En mémoire . . .
Portrait de Mortensen Richard
"Dans l’immédiat après guerre, chacun se posait la question de la bonne définition de l’art abstrait."
  Notes de biographie              
Piste bibliographique
A lire sur l'artiste :
« R. Mortensen, R. J. », O. Sarvig, J.H. Schultz A/S-Tokanten, Copenhague, 1946
« Richard Mortensen », Julien Alvard, in Cimaise, 1ère série n° 3, janvier 1954
« Richard Mortensen, Collages 1990-1991 », Teddy Brunius, Ed. Atlantis, 1992
« Painting 1929-1993 », Pontus Hulten et autres, S. M. for Kunst (Dan.), 1994
A lire de l'artiste :
Catalogue(s) raisonné(s)
L’oeuvre graphique, 1942-1993 », Jan Wurtz Frandsen, Ed. Statens Museum for Kunst, Copenhague, 1995
Site web
Oeuvre déjà vendue par la galerie

Estampe, lithographie, gravure, Mortensen Richard

Dernière mise à jour pour :
Clin d'oeil à
Sandrine Richard
Coup de coeur
Miro Joan
Cimaises
Atelier Lacourière & Frélaut


Voir les oeuvres de :






Mortensen Richard
Quelques notes de biographie ...

estampe, lithographie, gravure, dessin, livre illustré
estampes, lithographies, gravures, dessins, livres illustrés
signature manuscrite de Mortensen Richard
COBRA /1948-1951 / Christian Dotremont, Constant, etc.
REALITES NOUVELLES /1946-1956 / Etienne Béothy, Marcelle Cahn, etc.
Affiche d'exposition Mortensen Richard 
  Quelques notes de biographie . . .
L’art concret non-figuratif qui offrait une alternative à Cobra s’est centré sur deux grands artistes qui travaillèrent tous deux en France dans l’après-guerre : un sculpteur, Robert Jacobsen, un peintre, Richard Mortensen. Peter Michael Hornung
Mortensen Richard dans son atelier
Affiche / Richard Mortensen


Toutes les affiches


Né en 1910 à Copenhague, le peintre danois Richard Mortensen est un des pionniers de l'art abstrait au Danemark. Il sera l’élève de l’Académie royale des Beaux-Arts de sa ville natale (1931-1932), avant de décider d’apprendre en autodidacte. Au début des années trente, le jeune homme se rend à Berlin ; un intérêt tout particulier pour les œuvres de Kandinsky et de Joan Miro le porte vers le Bauhaus, le constructivisme et le surréalisme.

Mortensen pratiquera tout d’abord une peinture spontanée, à mi-chemin entre l’abstraction et la figuration, puis évoluera vers des constructions plus rigoureuses et rythmées. Peu à peu, ses œuvres vont se géométriser radicalement. Dès le début de sa carrière artistique, Richard Mortensen construira, en parallèle à son œuvre peint, une œuvre graphique importante. L’artiste jouera, au Danemark, un rôle de premier plan pour faire connaître l’art moderne auprès du public ; il fonde la revue « Linien » (La ligne), revue autour de laquelle se groupent des peintres qui s'efforcent en ces années troublées de rester en relations avec les artistes de toute l'Europe.














Après la seconde guerre mondiale, on retrouve l’artiste dans le groupe « Helhesten » groupe qu’anime Asger Jorn et qui jettera les bases préliminaires de ce qui allait devenir « Cobra ». L’art de Richard Mortensen, abstraction géométrique d’une parfaite précision, s’éloignera rapidement de ce mouvement.

L’artiste s’installe en France, à Suresnes, dès 1947 (il y restera une quinzaine d’années) ; il vit, avec le sculpteur Robert Jacobsen, à la Maison des artistes Danois, et devient comme son compatriote un proche des artistes de la Galerie Denise René (Herbin, Vasarely, etc.). Mortensen participe alors à de nombreuses expositions collectives en France (Réalités Nouvelles, Salon de Mai, etc.) et à l’étranger (Biennale de Venise, Documenta de Kassel, Stockholm, Helsinki, Bruxelles, Rio de Janeiro, etc.), et exposera, à titre individuel, régulièrement chez Denise René.















L’art de Mortensen se caractérise par la clarté et la simplicité des formes mises en œuvre, par leurs relations dynamiques, par la gamme colorée utilisée, spécialement délicate et vive à la fois.

Richard Mortensen s’est éteint au début de l’année 1993 au Danemark.