En mémoire . . .
Portrait de Gauguin Paul
"Il y a en peinture plus à chercher sur la suggestion que sur la description."
  Notes de biographie               coup de coeur
Piste bibliographique
A lire sur l'artiste :
« Ce malgré moi de sauvage », F. Cachin, Coll. Découvertes, Ed. Gallimard, 1989
« Gauguin et les Nabis », Arthur Ellridge, Ed. Terrail, 2001
« Le sauvage imaginaire », S. Guégan, Coll. L’aventure de l’art, Ed. Chêne, 2003
« Hommage à Gauguin, l’insurgé des Marquises » Segalen, Ed. Magellan, Paris 2003
A lire de l'artiste :
« Correspondance, 1873-1888 » Tome I, Fond. S.-Polignac, Ed. Victor Merlhès 1984
Catalogue(s) raisonné(s)
*« L’oeuvre gravé de Gauguin », Marcel Guerin, Ed. Floury, Paris, 1927 et Ed. Alan Wosfy Fine Arts, San Francisco, 1980 (Reprint)
*« Gauguin, Catalogue I », Georges Wildenstein, Ed. Beaux-Arts, Paris, 1964
*« Gauguin’s ceramics », M. Bodelsen, Ed. Faber and Faber, Londres, 1964
*« Tout l’oeuvre peint de Gauguin », G. M. Sugana, Ed. Flammarion, Paris, 1981
The prints », E. W. Kornfeld, E. Mongan et H. Joachim, Ed. Galerie Kornfeld, Berne, 1988
*« Les éventails de P. Gauguin », J.-P. Zingg, Ed. Avant et Après, Papeete, 2001
*« Gauguin. A savage in the making. C. R. of the paintings, 1873-1888 », Daniel Wildenstein, Ed. Skira et Wildenstein Institute, 2002
Site web
Oeuvre déjà vendue par la galerie

Estampe, lithographie, gravure, Gauguin Paul

Dernière mise à jour pour :
Clin d'oeil à
Sandrine Richard
Coup de coeur
De Chirico Giorgio
Cimaises
Atelier Lacourière & Frélaut


Voir les oeuvres de :






Gauguin Paul
Quelques notes de biographie ...

estampe, lithographie, gravure, dessin, livre illustré
estampes, lithographies, gravures, dessins, livres illustrés
signature manuscrite de Gauguin Paul
IMPRESSIONNISME /1855-1890 / Camille Pissarro, Edgar Degas, Paul Cézanne, Alfred Sisley, Claude Monet, Frédéric Bazille, Berthe Morisot, Mary Cassatt, Gustave Caillebotte, Vincent Van Gogh, etc.
NABIS /1888-1910 / Paul Sérusier, Paul Ranson, Henri Gabriel Ibels, Maurice Denis, etc.
Affiche d'exposition Gauguin Paul 
  Quelques notes de biographie . . .
"L'art est une abstraction ... pensez plus à la création qui en résultera, c'est le seul moyen de monter vers Dieu." - Paul Gauguin
Gauguin Paul dans son atelier
Affiche / Paul Gauguin


Toutes les affiches


Paul Gauguin est né à Paris en 1848. Certaines conditions de vie familiales, la vie aventureuse de son père, prédispose Paul Gauguin à l’exotisme. La famille s’exile en 1849 à Lima (Pérou). Son père meurt pendant la traversée, il a à peine 2 ans. Il passe une petite enfance de rêve à Lima, chez l’oncle de sa mère et revient en France, recueilli à Orléans par la famille de son père. Paul Gauguin est un élève indocile et révolté, qui rejoint un pensionnat parisien. Il a dix-sept ans lorsqu’il s’engage comme matelot dans la marine marchande française.
De ce quai du Havre ou s’était embarqué Manet en 1848, comme matelot, Paul voit à son tour s’éloigner les côtes de France ; Paul Gauguin naviguera pour de longs voyages de 1865 à 1871 de façon ininterrompue. Il est requis comme marin militaire pendant la guerre franco-prussienne.














