En mémoire . . .
Portrait de Braque Georges
"Ce qui est entre la pomme et l’assiette se peint aussi et il me parait aussi difficile de peindre l’entre-deux que la chose."
  Notes de biographie               coup de coeur
Piste bibliographique
A lire sur l'artiste :
« Le monologue du peintre », G. Charbonnier, Julliard, 1959
« Braque, la peinture et nous », Dora Vallier, Seuil, 1982
« Georges Braque, vie et œuvre », B. Zurcher, Nathan, 1988
« Georges Braque, rétrospective », J.-L. Prat & autres, Fondation Maeght, 1994
A lire de l'artiste :
« Entretiens, notes et écrits sur la peinture », André Verdet, Galilée, 1978
Catalogue(s) raisonné(s)
L'oeuvre graphique », Ed. Gerd Hatle - La Guilde du livre (Lausanne, Suisse), 1961
Braque lithographe », Fernand Mourlot, André Sauret, 1963
*« L'opera completa di Braque », M. Carra, Rizzoli Editore, Milan, 1971
*« Tout l'oeuvre peint de Braque, 1908-1929 », M. Carra, Ed. Flammarion, Paris, 1973
Braque, Donations Laurens », 2 Vol., Ed. Château-Musée de Dieppe, 1973 et 1974
Braque, l’oeuvre gravé », Dora Vallier, Ed. Flammarion, 1982
*« L'oeuvre cubiste, 1907-1914 », N. Worms de Romilly, Maeght Editeur, 1982
*« Braque, oeuvre gravé », Maeght Editeur, 1989
Site web
Oeuvre déjà vendue par la galerie

Estampe, lithographie, gravure, Braque Georges

Dernière mise à jour pour :
Clin d'oeil à
Sandra Corallo
Coup de coeur
Hockney David
Cimaises
Atelier Lacourière & Frélaut


Voir les oeuvres de :






Braque Georges
estampe, lithographie, gravure, dessin, livre illustré
estampes, lithographies, gravures, dessins, livres illustrés
Interview de Mme Jeannine Quiquandon ***
Paris, le 15 Octobre 2005

- Ah Braque ! J'ai mille souvenirs avec Braque. Quand je suis allée le voir à (Varencheville), il y avait eu une chose très drôle, on est allé faire un tour en voiture, c'était pas, non c'était pas une Rolls, qu'est-ce-que c'est la voiture comme la Rolls ? Une Bentley non ? Oui, ça devait être une Bentley. On est parti, puis on est allé voir les plages et il m'a dit : « Vous voyez là, je passe mon temps à regarder les gens qui ramassent les cailloux et autrefois il y avait des charrettes avec des chevaux, des chevaux de labour, et ils ramassaient les énormes cailloux sur les plages de la Manche ». J'ai dit : « Mais qu'est-ce qu'ils font de ces cailloux ? ». Je crois qu'ils les écrasaient et faisaient des espèces de mortier pour les maçons et Braque adorait ça, il allait voir très souvent ces gens, imaginant sans doute encore les chevaux et les charrettes. Ses yeux semblent retourner dans le présent de cet instant. - Je me souviens d'une fois où l'on va chez lui, il y avait une superbe cheminée et, l'heure du repas arrivant, il se met à faire des côtelettes d'agneaux dans la cheminée. Il me dit : « Vous savez ce qu'il y a de rigolo, c'est qu'un jour il y a des américaines qui sont venues ici et je leur ai fait, comme à vous, des côtelettes d'agneaux sur un grill, » et il me dit : « Elles sont repartis pour l'Amérique et elles m'ont envoyé un grill électrique parce qu'elles ont pensé que j'étais trop pauvre pour pouvoir m'en acheter un ». Rire. - Avant de faire « L'ordre des Oiseaux » de Saint John Perse avec Braque, j'avais déjà fait un premier livre avec lui, « Espaces » un album de reproductions, j'avais fait une ou deux gravures. On était très amis, il y avait une grande amitié entre Braque et moi, il m'aimait beaucoup, il me tapait dessus, il adorait me taper dessus parce qu'à l'époque j'étais communiste et lui était farouchement anti-communiste, alors quand on commençait des discussions politiques, il me disait : « Taisez-vous » et il me tapait dessus. Rire. - Mais il était chic mon Braque, c'était un merveilleux vieillard avec ses cheveux blancs, des boucles blanches, et puis ce teint, cette allure, et puis d'une grande gentillesse et alors quand j'allais dans son atelier c'était extraordinaire parce que, autant quand je suis allée une ou deux fois dans l'atelier de Picasso, je suis allée souvent chez Picasso, mais l'atelier on y allait pas souvent, on s'y sentait mal à l'aise, tout en les admirant on se sentait agressé par les peintures de Picasso, tandis que quand on était chez Braque il y avait une espèce de sérénité qui sortait de ses toiles, on serait resté là des heures et des heures plongé dans une espèce de quiétude extraordinaire. Il était d'une extrême gentillesse. *** Jeannine Quiquandon, Editrice, "Au Vent d'Arles".

Photographie originale et dédicace ***
*** Collection privée / Ces documents ne sont pas à la vente.



Galerie Michelle Champetier
52, Avenue St Jean - 06400 - Cannes - France

Tél : 04.93.68.11.45 - (étranger : 334.93.68.11.45)
Portable : 06.11.54.08.93
Fax : 04.92.59.13.95 - Email : mc@mchampetier.com


accueil - présentation - stock - nouveautés - livres & dlm - coup de coeur - clin d'oeil
cimaises
- mosaïque - achat - estimation - glossaire - contact - salons & news - liens