En mémoire . . .
Portrait de Bury Pol
"Les éclaboussures font évidemment partie du langage des fontaines."
  Notes de biographie              
Piste bibliographique
A lire sur l'artiste :
« Pol Bury », E. Ionesco et A. Balthazar, Ed. Cosmos, Bruxelles, 1976
« Pol Bury », E. Ionesco et P. Descargues, DLM n°228, Ed. Maeght, 1978
« Pol Bury, oeuvres de 1963 à 1978 », Paris, Musée d’Arles, 1979
« Les fontaines de Pol Bury», Descargues, Cat., Le Daily-Bul, La Louvière, 1986
A lire de l'artiste :
« Milano », Ed. Cavallino, Venezia, 1967
Catalogue(s) raisonné(s)
*« Pol Bury - Les sculptures », Rosemarie E. Pahlke, Monographies de l’art moderne, Bruxelles, 1994
Pol Bury - Les fontaines », Jean-Paul Ameline, Ed. Louis Carré & Cie, Paris, 2006
Site web
Oeuvre déjà vendue par la galerie

Estampe, lithographie, gravure, Bury Pol

Dernière mise à jour pour :
Clin d'oeil à
Sandrine Richard
Coup de coeur
Miro Joan
Cimaises
Atelier Lacourière & Frélaut


Voir les oeuvres de :






Bury Pol
Quelques notes de biographie ...

estampe, lithographie, gravure, dessin, livre illustré
estampes, lithographies, gravures, dessins, livres illustrés
signature manuscrite de Bury Pol
SURREALISME /1924-1969 / Oscar Dominguez, Marcel Duchamp, Yves Tanguy, etc.
COBRA /1948-1951 / Christian Dotremont, Constant, etc.
SCULPTURE MODERNE /1930-1970 / Julio Gonzales, Henri Laurens, Lynn Chadwick etc.
MEC ART /1962-1965 / Alain Jacquet, Gianni Bertini, etc.
timbre postal de Bury Pol
Etude de timbre / MC
Voir tous les timbres

Affiche d'exposition Bury Pol 
  Quelques notes de biographie . . .
"Cet esprit inventif et positif a ancré son expression dans la rigueur d'un langage, d'une écriture sourde aux redondances. Il a géométrisé ses approches, leur a confié des valeurs éternelles, la pointe d'ironie et l'humour en plus." - Roger Pierre Turine
Bury Pol dans son atelier
Affiche / Bury devant une de ses oeuvres


Toutes les affiches


Le sculpteur, peintre, Pol Bury est mort en septembre 2005. Né à Haine-Saint-Pierre (Belgique) en 1922, il sera élève de l’Académie des Beaux-Arts de Mons (1938). Il fera ses « classes surréalistes » dans la revue « L’invention collective » qu’animent René Magritte et Raoul Ubac (1940). En 1945, il participe à la création du groupe « Haute Nuit » qui aura une importante activité éditoriale jusqu’en 1958. Pol Bury illustre des recueils d’Achille Chavée, puis de Havrenne. Il rencontre Dotremont en 1949 et rejoint pour un temps le groupe Cobra. Il crée, avec André Balthazar, l’Académie de Montbliart en 1954.

Pol Bury participera à de très nombreuses expositions collectives ; il faut noter qu’il figure dans la célèbre exposition organisée en 1955 par la galerie Denise René, « Le Mouvement », auprès de Calder, Duchamp, Jacobsen, Agam, Soto, Tinguely, Vasarely. Pol Bury quitte la Belgique pour la France en 1961.














Peintre jusque vers 1953, il expose pour la première fois (Bruxelles) ses « Plans mobiles », formes géométriques rectangulaires fixées sur un axe que le spectateur peut animer à son gré. En 1954, début du cinétisme, il exécute des panneaux constitués de lames obliques verticales recouvertes de compositions géométriques de couleurs sur fond noir, dont la lecture varie suivant l’angle de vue du spectateur. C’est en 1957, qu’intervient le moteur électrique, moteur qui animera ses oeuvres. La caractéristique du mouvement désiré par l’artiste est l’extrême lenteur, allant jusqu’au mouvement presque imperceptible. Ce sont les « Multiplans ». Il prend possession de son nouveau langage plastique vers 1958, faisant maintenant appel aux jeux de lumières, aux boules, aux billes de mercures, aux disques. En 1961, apparaît la série « Ponctuations érectiles », travail sur les fils de nylon, plus tard, l’importante série des volumes ouverts ou fermés, usant des son parti pris de la relation entre parties mobiles et immobiles.














La sculpture de Pol Bury évoluera encore dans les années qui suivent. Il réalisera des oeuvres monumentales et notamment des fontaines (Fondation Maeght, Guggenheim Museum, Palais-Royal, etc.). Pol Bury démesure le temps et dilate l’espace.