Sa mère meurt en 1867 ; Gauguin a vingt-trois ans lorsqu’il est placé par son tuteur, Gustave Arosa, comme commis d’agent de change à Paris. Arosa, photographe, est un amateur d’art moderne éclairé et un collectionneur ; il permettra à Paul Gauguin de rencontrer les impressionnistes qui exposèrent pour la première fois chez Nadar, célèbre photographe, et le jeune homme achète des oeuvres de Jongkind, Cezanne, Guillaumin et Pissaro. En 1873, Gauguin épouse Mette Gad, une jeune danoise de bonne famille avec laquelle il aura cinq enfants.
Il commence à peindre en 1874 en autodidacte. Un collègue de son agence l’entraîne à l’Académie Colarossi. A partir de 1879 Pissaro l’initie à la technique impressionniste et l’introduit auprès de son groupe. En 1883, Paul Gauguin décide de se consacrer à la peinture. C’est pour lui une nouvelle aventure qui commence où seul le triomphe en est l’issue. En réalité, ce choix le propulse rapidement, lui et sa famille, dans des conditions de vie précaires ; son couple n’en survivra pas. Paul Gauguin, qui a vécu un temps à Rouen, puis à Copenhague, revient à Paris qu’il décide de fuir.














La Bretagne, contrée considérée comme demeurée dans un état de pureté primitive, l’attire ; il peint et s’initie à la céramique. Attiré par « les ailleurs », Gauguin s’embarque pour le Panama en 1887, puis, de là, pour la Martinique. Il contracte la malaria, est séduit par les paysages exotiques. Paul Gauguin rentre en France, travaille avec Emile Bernard, élaborant les concepts de « cloisonnisme » et de « synthétisme », donne au jeune peintre Sérusier la leçon de peinture historique qui aboutit au petit panneau « Le Talisman », clef du futur mouvement Nabis. L’artiste se rend à Arles où il reste deux mois, deux mois conflictuels et dramatiques, auprès de Vincent Van Gogh.

Gauguin retourne à Paris, peint, s’essaye à la gravure sur zinc, crée des céramiques et se lie d’amitié avec Daniel de Montfreid qui prendra une grande importance dans sa vie. Il voyage en France, se rapproche des écrivains symbolistes (Mallarmé). Gauguin part pour Papeete en 1891 et reste deux ans à Tahiti avant de revenir en France ; il peint, sculpte, se familiarise avec ses nouveaux thèmes. Il reviendra à Paris, s’initiera à la gravure sur bois, s’emploiera à la réalisation des textes et des illustrations de Noa Noa.

La blessure qu’il contracte lors d’une rixe, alors qu’il est en Bretagne, lui laissera des séquelles qui contribueront à la dégradation progressive de sa santé. En 1895, Paul Gauguin repart vers Tahiti, pour ne jamais plus revenir. Sa santé se dégrade, l’obligeant à de fréquents séjours à l’hôpital de Papeete. Il réalise sa grande composition « D’où venons-nous ? Que sommes-nous ? Où allons-nous ? » qu'il considère lui-même comme son testament pictural. En 1898, il tente de se suicider, en vain.

En septembre 1901, ultime fuite, il part pour Hiva Oa, dans le lointain archipel des Marquises. Loin de tout, il y construit sa demeure, « la maison du Jouir ». Dans l’île, il rentre en conflit avec les autorités administratives et religieuses. Gauguin prend la défense des marquisiens spoliés et leur conseille de ne pas payer l’impôt ; l’administration le condamne à plusieurs mois de prison que la mort lui évite.



Paul Gauguin est retrouvé mort le 8 mai 1903. Ses biens et ses toiles seront dispersés aux enchères ; la plupart de ses dessins et de ses sculptures seront jetées «aux ordures».