En mémoire . . .
Portrait de Friedlaender Johnny
"J’aime à retrouver les trésors mordorés des vieilles alchimies oubliées."
  Notes de biographie              
Piste bibliographique
A lire sur l'artiste :
« J. F. », B. Geerbrant, In « Dict. des artistes contemporains », 1964
« J. F., œuvre gravé 1961-1965 », M.-P. Fouchet, R. Hänssel, NY, 1965
« Friedlaender », C. Dorny, Art & Métiers du livre, Paris, 1991
« J. F., du noir à la couleur », Galerie de Condé, Paris, 1994
A lire de l'artiste :
Catalogue(s) raisonné(s)
Radierungen, 1930-1972 », Vol. I de l'oeuvre gravé, R. Schmücking, Verlag Galerie Schmücking, 1973
Radierungen, 1973-1976 », Vol. II, R. Schmücking, Verlag Galerie Schmücking, 1977
Radierungen, 1977-1981 », Vol. III, R. Schmücking, Verlag Galerie Schmücking, 1982
Radierungen, 1982-1988 », Vol. IV, Verlag Galerie Peerlings, 1988
Radierungen, 1988-1992 », Vol. V, F. Rupp et W. Schmidt, Verlag Galerie Peerlings, 1999
Site web
Oeuvre déjà vendue par la galerie

Estampe, lithographie, gravure, Friedlaender Johnny

Dernière mise à jour pour :
Clin d'oeil à
Anne Turlais
Coup de coeur
Appleby Théodore
Cimaises
Atelier Lacourière & Frélaut


Voir les oeuvres de :






Friedlaender Johnny
estampe, lithographie, gravure, dessin, livre illustré
estampes, lithographies, gravures, dessins, livres illustrés
Quelques mots de Mr Bernard Viarouge
Toulon, 9 juillet 2006

C’était un homme secret, très secret et discret, presque impénétrable, d’un abord qui semblait difficile. Il parlait peu. Je l’ai connu à l’occasion d’un travail qu’il a fait pour un livre réalisé avec Mr Gadilhe (Ed. Les Bibliophiles de Provence), avec lequel j’ai travaillé un temps. Nous sommes devenus amis et je ne manquais jamais de le rencontrer lorsque je venais dans la capitale. Il était très méticuleux. Je l’ai vu donc peindre, en dehors des gravures il peignait, c’était très curieux ; il préparait un dessin au fusain sur sa toile. Il commençait son tableau, par exemple dans un coin en haut à gauche, et avançait sans jamais y revenir. Un seul jet ! C’était dans son atelier, un espace qui lui était réservé à l’atelier de gravures Georges Leblanc - 187, rue Saint-Jacques – l’atelier existe toujours, dirigé alors par Maurice Lallier, aujourd’hui par son fils Pierre ; vous avez une porte cochère, là il y a un jardin et vous avez plusieurs pièces, il y a des presses lithographiques . . . c’est un ensemble consacré à l’art de la gravure. C’est là que Jacques Villon a réalisé de très nombreuses gravures. Johnny Friedlaender était vraiment à cette époque la locomotive de l’atelier. Il y avait des artistes comme Coudrain et bien d’autres encore. Quand Friedlaender avait fini une planche, il faisait dix mètres et donnait son cuivre à un compagnon pour qu’il fasse un essai. Lorsque les deux hommes tombaient d’accord, on procédait au tirage. Je me souviens que « La Pieta » de Villeneuve-les-Avignon était son tableau préféré (Voir « Coup de Coeur » à Stanley William Hayter), il en avait une reproduction sur le mur de son atelier. C’est une toile merveilleuse d’Enguerrand Quarton, un peintre du XV° siècle, qui est maintenant au Louvre. Chaque fois que je vais à Paris, je vais voir ce tableau. Johnny Fiedlaender adorait la musique classique, Bach par exemple. La musique à mon avis tenait un rôle très important dans son travail de graveur. Nombre de ses gravures sont d’inspiration musicale. Je pense à la suite de 8 planches qu’il a réalisé inspirées par la musique du compositeur Carl Orff auteur de Carmina Burana. Friedlaender tenait beaucoup à son deuxième prénom Gothart, il pensait alors au retable d’Issenheim chef d’œuvre de Matthias Gothart Grunewald. Je laisse la parole à Johnny Friedlaender : « Dans la vie prochaine je serai claveciniste ou pianiste ou violoncelliste Le soir entre chien et loup, dans un jardin, je jouerai des suites pour violoncelle de Bach. C’est exactement ce que je vais faire . . . mais dans la vie prochaine ! ». Le hasard a fait que j’étais à Paris le jour de son enterrement. Il avait choisi d’être incinéré. *** Bernard Viarouge, visiteur du site et collectionneur

Dédicace d'un catalogue d'exposition par l'artiste ***
*** Collection B. Viarouge / Ce document, aimablement confié, n'est pas à la vente



Galerie Michelle Champetier
52, Avenue St Jean - 06400 - Cannes - France

Tél : 04.93.68.11.45 - (étranger : 334.93.68.11.45)
Portable : 06.11.54.08.93
Fax : 04.92.59.13.95 - Email : mc@mchampetier.com


accueil - présentation - stock - nouveautés - livres & dlm - coup de coeur - clin d'oeil
cimaises
- mosaïque - achat - estimation - glossaire - contact - salons & news - liens