En mémoire . . .
Portrait de Larionov Mikhail
"Nous dédaignons en tant que laquets artistiques tous ceux qui se déplacent sur fond de vieux ou nouvel art et abordent leurs affaires insignifiantes."
  Notes de biographie              
Piste bibliographique
A lire sur l'artiste :
« M. Larionov : La voie vers l'abstraction, 1908-1915 », Ed. Cantz, 1987
« Larionov and the Russian Avant-Garde », A. Parton, Ed. Princeton Univ., 1993
« Gontcharova et Larionov, Collections M.N.A.M. », Centre Pompidou, 1995
« Larionov and the Russian Avant-Garde », M. Gough, in Art Bulletin, Dec. 1998
A lire de l'artiste :
« Manifestes », Ed. Allia, Marseille, 1998
Catalogue(s) raisonné(s)
Non réalisé à ce jour
Site web
Oeuvre déjà vendue par la galerie

Estampe, lithographie, gravure, Larionov Mikhail

Dernière mise à jour pour :
Clin d'oeil à
Sandrine Richard
Coup de coeur
De Chirico Giorgio
Cimaises
Atelier Lacourière & Frélaut


Voir les oeuvres de :






Larionov Mikhail
Quelques notes de biographie ...

estampe, lithographie, gravure, dessin, livre illustré
estampes, lithographies, gravures, dessins, livres illustrés
signature manuscrite de Larionov Mikhail
RAYONNISME /1909 / David, Wladimir Burliuk, Mikhaïl Ledentu, etc.
timbre postal de Larionov Mikhail
Etude de timbre / MC
Voir tous les timbres
Affiche d'exposition Larionov Mikhail 
  Quelques notes de biographie . . .
"Nous avons lié l’art à la vie. Après un long isolement des artistes, nous avons appelé la vie à voix haute et la vie a fait irruption dans l’art, il est temps que l’art fasse irruption dans la vie." - Mikhail Larionov
Larionov Mikhail dans son atelier
Affiche d'exposition / Mikhail Larionov


Toutes les affiches


Mikhail Fedorovich Larionov est né à Tiraspol (Russie, Moldavie) en 1881. Il y passe son enfance (chez ses grands-parents), imprégné à jamais par la beauté naturelle des paysages qui l’entourent, beauté qui jouera un rôle significatif dans son art. Il étudiera à l’Ecole de peinture, sculpture et architecture de Moscou (1898-1910).














Avec Natalya Goncharova , il devient l’ami de Konstantin Korovin quand celui-ci prend la charge de professeur dans leur école en 1902. L’enseignement de Korovin est aussitôt d’une importance capitale pour le jeune peintre. En 1903 Larionov se lie avec Serge Diaghilev à l’occasion d’une exposition sur le travail de Charles Rennie MacKintosh ; naîtront une amitié personnelle et des relations professionnelles très étroites entre les deux hommes.














Larionov produira, entre 1914 et 1929, des dessins (costumes, décors) pour les productions théâtrales de Sergei Diaghilev. Goncharova et Larionov travaillent ensemble, s’inspirent l’un l’autre, tout en gardant des chemins artistiques très indépendants. Larianov organise un grand nombre d’expositions collectives dès 1908, expositions auxquelles il participe. On doit noter sa présence à l’Exposition Internationale de Venise en 1907 ou à Der Blaue Reiter (Munich, 1912).

Inspirés par le Futurisme, en 1913, Larionov et Goncharova développent ce qui peut être considéré comme la première école russe originale de peinture non-objective, le Rayonnisme. Larionov travaille à son manifeste qui sera publié en 1914. Il est enrôlé dans l’armée pour la guerre ; Larionov considérera toujours que celle-ci lui fera subir une perte de créativité qui aura perturbé à jamais sa vie artistique. Il continuera pourtant à apporter sa contribution à la peinture, aux arts graphiques et au monde du théâtre. Il publiera ses propres écrits, illustrera encore de nombreux ouvrages.

Mikhail Larionov meurt en France (Paris) en 1964, deux ans seulement après la disparition de Goncharova.