En mémoire . . .
Portrait de Music Zoran
"Je peins avec un minimum de moyens. Il y a une sorte de silence qui est peut-être un aspect caractéristique de mon travail."
  Notes de biographie              
Piste bibliographique
A lire sur l'artiste :
« Zoran Music », J. Grenier, Ed. Le Musée de Poche, Paris, 1970
« Zoran Music », Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, 1972
« Zoran Music, l’oeuvre graphique », J. Clair, MNAM, Paris, 1988
« Zoran Music », Cat., Galeries Nationales du Grand Palais, Paris, 1995
A lire de l'artiste :
« Nous ne sommes pas les derniers », Cat., Musée des Beaux-Arts de Caen, 1995
Catalogue(s) raisonné(s)
Das graphische Werk 1947 bis 1962 », Rolf Schmücking, Galerie Schmücking Verlag, Braunschweig, 1962
Das graphische Werk 1947-1981 », Rolf Schmücking, Ed. Schmücking, Braunschweig, 1986
*« L'oeuvre peint 1970-1995 », Vol. II, Z. Music, Paris, 1995
L'oeuvre imprimé », D. Frélaut, Ed. Archives Music Venezia et Terra Ferma, Crocetta de Montello, 2010
Site web
Oeuvre déjà vendue par la galerie

Estampe, lithographie, gravure, Music Zoran

Dernière mise à jour pour :
Clin d'oeil à
Anne Turlais
Coup de coeur
Appleby Théodore
Cimaises
Atelier Lacourière & Frélaut


Voir les oeuvres de :






Music Zoran
Quelques notes de biographie ...

estampe, lithographie, gravure, dessin, livre illustré
estampes, lithographies, gravures, dessins, livres illustrés
signature manuscrite de Music Zoran
DES « SINGULIERS » /XXème siècle /
timbre postal de Music Zoran
Etude de timbre / MC
Voir tous les timbres
Affiche d'exposition Music Zoran 
  Quelques notes de biographie . . .
Ce ne sont pas les yeux qui travaillent mais ce qu'on porte en soi. Il faudrait pouvoir travailler les yeux fermés. Zoran Music
Music Zoran dans son atelier
Affiche / Zoran Mucic dans son atelier


Toutes les affiches


Zoran Music est né en 1909 à Gorizia en Dalmatie (ancienne Autriche-Hongrie, aujourd'hui pour partie en Italie et pour partie en Slovenie). Après, au début des années 30, des études à Maribor, puis aux Beaux Arts de Zagreb - où son professeur lui fit découvrir les oeuvres de George Grosz et d’Otto Dix -, il entreprend plusieurs voyages (Italie, Espagne, Paris). Au Prado à Madrid, où il s’installe un temps (1935-36), Music effectue des copies des tableaux de Goya, du Greco et de Vélasquez.

De 1936 à 1941, l’artiste se fixe à Curzola (Dalmatie), où il étudie les icônes et les fresques d’inspiration populaires. Sa première exposition personnelle a lieu en 1938. Music visite l’Autriche et la Pologne, puis se fixe à Venise (1942).

Accusé d'appartenir à la Résistance, il est arrêté à Venise et déporté à Dachau de 1943 à 1945 ; là, il réalise, au risque de sa vie, une centaine de dessins décrivant ce qu'il voit. Cette période de captivité et de souffrance déterminera toute son oeuvre à venir.















De retour à Venise en 1945, malade, il reprend les motifs d'avant guerre des toiles presque abstraites inspirées de paysages et de scènes de sa région natale dans une gamme de couleurs brunes, ocres et orangées et commence une série d'autoportraits. Après des séjours à Venise et en Suisse, il s'installe à Paris en 1952, tout en conservant un atelier à Venise. Se suivent les cycles des « Terres dalmates » (1958), du « Motif végétal » (1972), des « Paysages rocheux » (1976), des « Paysages de Venise » (1980), des « Intérieurs de cathédrales » (1984). Si l’artiste est en quête de silence et de sérénité, il ne peut résister au souvenir obsédant de la déportation.














Entre 1970 et 1975, Zoran Music reviendra sur le camp où il a séjourné. Il grave et peint alors une série intitulée "Nous ne sommes pas les derniers". Il y a un paradoxe entre la beauté, l’extrême sensibilité de la facture, et l’insoutenable que représente l’artiste.

En 1972, le Musée d'Art Moderne de la ville de Paris consacre la première grande rétrospective à Zoran Music. En 1995, il fait partie de la sélection française pour le centenaire de la Biennale de Venise, Biennale où l’artiste avait exposé une première fois en 1948. Il partage alors son temps entre Paris et Venise.

Zoran Music, à l’âge de 96 ans, s’éteint à Venise en 2005. Proche de Schiele, de Kokoschka mais aussi de Goya, Zoran Music est l'héritier des peintres du corps douloureux et souffrant. C'est armé de toute la palette de ses instruments d’artiste qu'il a pu nous transmettre son témoignage.