En mémoire . . .
Portrait de Escher M.C.
"J'essaie dans mes estampes de montrer que nous vivons dans un monde merveilleux et ordonné."
  Notes de biographie              
Piste bibliographique
A lire sur l'artiste :
« The magic mirror of M. C. Escher », B. Ernst, Amsterdam, 1976
« Een biografie », W. Hazeu, Amsterdam, 1998
« The magic of M.C. Escher », J.L.Locher &W.F. Veklhuysen, NY & London, 2000
« M.C. Escher: visions of symmetry », D. Schattschneider, NY and London, 2004
A lire de l'artiste :
« Escher on Escher, exploring the infinite », Amsterdam, New York, 1986/1989
Catalogue(s) raisonné(s)
*« Complete graphic works », L. W. Bool et Ernst, Ed. Thames and Hudson, Londres, 1982
M.C. Escher: his life and complete graphic work », F. Bool et HJ. Kist, Ed. Abradale Press H. C. Abrams New York, 1992
Site web
Oeuvre déjà vendue par la galerie

Estampe, lithographie, gravure, Escher M.C.

Dernière mise à jour pour :
Clin d'oeil à
Sandrine Richard
Coup de coeur
De Chirico Giorgio
Cimaises
Atelier Lacourière & Frélaut


Voir les oeuvres de :






Escher M.C.
Quelques notes de biographie ...

estampe, lithographie, gravure, dessin, livre illustré
estampes, lithographies, gravures, dessins, livres illustrés
signature manuscrite de Escher M.C.
DES « SINGULIERS » /XXème siècle /

Affiche d'exposition Escher M.C. 
  Quelques notes de biographie . . .
"Tout cela n'est rien comparé à ce que je vois dans ma tête !" - M. C. Escher
Escher M.C. dans son atelier
Affiche d'exposition / M. C. Escher


Toutes les affiches


Maurits Cornelis Escher est né en 1898 à Leeuwarden (Pays Bas) dans une « famille d'artistes » comme il la qualifiait lui-même. Ce gaucher (comme Vinci, Dürer ou Holbein) réalisera tout au long de sa vie près de 450 lithographies, bois gravés, gravures sur bois, plus de 2000 dessins et d'innombrables recherches graphiques.

Il commencera des études d'ingénieur à l'Université de Delph, tout en suivant des cours à l'Ecole d'Architecture de Haarlem. Grand voyageur, il habitera l'Italie (Rome) onze ans (1923-1935) ; il s'y marie et travaille sans répit à son art, réalisant un ensemble d'études qui donneront quelques extraordinaires gravures lorsqu'il sera de retour en Hollande (1937).














Son retour au pays natal constitue la période charnière dans son art. Il réalise des gravures (noir et blanc ou couleur) dans lesquelles sa virtuosité technique alliée à sa manière inimitable de se jouer de la perspective ouvre les portes d'un monde fantastique, personnel et unique. Escher excelle à créer des structures définitivement fermées sur elle-même. En complément de son oeuvre graphique sur papier, Escher réalisa des peintures murales, illustra plusieurs livres, dessina des intérieurs architecturaux, des timbres pour la poste.















Apprécié depuis longtemps dans de nombreux pays, Maurits Cornelis Escher ne sera « découvert » véritablement par les français qu'à partir de sa mort, en 1972.