En mémoire . . .
Portrait de Andelu
"La musique s’écoute et s’entend en fermant les yeux, la peinture se voit et se regarde en fermant les oreilles."
  Notes de biographie              
Piste bibliographique
A lire sur l'artiste :
« Vallauris. Val d’artistes », J. Boland, Ed. Arcade, 2004
« Andelu », in revue Artscenes, n° 18, Septembre 2006
« Hommes debouts - Hommes volants », Exposition, Ed. Tout un Art, St Cyr, 2006
« Andelu », in revue Azart, n° 28, Septembre-Octobre 2007
A lire de l'artiste :
Catalogue(s) raisonné(s)
Non réalisé à ce jour.
Site web
Oeuvre déjà vendue par la galerie

Estampe, lithographie, gravure, Andelu

Dernière mise à jour pour :
Clin d'oeil à
Sandrine Richard
Coup de coeur
De Chirico Giorgio
Cimaises
Atelier Lacourière & Frélaut


Voir les oeuvres de :






Andelu
Quelques notes de biographie ...

estampe, lithographie, gravure, dessin, livre illustré
estampes, lithographies, gravures, dessins, livres illustrés
signature manuscrite de Andelu
ARTISTES D'AUJOURD'HUI /XXème siècle /
timbre postal de Andelu
Etude de timbre / MC
Voir tous les timbres
Affiche d'exposition Andelu 
  Quelques notes de biographie . . .
« J’aimerais bien dessiner la conscience d’exister et la course du temps ». Mireille Andelu
Andelu dans son atelier
Affiche d'exposition / Andelu dans son atelier


Toutes les affiches


En 1989, Andelu prendra pour nom d’artiste le nom du village, près de Versailles, où elle est née. Artiste autodidacte, son apprentissage à l’art se fera pas à pas auprès des artistes qu’elle côtoie. Ainsi, après des débuts dans la céramique, Henri Goetz l’initiera à la taille-douce et à la gravure au carborundum dont il est l’inventeur. Pendant douze années, de 1968 à 1980, Andelu travaillera avec le peintre James Coignard, l’un des maîtres de la technique du carborundum, et participera au tirage des gravures de ce dernier.

Andelu, au début des années 80, crée des dessins pour tissus et peint ses premières toiles. Elle va entreprendre un travail sur la gravure à partir de 1989, et réalise depuis cette date, de très nombreuses gravures au carborundum qu’elle tire elle-même sur sa presse ; on notera que ses tirages sont toujours petits, 30/40 épreuves tout au plus pour chaque gravure.

Parallèlement, l’artiste développe une technique mixte sur toile et papier, avec cependant une préférence marquée pour ce dernier support qu’elle juge « plus vivant ». Andelu travaille par thèmes, sur des périodes de 2 à 3 ans ; ainsi, l’artiste explorera « Les lignes de Nazca » après qu’elle ait été très marquée par sa découverte des hauts plateaux de Nazca au Pérou, « Les pommes », « Les vaches », « Les mutants », « Les chiens », « Autour du vent », « Les hommes debout », « Les hommes volants ». La première exposition de l’artiste sera organisée en 1990 à Paris (Flatotel International). Elle participe depuis lors à de nombreuses expositions collectives en France et à l’étranger et expose son art régulièrement sur des cimaises individuelles (France, Italie, Japon, Allemagne, etc.).








Adepte de l’expérimentation, le travail d’Andelu est fait de contrastes, de couleurs vives, de textures, de matières longuement élaborées et façonnées, l’artiste n’hésitant pas à s’exprimer par le biais de moyens techniques divers et variés. Andelu propose un dialogue entre poésie et peinture. Passionnée de voyages dans lesquels elle puise une grande part de son inspiration, Andelu vit et travaille à Vallauris, dans le sud de la France.