Background Image

Notre coup de coeur

ォ Campigli la ruche サ de Massimo Campigli

Image Image Image Image

Image

Massimo Campigli

ォ Campigli la ruche サ de Massimo Campigli

Coup de coeur Avril 2019

Album de 1952, texte de Jean Paulhan, illustr de dix lithographies originales sign馥s de l'artiste.

En 1949, Jean Paulhan offre son ami Massimo Campigli un beau texte pour la revue XX鑪e Si鐵le. ォ Campigli la ruche サ touche tant le peintre qu'il envisage d'en faire le support d'un album de dix lithographies. ォ La collana サ, ォ L'abbraccio サ, ォ Donne ai telai サ, ォ Donne a Ischia サ, ォ Donne al tavolino サ, ォ Gioco con il filo サ* . . ., les grands th鑪es de l'artiste y sont r騏nis, dans un ensemble tout en d駘icatesse et harmonie.
La Ruche, b穰ie en 1902, Campigli l'a certainement connue. Il d饕arque Paris en 1919 en qualit de correspondant du Corriere della Sera, et s'installe tout pr鑚, rue Daguerre. La cit d'artistes du passage Dantzig, haut-lieu de la cr饌tion artistique de ce tout d饕ut de si鐵le, doit son nom aux ateliers dispos駸 en alv駮les autour d'un escalier central. La ruche, c'est aussi l'ensemble des cellules dans lesquelles les abeilles s'affairent, r駸olument d馘i馥s leurs t稍hes. C'est enfin cet espace, o le f駑inin r鑒ne, comme dans les tableaux de Massimo Campigli. Le monde des femmes, d鑚 l'enfance, l'artiste en a fait son miel, par l'observation de ces cr饌tures laborieuses ou des idoles de mus馥s visit駸 avec ferveur. Les petites statuettes, l'abri de vitrines, veill馥s par des cerb鑽es imposants, nourrissent ses r黐es ; dans ses songes, il dispose ses 駘ues dans les loges d'un th鰾tre imaginaire que le regard embrasse depuis la sc鈩e. Mais le petit gar輟n puise aussi ses d馥sses parmi les dames 駱i馥s leurs travaux d'aiguille, celles de Settignano qui confectionnent des tresses pour les chapeaux de paille, les femmes corset馥s et par馥s, dignes d'馮ards exclusifs, et pour autant, quel que soit leur statut social, toutes demeurent enferm馥s dans des codes stricts, dont le myst鑽e le fascine.

Les femmes de Massimo Campigli n'ont rien de l'attitude fig馥 et inqui騁ante des femmes de Paul Delvaux. Leur fixit est adorable, hors du temps. ォ On dit que mes visages sortent des limbes サ, dit-il. Leur allure retenue, leur connivence, leur rigoureuse simplicit nous procurent un plaisir familier, un r馗onfort aux confins de la nostalgie. A y regarder de plus pr鑚, c'est toujours un m麥e visage qui hante le peintre, la qu黎e obsessionnelle d'une r駑iniscence. ォ Je ne cherche pas la vari騁, mais le sujet parfait, le sujet que je puisse peindre l'infini, comme Morandi ses bouteilles サ. (Massimo Campigli, Scrupoli, 1955)

* ォ Le collier サ, ォ L'embrassade サ, ォ Femmes aux m騁iers tisser サ, ォ Femmes Ischia サ, ォ Femmes au gu駻idon サ, ォ Le jeu avec le fil サ


Tous nos coups de coeur