En mémoire . . .
Portrait de Jacobsen Robert
"Avec la pierre, tu vogues entre les formes. Avec du fer, tu sais la forme, tu choisis l'espace."
  Notes de biographie              
Piste bibliographique
A lire sur l'artiste :
« R. Jacobsen, créateur d’espace », R. Soderberg, Kalejdoskop förlag, Malmö 1989
« Rétrospective R. J. », Cat. d’expo. B. Ceysson & X. Girard, Rodez, Evreux 1991
« Werke aus 50 Jahren », J. C. Jensen & autres, 2 Vol., J. Thorbecke Verlag 1992
« R.J. Samtaler 1947-1991 » Descargue, Heede & Moestrup, Copenhague 1996
A lire de l'artiste :
« Entretien avec R. Jacobsen », P. Descargue, Ed. Galerie de France, Paris 1963
Catalogue(s) raisonné(s)
Non réalisé à ce jour.
Site web
Oeuvre déjà vendue par la galerie

Estampe, lithographie, gravure, Jacobsen Robert

Dernière mise à jour pour :
Clin d'oeil à
Dominique Bonneval
Coup de coeur
Morandi Giorgio
Cimaises
Atelier Lacourière & Frélaut


Voir les oeuvres de :






Jacobsen Robert
Quelques notes de biographie ...

estampe, lithographie, gravure, dessin, livre illustré
estampes, lithographies, gravures, dessins, livres illustrés
signature manuscrite de Jacobsen Robert
SCULPTURE MODERNE /1930-1970 / Julio Gonzales, Henri Laurens, Lynn Chadwick etc.
Affiche d'exposition Jacobsen Robert 
  Quelques notes de biographie . . .
La soudure fut ma chance. Ainsi je suis devenu un sculpteur de ferraille. C'est tout, il n'y a pas à broder, ni de belles histoires à inventer. Robert Jacobsen.
Jacobsen Robert dans son atelier
Affiche / R. Jacobsen dans son atelier


Toutes les affiches


Robert Julius Tommy Jacobsen naît en 1912 à Copenhague d’une famille très modeste. Après son collège, il exerce plusieurs petits métiers. Il ne suit pas de cours d’Académie et se forme seul à la sculpture. Son admiration va à Rodin et Henri Laurens.
En 1930, Jacobsen réalise ses premières sculptures en bois sans dessin préparatoire et adhère au mouvement surréaliste « Host ». L'artiste s'inspire des contes et fables scandinaves en travaillant d'abord le bois, puis la pierre. Une exposition (1932, Copenhague) sur les expressionnistes allemands l’enthousiasme ; il découvre Nolde, Klee, etc. ; le sculpteur Barlach, l’oeuvre de Arp, l’entraîne vers l’abstraction.

Pendant la guerre, il rejoint les jeunes artistes regroupés autour de la revue « Helhesten », animée par Asger Jorn. L’artiste se lie d’amitié avec ce dernier et avec Mortensen. Ses expositions se tiennent le plus souvent en Scandinavie avec des amis comme Hansen ou Mortensen. L’oeuvre de Robert Jacobsen obéit déjà à des impératifs formels.















En 1947, il reçoit une bourse d’étude de l’état français et s’installe à Paris. C’est en 1949 que l’artiste abandonne la pierre pour devenir l’un des géants de la sculpture du métal martelé, forgé et soudé. Il crée des sculptures abstraites en métal soudé où le vide est souligné ; le vide est en effet considéré comme une forme à part entière que le métal se contente de mettre en valeur. Dans les années 50 et 60, Jacobsen réalise des sculptures avec des rebuts de métal.

En 1962, il est nommé professeur à l’Académie des Beaux-Arts de Munich. C’est à cette époque que l’artiste ajoute par la polychromie des effets de forme. En 1966, Jacobsen reçoit le grand prix de Sculpture à la Biennale de Venise. L'artiste retourne au Danemark dans les années 70 pour satisfaire des commandes publiques et y concevoir des oeuvres monumentales. En 1976, il devient professeur à l’Académie royale des Beaux-Arts de Copenhague. Sur plusieurs décennies, les plus grandes galeries, les plus grands musées, l’exposeront, en France et à l’étranger. Robert Jacobsen a également pratiqué la gravure et illustrés des ouvrages.















Robert Jacobsen s’est éteint chez lui à Tagelund (Danemark) en janvier 1993.