En mémoire . . .
Portrait de Rebeyrolle Paul
"Je me demande si je ne pense pas tout autant à la condition de vie des individus qu'à la peinture."
  Notes de biographie              
Piste bibliographique
A lire sur l'artiste :
«Paul Rebeyrolle, rétrospective», Gal. Nationales du Grand Palais, Paris, 1979
«Paul Rebeyrolle», Hospice Saint-Luis, Avignon 1982
«Paul Rebeyrolle», Musée d'Art Moderne de Céret, 1986
«Paul Rebeyrolle», Fondation Maeght, Saint-Paul-de-Vence, 2000
A lire de l'artiste :
«Chaque peintre à sa lumière» : Entret. avec M. Bouisset in Opus Intern.,1984
Catalogue(s) raisonné(s)
Non réalisé à ce jour.
Site web
Oeuvre déjà vendue par la galerie

Estampe, lithographie, gravure, Rebeyrolle Paul

Dernière mise à jour pour :
Clin d'oeil à
Sandra Corallo
Coup de coeur
Penalba Alicia
Cimaises
Atelier Lacourière & Frélaut


Voir les oeuvres de :






Rebeyrolle Paul
Quelques notes de biographie ...

estampe, lithographie, gravure, dessin, livre illustré
estampes, lithographies, gravures, dessins, livres illustrés
signature manuscrite de Rebeyrolle Paul
DES « SINGULIERS » /XXème siècle /
timbre postal de Rebeyrolle Paul
Etude de timbre / MC
Voir tous les timbres
Affiche d'exposition Rebeyrolle Paul 
  Quelques notes de biographie . . .
"Rebeyrolle suit les pistes des oiseaux, des lièvres, des chevreuils, des hommes, pas à pas, de saut en saut. Toute cette terre lui bondit au visage. Il en garde les éclats pour ses tableaux." - Pierre Descargues
Rebeyrolle Paul dans son atelier
Affiche / P. Rebeyrolle dans son atelier


Toutes les affiches


Paul Rebeyrolle, fils d'instituteurs, passa son enfance à la campagne. De cette toute première partie de vie, où il rencontre la maladie, lui restera le goût des valeurs simples et des longues marches solitaires. Il vient à Paris en 1944 avec le but déclaré de devenir peintre. Il travaille, regagne assez rapidement sa « campagne » qui lui manque, changeant plusieurs fois de lieux (Aube, Côte d'Or).














Rebeyrolle participe dans l'immédiat après-guerre à de multiples expositions de groupe. Après avoir admiré les impressionnistes, les cubistes, Picasso, l'exposition Soutine (1945) est une véritable révélation. « Je compris que Soutine était mon peintre, » dit-il. A cette période d'activité intense, sa route croise Braque, Picasso et l'ensemble des jeunes peintres qui, plus tard, compteront.














Sa première exposition personnelle est organisée à Paris en 1951. Les oeuvres sont là de style classique. Reyberolle reçoit de très nombreux prix dans les années 50. C'est à cette même période que se déroule la querelle dérisoire entre les figuratifs et abstraits.

En 1955, le peintre entame une révolution dans son propre art, allant jusqu'à dérouter ses plus ardents admirateurs. Sa liberté à représenter l'apparence des êtres va croissante, sa peinture passant rapidement de représentative à plastique. Rebeyrolle, dès lors, affirme sa poétique personnelle, pétrissant la matière humaine. S'il sacrifia un temps à l'abstraction presque totale, il rééquilibra sa peinture à la réalité du monde et à ce qu'il tenait à en dire.














Le peintre Paul Rebeyrolle nous a quitté en 2005.