En mémoire . . .
Portrait de Marini Marino
"Dans la pierre, il y a la joie de découvrir, de griffer et de graver."
  Notes de biographie               coup de coeur
Piste bibliographique
A lire sur l'artiste :
« Marino pittore », M. De Micheli & C. Pirovano, Electra, Milano, 1988
« Marino Marini », Palazzo Reale - Milano, Electra, Milano, 1989
« Marino Marini, The sculpture », S. Hunter, Harry N. Abrams, New York, 1993
« Marino Marini », Cat. d’exposition Musée Réattu, Arles, Actes Sud, 1995
A lire de l'artiste :
« Biografa per Immagini », Edicalbra, Torino 1976
Catalogue(s) raisonné(s)
*« L’oeuvre complet », P. Waldberg et autres, San Lazzaro, Sté Internationale d’Art du XXe, Milan, 1970
*« Marino Marini scultore », Carlo Pirovano, Electra, Milan 1973
*« Druckgraphik Werkkatalog », F. Bruckmann, Verlag F. Bruckmann K.G., Munich, 1976
*« Acquaforti, 1914-1970 », Luigi Toninelli, Graphis Arte/ Toninelli Arte Moderna, Livourne - Milan, 1979
L’oeuvre gravé », G. & G. Guastalla, Graphis Arte, Livourne, 1990
The sculptures », Giovanni Carandente, Ed. Skira, Milan, 1998
Site web
Oeuvre déjà vendue par la galerie

Estampe, lithographie, gravure, Marini Marino

Dernière mise à jour pour :
Clin d'oeil à
Anne Turlais
Coup de coeur
Appleby Théodore
Cimaises
Atelier Lacourière & Frélaut


Voir les oeuvres de :






Marini Marino
Quelques notes de biographie ...

estampe, lithographie, gravure, dessin, livre illustré
estampes, lithographies, gravures, dessins, livres illustrés
signature manuscrite de Marini Marino
SCULPTURE MODERNE /1930-1970 / William Kenneth Armiage, Constantin Brancusi, Anthony Caro, Naum Gabo, Pablo Gargallo, Isamu Noguchi, etc.
timbre postal de Marini Marino
Etude de timbre / MC
Voir tous les timbres
Affiche d'exposition Marini Marino 
  Quelques notes de biographie . . .
"Mon art s’appuie sur des thématiques du passé, comme le rapport entre l’homme et le cheval, plutôt que sur des sujets modernes tels que le rapport homme-machine." - Marino Marini
Marini Marino dans son atelier
Affiche / Marino Marini dans son atelier


Toutes les affiches


Marino Marini est né en 1901 à Pistoia (Toscane, Italie). Très jeune, il suit des cours à l’Académie des beaux-arts de Florence. Il s’intéresse à la sculpture de Medardo Rosso. Il est âgé de 18 ans lorsque, à l’occasion d’un séjour à Paris, Marino Marini découvre les nouvelles tendances de l’art moderne, dont il tentera la synthèse avec ses admirations pour la statuaire antique (étrusque et romaine). Il rencontre de Chirico, de Pisis, Magnelli, Campigli, Braque, Picasso, Henri Laurens, Julio Gonzales, Tanguy.

C’est vers la fin des années 20 qu’il produit ses premières oeuvres significatives. C’est à partir de 1936 que Marini commença son inépuisable série des « Cavaliers », autour desquels ne cessera de s’édifier l’essentiel de son oeuvre, le cavalier faisant de plus en plus corps avec sa monture. Il n’a pas encore trente ans lorsqu’il devient professeur à l’Ecole d’art de la Villa Reale à Monza (Il le sera jusqu’en 1940). En 1940, il est nommé professeur de sculpture à l’Académie Brera (Milan).

Pendant la seconde guerre mondiale, il s’installe en Suisse, où il rencontre Giacometti, Wotruba et Germaine Richier, avant de revenir à Milan en 1946. En 1950, Marino Marini séjourne à New York ; il y fait, entre autres, la connaissance de Jean Arp, de Calder et de Lipchitz.

Sa carrière artistique sera marquée par de nombreuses expositions, par tout un ensemble de prix importants où il nous faut retenir le grand prix de sculpture de la Biennale de Venise en 1952. Très tôt Marino Marini sait transgresser ses références stylistiques par l’expression d’une profonde humanité ; déjà en 1935, l’artiste expliquait : « Est profondément artistique l’oeuvre, qui tout en puisant aux sources de la nature, sait s’en abstraire et les transcender car l’art est parfaite hallucination ». Marini travaillera aussi, comme Degas, sur des séries de « Jongleurs » et de « Danseuses ». Il apportera également des réponses personnelles au problème du portrait en sculpture (portraits de Campigli, Stravinsky, Henry Miller, Arp, Chagall, Henry Moore, etc.).














Dès son adolescence, Marino Marini réalisera des gravures, puis des lithographies à partir de 1942 ; il y reprend ses thèmes de prédilection. Son oeuvre picturale ou graphique, où l’expression lui est propre, met en place une gamme colorée étendue et violente. Marino Marini est un artiste d’atelier, passionné par son travail, homme discret qui n’a jamais consenti ni à sa propre publicité ni à la promotion de son oeuvre, uniquement préoccupé par le fait de mener à bien ses recherches rigoureuses. Il s’agit là d’une oeuvre dont l’approche se mérite. Pendant des années, cette approche n’était celle que d’un groupe d’initiés. Elle est aujourd’hui reconnue et célébrée dans le monde entier.

Marino Marini est mort à Viareggio (Toscane, Italie) en 1980.