En mémoire . . .
Portrait de Bordarier Stéphane
"J’essaie de produire une qualité de couleur sur la surface du tableau."
  Notes de biographie              
Piste bibliographique
A lire sur l'artiste :
« Battements », Pierre Wat, cat. d’exposition, Gal. Jean Fournier, Paris, 1995
« S. Bordarier - Peintures 1996-2005 », Ed. Actes sud, Arles, 2006
« Hom. à Jean Fournier, La couleur toujours recommencée », Actes Sud, 2007
« S. Bordarier », collectif, cat. d’exposition, Musée Fabre, Montpellier, 2010
A lire de l'artiste :
« Les formes de la couleurs », Guy Tosatto (entretiens), Ed. Actes Sud, 1997
Catalogue(s) raisonné(s)
Non réalisé à ce jour.
Site web
Oeuvre déjà vendue par la galerie

Estampe, lithographie, gravure, Bordarier Stéphane

Dernière mise à jour pour :
Clin d'oeil à
Dominique Bonneval
Coup de coeur
Chagall Marc
Cimaises
Atelier Lacourière & Frélaut


Voir les oeuvres de :






Bordarier Stéphane
Quelques notes de biographie ...

estampe, lithographie, gravure, dessin, livre illustré
estampes, lithographies, gravures, dessins, livres illustrés
signature manuscrite de Bordarier Stéphane
ARTISTES D'AUJOURD'HUI /XXème siècle /
timbre postal de Bordarier Stéphane
Etude de timbre / MC
Voir tous les timbres
Affiche d'exposition Bordarier Stéphane 
  Quelques notes de biographie . . .
J’insiste dans mon travail sur le fait que la couleur est fabriquée sur la toile, sur le fait qu’elle est produite par le travail que je fais sur le tableau. Stéphane Bordarier
Bordarier Stéphane dans son atelier
Affiche d'exposition / Stéphane Bordarier


Toutes les affiches


Le travail pictural de Stéphane Bordarier, par ses recherches sur la qualité de la couleur et de surface, lui confère une position singulière sur la scène picturale française. Né en 1953 à Beaucaire, il vit et travaille aujourd’hui à Nîmes, son atelier jouxtant celui d’Alain Clément. Dans les années 80, après avoir utilisé des terres et des pigments naturels, Stéphane Bordarier, entreprend d’occuper sa toile par des surfaces franchement colorées et clairement organisées. Il s’agit pour l’artiste, dès cette époque, de produire la surface d’une expérience singulière : celle de la couleur et de la lumière, traitée d’une manière qu’il ne cessera, par la suite, de parfaire et de dépouiller. Cette technique, très rigoureuse et malgré de notables évolutions, ne changera pas fondamentalement jusqu’à aujourd’hui ; elle consiste à enduire de colle de peau la toile tendue, avant d'appliquer sur celle-ci, durant le temps de prise de la colle, la ou les peintures à l'aide d'une raclette.















Au fil de la pratique de Stéphane Bordarier, les couleurs sont allées se réduisant. Si, à ses débuts, l’artiste juxtaposait avec beaucoup d'économie des plages colorées, sa peinture à force de renoncements radicaux est aujourd’hui devenue presque monochromatique, ménageant cependant d’infimes espaces blancs qui l’empêchent de basculer dans le strict monochrome : des toiles rouges, d'autres grises, d'autres terre ou violet de Mars. La couleur désormais pour elle-même !















Il y a dans l'œuvre de Stéphane Bordarier une quête de la peinture dans ce qu'elle a d'essentiel ; tout sujet et toute forme d'expressionnisme sont rejetés. C'est un travail fondé sur la couleur et la réflexion lumineuse dans une qualité de surface bien particulière. Réduire les moyens de la peinture à leur plus simple et plus forte expression est l'essence même du travail de l'artiste.
On notera que l’artiste expose en France comme à l’étranger (Italie, Allemagne, Belgique, Corée, etc.), expositions collectives et personnelles ; la Galerie parisienne Jean Fournier a montré son travail à plus de dix reprises depuis la fin des années 80.
Stéphane Bordarier mène une œuvre graphique parallèlement à son œuvre peint, travaillant par séries de bois gravées en collaboration avec Michael Woolworth, réalisant également des livres illustrés (par exemple « S’absenter » avec Yves Michaud, Ed. N. Dortindeguey, 1997).


Art dépouillé, sans repentir, l’œuvre de Stéphane Bordarier est faite d’intensité et de densité, un art où le Temps et la Surface sont intimement liés. Le Musée Fabre de Montpellier vient de lui consacrer une exposition (janvier-mars 2010).