En mémoire . . .
Portrait de Velickovic Vladimir
"La violence en réalité, la réalité violente, était toujours pour moi une sorte de double imposé. "
  Notes de biographie              
Piste bibliographique
A lire sur l'artiste :
« Velickovic », Marc le Bot, in Opus Int., n°69, Ed. Georges Fall, Paris, 1978
« Velickovic », Xavier Xuruguera, in Cimaise Arts actuels, n°239, Paris, 1996
« Karton », Michel Onfray, Ed. Thalia, Paris, 2006
« La peinture de Vladimir Velickovic », Michel Onfray, Ed. Galilée, 2007
A lire de l'artiste :
« L'atelier de V. V. », entretien avec E. Artaud, Ed. Thalia, Paris, 2009
Catalogue(s) raisonné(s)
* « Estampes 1967-1986 », Irina Subotic, Galerie de la Collectivité Graphique, Belgrade, 1987
* « Dessins 1957-1979 », texte Alain Jouffroy, Ed. Acatos, Lausanne-Paris, 1996
*  « Dessins 1980-1997 », texte Alain Jouffroy, Ed. Acatos, Lausanne-Paris, 1996

Site web
Oeuvre déjà vendue par la galerie

Estampe, lithographie, gravure, Velickovic Vladimir

Dernière mise à jour pour :
Clin d'oeil à
Dominique Bonneval
Coup de coeur
Chagall Marc
Cimaises
Atelier Lacourière & Frélaut


Voir les oeuvres de :






Velickovic Vladimir
Quelques notes de biographie ...

estampe, lithographie, gravure, dessin, livre illustré
estampes, lithographies, gravures, dessins, livres illustrés
signature manuscrite de Velickovic Vladimir
ARTISTES D'AUJOURD'HUI /XXème siècle /
NOUVELLE FIGURATION /1960-1980 / Valerio Adami, Eduardo Arroyo, Erro, Jacques Monory, Bernard Rancillac, etc.
timbre postal de Velickovic Vladimir
Etude de timbre / MC
Voir tous les timbres
Affiche d'exposition Velickovic Vladimir 
  Quelques notes de biographie . . .
Le silence de la peinture - de sa peinture - ne doit pas empêcher qu'on demande au corps tout entier qu'il participe à la fête proposée par l'artiste. Même si cette fête se donne au bord des précipices. Les hommes creusent leurs charniers ; le peintre se contente de les éclairer de sa lumière noire.  Michel Onfray

Velickovic Vladimir dans son atelier
Affiche / Vladimir Velickovic


Toutes les affiches


Vladimir Velickovic est né à Belgrade (Yougoslavie) en 1935. Il est diplômé de la Faculté d'architecture de cette ville. Le jeune homme se destine cependant à la peinture et réalise sa première exposition personnelle en 1963. Il travaillera à Zagreb dans l'atelier du peintre Krsto Hegedusic (1962-1963). Velickovic reçoit le Prix de la Biennale de Paris en 1965, Paris où il s'installera l'année suivante. Il y sera révélé dès 1967 par une exposition à la galerie du Dragon et apparaît aussitôt comme un des artistes les plus importants du mouvement de la Figuration narrative.

Si les tous premiers essais datent de la jeunesse de l'artiste (linogravures et eaux-fortes des années 1952-53), son oeuvre graphique prend son véritable envol en 1968, année où Vélickovic réalise ses premières sérigraphies. Très tôt, l'artiste participera à des manifestations internationales d'art graphique (Paris, Tokyo, Biennale de Ljubljana, Belgrade, etc.). Comme dans son oeuvre peint, le monde ténébreux et effrayant de Vladimir Velickovic contient en lui-même son antidote : la vitalité, la force et la dignité. L' oeuvre graphique de Velickovic se compose à la fois d'estampes isolées, mais aussi de très nombreuses planches réalisées dans le cadre du livre illustré (ou du portfolio) pour lequel on sait l'intérêt que porte l'artiste.














L'artiste représentera la Yougoslavie à la Biennale de Venise en 1972. Nommé professeur, il sera chef d’atelier à l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris pendant 18 ans (de 1983 à 2000). Il a été, en 2007, Commissaire du Pavillon de la Serbie à la Biennale de Venise.














Témoin, dans son enfance, des atrocités commises par les nazis en Yougoslavie, sa peinture exprime la douleur et la violence de cette mémoire. Au début des années soixante, Vladimir Vélickovic détermine les thèmes qui figureront de manière permanente dans son œuvre. Il peint des hommes ou des animaux (le plus souvent des rats ou des chiens) dont les corps sont confrontés à des situations dramatiques et terrorisantes. « Je tente avant tout de laisser une cicatrice dans la mémoire du spectateur du tableau » dit l'artiste.














Velickovic a voué sa peinture à la représentation du corps ; déchiré, mutilé, secoué par des douleurs atroces, voué à d’épuisantes courses sans issue, éventuellement métamorphosé en chien ou en rat, le corps de l’homme est un champ d’investigation inépuisable pour l'artiste.

Vladimir Velicković a réalisé de nombreuses expositions personnelles à travers l’Europe et reçu de prestigieux prix pour le dessin, la peinture et la gravure. En outre, son oeuvre est présente dans les fonds des plus grands musées internationaux (Athènes, Belgrade, Bruxelles, Chicago, Helsinki, Londres, Paris, New York, etc). Membre de l’Académie Serbe des Sciences et des Arts, membre de l’Académie des Beaux-Arts - Institut de France, Vladimir Velickovic est Commandeur des Arts et des Lettres et Chevalier de la Légion d’Honneur. Il vit et travaille à Paris.