Background Image

Kurt Seligmann

"Je suis fasciné par la précision et la grâce des lignes gravées."

Pic

Pic

Quelques notes de biographie

Kurt Seligmann naît à Bâle (Suisse) en 1900. Il a à peine dix-huit ans lorsqu’il participe à sa première exposition collective à la Kunsthalle de sa ville natale ; il y exposera régulièrement. Seligmann suit des cours à l’Ecole des Beaux-Arts de Genève où il rencontre Pierre Courthion. Il se lie d’amitié avec Alberto Giacometti en 1920. Après un retour à Bâle, il part pour Paris où il étudie dans l’atelier d’André Lhote, puis pour l’Académie de Florence.
Il entreprend de nombreux voyages au début des années 30, dont un en Grèce avec Le Corbusier. De retour à Paris, Kurt Seligmann devient membre d’Abstraction-Création ; il est ami avec Jean Arp. L’artiste participe à de nombreuses exposition de groupe (Salon des Surindépendants à Paris, Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, etc.). Sa première exposition personnelle sera organisée à la Galerie Jeanne Bucher (Paris) en 1932. Il fait la rencontre d’André Breton (dont il s’éloignera onze ans plus tard). Seligmann se lie au groupe surréaliste. Il expose dans d’importantes galeries (Milan, Rome, Londres, Tokyo, etc.).
Après un long voyage de noces autour du monde, il s’installe à Paris (son voisin est Salvador Dali !). En 1938, il rapporte de Colombie Britannique un totem de 16 mètres de haut qui, depuis lors, trône devant le Musée de l’Homme à Paris. Cette même année, Kurt Seligmann participe à l’Exposition Internationale du Surréalisme, Galerie des Beaux-Arts, à Paris. Il participera à l’illustration des oeuvres complètes de Lautréamont (avec Brauner, Dominguez, Ernst, Man Ray, Masson, Matta, Miro, Paalen et Tanguy).
La guerre venue, Seligmann part pour les Etats-Unis en 1939 et se fixe à New York, où il exposera désormais régulièrement. Il achète une ferme à Sugar Loaf (Etat de New York) et y installe sa presse à gravures ; Tanguy et Calder viendront travailler chez lui, Robert Motherwell sera son élève. Il faut préciser que l’artiste tirait lui-même ses gravures, jusqu’en 39 à Paris sur les presses de Tanneur et avec son aide, puis tout seul sur sa propre presse aux Etats-Unis. En 1942, il fait la connaissance de Duchamp, Man Ray, Miro et Tanguy et participe aux célèbres expositions « Art of this Century » chez Peggy Guggenheim ou « First Papers of Surrealism » et « Artists in Exile » à la Galerie Pierre Matisse.
En 1943, est publié son vaste ouvrage « Le Miroir de la Magie », somme de ses recherches permanentes sur les sciences occultes. Kurt Seligmann sera encore beaucoup exposé, il enseignera l’histoire de l’art, la peinture et la gravure au Brooklyn College (1953-1960).
En 1960, il quitte New York pour s’installer en permanence à Sugar Loaf. C’est là, en 1962, qu’il est victime d’un accident ; l’artiste est retrouvé mort devant sa maison, son fusil à ses côtés.

Je trouve souvent que le blanc et noir suffit comme stimulation des inventions et variations sans limites. Kurt Seligmann

Les artistes s'affichent

L'art et les artistes s'affichent : manifestes, galeries, musées, expositions personnelles ou collectives. Sur les murs ou dans les vitrines, sages ou rebelles, les affiches préviennent, argumentent, montrent. Certaines ont été composées spécialement par un artiste pour tel ou tel événement, d'autres austères n'ont que la lettre.

Quelques unes ont été créées en technique lithographique, la plupart sont de simples reproductions offset. Nombreux sont ceux qui aiment à collectionner ces rectangles d'art, papier brillant ou papier mat, monochromes ou en jeux de couleurs, de beaucoup de mots ou presque muettes.

Nous sommes heureux aussi de pouvoir saluer, par le biais de cette rubrique, des galeries mythiques comme celles de Denise René, Louis Carré, Claude Bernard, Berheim Jeune, Maeght, Pierre Loeb et d'autres encore.

Pic

Catalogue(s) raisonné(s)

Catalogue(s) raisonné(s)
Tous les catalogues raisonnés

Piste bibliographique & autres

A lire sur l'artiste :
  • « Abstraction-Création », revue, 5 n°, Ed. Les Tendances nouvelles, 1932-1936
  • European Artists Teaching in America », cat. Addison Gallery, Mass., 1941
  • « Artists in Exile », cat. d'expo. coll., Pierre Matisse Gallery, NY, 1942
  • « First Papers of Surrealism », cat., Ed. C. C. of French Relief Societies, 1942
  • « Derrière le Miroir n° 19 », Ed. Maeght, Paris, 1949
  • « Encyclopédie du surréalisme », R. Passeron, Somogy Ed. d'Art, 1975
  • « K. Seligmann, Ausstellung », cat. Galerie Schreiner, Bâle, 1978
  • « K. Seligmann, Leben und Werk », S. E. Hauser, Scwabe & Co Verlag, Bâle, 1997
  • « The Grove Encyclopedia of American Art, », J. M. Marter, vol. 1, Oxford U. Press, 2011
  • « Kurt Seligmann - Monograph », S. E. Hauser et autres, Ed. Weinstein Gallery, 2015
A lire de l'artiste :
  • « Le Miroir de la Magie », Ed. Fasquelle, Paris, 1956 (Nomb. Editions)
  • « Kurt Seligmann, planches gravées », Ed. Galerie Berggruen & Cie, Paris, 1998
Site internet :
Aucun site internet dédié à cet artiste.

En savoir plus :


Mouvements de l'art

+ SURREALISME / 1924-1969 / Marcel Duchamp, Dora Maar, Kurt Schwitters, Taro Okamoto, Antonio Berni, etc.
+ ABSTRACTION-CREATION / 1931-1938 / Etienne Béothy, Frantisek Kupka, Piet Mondrian, Sophie Taeuber-Arp, Georges Vantongerloo, etc.
Tous les mouvements de l'art

Voir & découvrir

Au-delà des oeuvres actuellement en stock, il m’a semblé utile de vous donner à voir ou à connaître d’autres oeuvres de l'artiste. Ces pièces, vendues ou retirées de la vente, ont été dans le stock de la galerie dans un passé récent.

Cette rubrique vous permettra de mettre une image sur un titre ou l’inverse, ou tout simplement d’en découvrir un peu plus sur l’oeuvre de l'artiste. Quelle que soit la raison, pour le plaisir des yeux ! Michelle Champetier

Voir et découvrir