Pascin Jules Julius Pascin, Montparnasse, hommage, estampes Champetier
Background Image
Image

A la mémoire de ...

Image

Jules Pascin

1885-1930

A l'âge de 45 ans, le 2 juin 1930, Pascin se suicide dans son atelier du 36, boulevard de Clichy. Tous ses amis viennent lui dire adieu. Kisling couche le mort sur le plancher devant le tableau “l’Enfant prodigue” ; Simone, Claudia, Jacqueline, Zina, Léa, Thérèse, Fernande, ses modèles devenues ses amies sont là également. Le 7 juin, pendant son enterrement, toutes les galeries de Paris sont fermées en signe de deuil. Pascin repose au cimetière Montparnasse (28ème division), sur la tombe est gravé un poème d’André Salmon : “Homme libre héros du songe et du désir de ses mains qui saignaient poussant les portes d’or esprit et chair Pascin dédaigna de choisir et maître de la vie il ordonna la mort”. Nous déposons, en hommage, un oeillet sur sa tombe.


Des dits ou des écrits

Pic

"Je ne tiens pas à démontrer, comme l'ont fait les grands maîtres, que je peux peindre et dessiner comme tous ceux qui m'ont précédé. Je ne fais pas de peinture pour les musées." - Julius Pascin

Pic

"Ses nostalgies sont multiples. Parfois, le mal du pays le prend, le mal de quel pays ? Il ne sait pas, mais il a besoin de partir et d’errer, et alors il quitte Montmartre pour l’Algérie ou l’Allemagne." - Yvan Goll

Pic

"La spontanéité, l'instant, c'est un art en soi. Si je fignole, ça perd son sens." - Julius Pascin

Pic

"Son atelier se trouve au 5e étage, celui des artistes, là où ne monte pas le tapis rouge grenat de l’escalier ; la verrière donne au nord sur la Butte, et au sud sur le boulevard, d’où l’on entend les bruits de la fête foraine plusieurs fois dans l’année ; un atelier, une cuisine, et une chambre, avec dans l’entrée, un escalier en colimaçon menant à une basse soupente, le domaine du chat Coco macaque, où les dessins s’entassent." - André Roussard, galeriste, éditeur

Pic

"Oeuvre de souffrance et de doute, oeuvre que brûle la fièvre, c’est tout au long une grêle et insistante musique de nostalgie, une lamentation des corps sans joie, sans équivalence dans la peinture contemporaine." - Roger Brielle (1933)

Pic

"Pascin, pierrot lunaire et prince charmant, tour à tour grand seigneur et clochard, a quitté volontairement ce monde pour descendre au royaume des ombres." - Waldemar George