En mémoire . . .
Portrait de Vieira da Silva
"L'invraisemblable est vraisemblable, il suffit de regarder."
  Notes de biographie              
Piste bibliographique
A lire sur l'artiste :
« Vieira da Silva », R. de Solier, Musée de Poche, G. Fall Ed., Paris, 1956
« Vieira da Silva », Dora Vallier, Weber Ed., Paris, 1971
« Vieira da Silva », Guy Weelen, Ed. Hazan, Paris, 1973
« Maria Elena Vieira da Silva », Fondation Dina Vierny, Paris, 1999
A lire de l'artiste :
Catalogue(s) raisonné(s)
Les estampes, 1929-1976 », Yves Rivière, Arts et Métiers Graphiques, Paris, 1977
Obra grafica, 1933-1991 », G. Schreiner, Ed. Convento de S.Francisco, Camara Municipal de Tomar, 1993
*« Peintures, aquarelles, gouaches, temperas, dessins et vitraux », Weelen-Jaeger, Ed. Skira, 1994
Site web
Oeuvre déjà vendue par la galerie

Estampe, lithographie, gravure, Vieira da Silva

Dernière mise à jour pour :
Clin d'oeil à
Anne Turlais
Coup de coeur
Appleby Théodore
Cimaises
Atelier Lacourière & Frélaut


Voir les oeuvres de :






Vieira da Silva
Quelques notes de biographie ...

estampe, lithographie, gravure, dessin, livre illustré
estampes, lithographies, gravures, dessins, livres illustrés
signature manuscrite de Vieira da Silva
ATELIER 17 /1927-1965 / Anton Prinner, Mauricio Lasansky, Jacques Lipchitz, Mark Rothko, etc.
ECOLE DE PARIS /1945-1960 / Very numerous artists were member of the School of Paris.
REALITES NOUVELLES /1946-1956 / Etienne Béothy, Marcelle Cahn, etc.

Affiche d'exposition Vieira Da Silva 
  Quelques notes de biographie . . .
"Au Moyen Age, on l’eût prise pour une sorcière avec ses yeux noirs perçants, son regard obsédé-obsédant, son nez en bec d’aigle aux narines curieusement arquées, son allure timide, palpitante, presque comme celle d’un oiseau sans défense, pris au filet." - John Rewald
Vieira Da Silva dans son atelier
Affiche / Vieira da Silva dans son atelier


Toutes les affiches


Maria Elena Vieira da Silva est née à Lisbonne (Portugal) en 1908 dans une famille aisée. Son père disparaît lorsqu’elle n’a que 2 ans. Sa mère l’encourage dans son destin qu’elle désire, très tôt, artistique. Elle dessine dès l’age de onze, sculpte à 16. Elle fait de nombreux voyages avec sa famille, ces voyages l’ouvrent à l’art.

La jeune fille rejoint, naturellement, Paris lorsqu’elle à vingt ans. Elle est l’élève de Bourdelle et Despiau à l’Académie de la Grande-Chaumière. Elle devient l’élève de Dufresne, Waroquier et Friesz, fréquente l’Académie de Léger et l’Atelier 17 de S.W. Hayter. Elle se marie avec le peintre Arpad Szenes, d’origine hongroise.














En 1932, perfectionniste, elle fréquente l’Atelier de Roger Bissière à l’Académie Ranson. Ce dernier lui fait rencontrer Jeanne Bucher, la célèbre marchande de cette époque.

La seconde guerre mondiale éclate, le couple se fixe au Portugal, puis au Brésil. Vieira da Silva, après-guerre, participera à nombre d’expositions collectives à Paris. La Galerie Jeanne Bucher lui organisera sa première exposition personnelle en 1933 et, suivra toute sa vie artistique au fil des ans, présentant régulièrement son travail des périodes successives.














Vieira da Silva a été exposée dans les plus grands musées du monde, elle a peint, elle a gravé, elle a réalisé des cartons pour la tapisserie, elle a illustré des poètes. Elle vivra en 1931, à Marseille, une expérience en apparence anodine mais qui représente, sans doute, la genèse de son oeuvre : dessinant, puis peignant un pont transbordeur (aujourd’hui disparu), les structures métalliques de celui-ci découpant des morceaux de ciel et de mer lui révélèrent toute une architecture de l’espace, architecture fantastique, architecture labyrinthe, architecture poétique qui sera le fondement de toute son oeuvre. La période brésilienne (1940-1947) sera celle de l’épanouissement de son art.

Naturalisée française en 1956, elle disparaîtra en 1992 (Paris).