En mémoire . . .
Portrait de Agam Yaacov
"Je suis allé à la recherche du premier geste de la première expression de l'humanité ..."
  Notes de biographie              
Piste bibliographique
A lire sur l'artiste :
« Hommage à Agam », Revue XX° siècle n°56, Ed. L. Amiel, Paris, 1980
« Agam », Frank Popper, Ed. Harry N. Abrams, New York, 1983
« Art and Judaism », B. Mandelbaum, Ed. Keter, Jerusalem, 1985
« The Agam Haggadah », Gefen Publishing, Jerusalem, 1993
A lire de l'artiste :
« Yaacov Agam », Ed. du Griffon, Neuchâtel (Suisse), 1962
Catalogue(s) raisonné(s)
Non réalisé à ce jour.
Site web
Oeuvre déjà vendue par la galerie

Estampe, lithographie, gravure, Agam Yaacov

Dernière mise à jour pour :
Clin d'oeil à
Sandrine Richard
Coup de coeur
Miro Joan
Cimaises
Atelier Lacourière & Frélaut


Voir les oeuvres de :






Agam Yaacov
Quelques notes de biographie ...

estampe, lithographie, gravure, dessin, livre illustré
estampes, lithographies, gravures, dessins, livres illustrés
signature manuscrite de Agam Yaacov
ART CINETIQUE et OP'ART (OPTICAL ART) /1955-1968 / Jesus Rafael Soto, Nicolas Schöffer (Art cybernétique), Larry Poons, Bridget Riley, etc.

Affiche d'exposition Agam Yaacov 
  Quelques notes de biographie . . .
"Nous voulons développer chez le spectateur une forte capacité de perception et d'action." - Manifeste d'Art Cinétique (1963) "Assez de démystification"
Agam Yaacov dans son atelier
Affiche / Agam dans son atelier


Toutes les affiches


Yaacov Agam est né en 1928 dans ce qui deviendra plus tard Israël. Au hasard de la vie, il s’installe à Paris en 1951. Il ne parle alors pas la langue française, ne connaît personne, n’a aucune introduction. Il y vit difficilement, mais finit par rencontrer quelques grands peintres comme Chagall ou Léger.

Agam s’intéresse déjà à l'introduction du temps et du mouvement dans l'art. Il participe en 1953, Chez Craven, à une première exposition. Remarqué, il fait partie de ceux qui seront invités à présenter leur travail à l’exposition « Le mouvement » (Vasarely, etc.), organisée en 1955 par la Galerie Denise René (L’artiste continue encore aujourd’hui a y être exposé). C’est le véritable départ d’une reconnaissance de son art.
L'art cinétique d'Agam précipite alors la peinture dans le mouvement. Agam nomme « la quatrième dimension » la nouvelle notion qui introduit le temps et le mouvement dans l’art, nouvelle dimension qu’il veut spirituelle et conceptuelle. Elle se définit dans le temps réel, entre ceux qui regardent et des manipulations optiques ou cinétiques. Agam rencontre Brancusi, cette rencontre s’avère décisive. Il décide de ne plus « fixer arbitrairement » le contenu de ses toiles, recherchant maintenant sans cesse à présenter de nouveaux espaces visuels, la « mobilité dans l’immobilité ». Agam, tout au long de sa vie artistique, sera exposé en France et à l’étranger, en galeries comme dans les musées les plus prestigieux. Le "salon Agam" daté de 1974 (« L'antichambre des appartements privés du Président Pompidou ») inscrit l’artiste dans une certaine histoire de l'art psychédélique des années 70.

Bien que sans doute un peu exclu du cénacle de l’art contemporain, son oeuvre en constant mouvement, composé d’une multitude de pratiques (peinture, oeuvre graphique, architecture, théâtre, cinéma, sculpture, numérique, etc.) est internationalement reconnu.