembergruppe » qui visait à la reconstruction de l'Allemagne dans un esprit de justice et « l'union la plus intime de l'art et du peuple ».

De 1923 à 1926, il publie (avec W. Graeff et Lissitsky) la revue « G » (Gestaltung), surtout dédiée au film abstrait, à laquelle collaborèrent de nombreux dadaïstes (Arp, Tzara, Man Ray, Kurt Schwitters, etc.) et les tenants du constructivisme russe (Lissitsky, Naum Gabo, Pevsner, etc.). Il semble que Hans Richter cesse toute activité artistique de 1926 à 1940.














En 1940, il part pour les Etats-Unis. A New York, il sera professeur au City College, puis directeur du Film Institute. Plusieurs expositions personnelles ont réuni son oeuvre, parmi lesquelles on notera, en 1982, une rétrospective itinérante de son travail dada à Berlin, Munich et Zürich. En 1944, Hans Richter réalisa (avec Duchamp, Max Ernst, Calder, Man Ray et Fernand Léger) le long métrage « Dreams that money can buy », devenu célèbre pour ses séquences abstraites en couleurs. Richter aura été un peintre de laboratoire, comme il aura été un cinéaste de laboratoire.