En mémoire . . .
Portrait de Matsutani Takesada
"J'ai tant à apprendre des matériaux que j'utilise. "
  Notes de biographie              
Piste bibliographique
A lire sur l'artiste :
« Les Miroirs Metaphysiques de Matsutani », A. Jouffroy, Kaneko Art, Tokyo 1982
« Gutaï », coll., cat. d'exp., Gal. Nationale du Jeu de Paume, RMN, Paris, 1999
« Waves », A. Jouffroy et autres, cat., Otani M. A.M., Nishinomiya, Japon, 2000
« Matsutani Stream », cat. d'exposition, Museum of Modern Art, Kamakura, 2010
A lire de l'artiste :
« In the Kansai », Kenneth White, dessins Matsutani, Ed. A. Arichi, Paris, 2010
Catalogue(s) raisonné(s)
Non réalisé à ce jour.
Site web
Oeuvre déjà vendue par la galerie

Estampe, lithographie, gravure, Matsutani Takesada

Dernière mise à jour pour :
Clin d'oeil à
Dominique Bonneval
Coup de coeur
Chagall Marc
Cimaises
Atelier Lacourière & Frélaut


Voir les oeuvres de :






Matsutani Takesada
Quelques notes de biographie ...

estampe, lithographie, gravure, dessin, livre illustré
estampes, lithographies, gravures, dessins, livres illustrés
signature manuscrite de Matsutani Takesada
ARTISTES D'AUJOURD'HUI /XXème siècle /
timbre postal de Matsutani Takesada
Etude de timbre / MC
Voir tous les timbres
Affiche d'exposition Matsutani Takesada 
  Quelques notes de biographie . . .

La même rivière coule sans arrêt, mais ce n'est jamais la même eau. Kamo no Chōmei (poète japonais du XII° siècle)

Matsutani Takesada dans son atelier
Affiche d'exposition / Takesada Matsutani


Toutes les affiches


Takesada Matsutani est né en 1937 à Osaka (Japon). Adolescent, il fréquente l'école d'art municipale de sa ville natale ; il y étudie la peinture traditionnelle japonaise et la technique du pigment et de la colle à os (Nihonga). Atteint de tuberculose, il passera huit années de sa vie chez lui, le plus souvent alité. De l'expérience de cet isolement, il tirera ses premiers croquis. Très tôt, il recevra la double influence de la culture traditionnelle japonaise et de l'art occidental. Le surréalisme le marquera, puis l'art informel introduit au Japon par la critique d'art Michel Tapié.

En 1959, Sadamasa Motonaga le met en contact avec le groupe Gutaï, groupe qu'il va rejoindre ; Matsutani prend une part très active dans ce premier mouvement d'avant-garde japonais de l'après-guerre affilié à l'art occidental, premier mouvement japonais à connaître un succès international et qui ouvrit la voie à l'art contemporain de ce pays. En 1966, l'artiste part étudier à Paris. Il entre l’année suivante dans l’Atelier 17 que mène Stanley William Hayter, dont il deviendra l’assistant en 1969. Matsutani reste six ans auprès de Hayter, découvrant par le difficile chemin de la gravure la richesse du noir qui dominera désormais son œuvre.















Takesada Matsutani ne quittera plus la France. L'artiste, chercheur dans l'âme, s'enrichit de mille rencontres et de mille expériences. Il travaillera un temps auprès de Kumi Sugaï. Depuis la fin des années 1970, il conçoit régulièrement des installations qui expriment ses mêmes interrogations que dans ses toiles ou ses estampes. Dans ce dernier domaine, s'il est un magnifique graveur, il réalise également des lithographies (second prix de la Triennale d'Osaka en 1990) et participe à l'aventure du livre illustré moderne auprès de poètes contemporains ou illustrant des textes anciens.















L'art de Takesada Matsutani, subtile, poétique et universelle, conjuguent des interrogations spirituelles sur l'espace et le temps. Ses outils de prédilection sont la colle et le crayon graphite qui lui permettent de nous faire capter des moments d'éternité. A partir des deux dimensions de la toile ou du papier, l'artiste conçoit des reliefs de colle vinylique qui laissent leur part au hasard. Le rythme austère et répétitif du passage du crayon ou du pinceau est brisé par les boursouflures créées par la colle. Le silence se tient là, la vie, la grâce de la lumière, son mystère, le calme, la légèreté et l'essence des choses.















On ne compte plus les expositions personnelles de Takesada Matsutani et les expositions collectives majeures auxquelles l'artiste a participé, en France et dans le monde (Europe, Amérique, Japon). Dans le domaine de l'estampe, ses gravures côtoyèrent par exemple celles de Chillida, Miro ou encore Tapiès au Musée de Louvain en 1986. De nombreuses institutions internationales comptent des oeuvres de l'artiste dans leur collection (le Musée d'Art de Lodz, le Musée d'Art Contemporain d'Helsinki ou la National Gallery of Art de Washington, etc).