En mémoire . . .
Portrait de Gromaire Marcel
"Ma mission de peintre est de donner de l’art une image permanente et humaine."
  Notes de biographie              
Piste bibliographique
A lire sur l'artiste :
« Gromaire », M. Zahar, Ed. P. Caillier, Lausanne, 1961
« Marcel Gromaire », MAM de la Ville de Paris, 1980
« M. G., 1892-1971, l’oeuvre gravé » Ville de Gravelines Ed. Westhoek 1980
« Gromaire, 50 années de dessin jour après jour » Galerie Présidence, Paris 1989
A lire de l'artiste :
« L’Art, invention du concret », in la Revue « Esprit », 1934
Catalogue(s) raisonné(s)
L’oeuvre gravé de M. Gromaire », 2 Vol., François Gromaire, Ed. La Bibliothèque des Arts, Paris, 1976
*« L’oeuvre peint », F. Chibret-Plaussu & F. Gromaire, Ed. La Bibliothèque des Arts, 1993
Site web
Oeuvre déjà vendue par la galerie

Estampe, lithographie, gravure, Gromaire Marcel

Dernière mise à jour pour :
Clin d'oeil à
Dominique Bonneval
Coup de coeur
Chagall Marc
Cimaises
Atelier Lacourière & Frélaut


Voir les oeuvres de :






Gromaire Marcel
Quelques notes de biographie ...

estampe, lithographie, gravure, dessin, livre illustré
estampes, lithographies, gravures, dessins, livres illustrés
signature manuscrite de Gromaire Marcel
REALISME SOCIAL /1920-1950 / André Lhote, André Fougeron, Otto Griebel, Amédée de la Patellière, etc.
timbre postal de Gromaire Marcel
Etude de timbre / MC
Voir tous les timbres
Affiche d'exposition Gromaire Marcel 
  Quelques notes de biographie . . .
"A la déformation, j'oppose l'affirmation de l'objet." - Marcel Gromaire
Gromaire Marcel dans son atelier
Affiche / Portrait de Marcel Gromaire


Toutes les affiches


Marcel Gromaire est né en 1892 à Noyelles-sur-Sambre, dans le nord de la France. Il visite les pays du Nord, dont l'atmosphère influencera profondément son oeuvre. Venu très jeune à Paris, il fréquente différentes Académies d’art (Colarossi, Ranson et La Palette) et expose, en 1911, au Salon des Indépendants. Marcel Gromaire reçoit les conseils de Matisse et se passionne pour le roman, le gothique et les primitifs. Il effectue son service militaire en 1913 ; il combat sur les fronts d’Alsace et de la Somme, est blessé en 1916, et restera mobilisé jusqu’en 1919. Il publie des dessins sur la guerre (poilus, tranchées) dans « Le Crapouillot » (1916-1918).














Ami de Laboureur, Marcel Gromaire débute la gravure par la gravure sur bois (1918), avant d’en venir à la plaque de cuivre, vers 1921. Gromaire prend position pour une peinture classique qui soit l’expression de son époque dans « L’Art moderne et notes sur l’art d’aujourd’hui » qu’il publie en 1919. Il se détermine pour une peinture figurative et réaliste et revendique l’importance du sujet. Sa première exposition personnelle est organisée en 1921. Il peint dans des tons sombres des toiles expressives sur la ville moderne et sur l’homme qui y vit. La guerre reste l’un des thèmes qu’il aborde ; il peint également des portraits et des nus féminins.

En 1934, il publie un manifeste dans la revue « Esprit », « L’Art, invention du concret ». L’artiste réalise en 1937 des peintures murales pour l’Exposition universelle de Paris. Gromaire participe à la libération de Paris en 1944 et devient, quatre ans plus tard, vice-président de l’Union nationale des intellectuels, organisation issue de la Résistance.

Les natures mortes, les nus, les sujets sociaux seront les thèmes de toute une vie. Gromaire pratiquera le dessin de manière constante, dessin sur nature ou de mémoire, et il illustrera de nombreux ouvrages. La gravure tient également une place importante dans son oeuvre. Marcel Gromaire sera professeur à l’Ecole des arts décoratifs de Paris de 1950 à 1968.














Gromaire s'est fait une place à part grâce à son sérieux d'artisan mystique. Il est mort en 1971 à Paris.