En mémoire . . .
Portrait de Valdés Manolo
"La peinture apprend de la peinture."
  Notes de biographie              
Piste bibliographique
A lire sur l'artiste :
* « Manolo Valdés, recent work », Manolo Valdés, Marlborough Gallery, 1991
* « M. Valdés, pintura y escultura », K. de Barañano, M. Guggenheim, Bilbao 2002
* « M. Valdés 1981-2006 », M. J. Salazar, G. Solana, M. N. Centro de Arte, 2005
* « Manolo Valdés », Kosme de Baranano, Ed. Fondation Maeght, 2006
A lire de l'artiste :
* « M. Valdés. Il perenne retaggio dell'arte », S. Parmiggiani, Ed. Skira, 2005
Catalogue(s) raisonné(s)
* « Obra grafica y Multiples - 1965-1982 », M. Dalmace, Ed. M. de Bilbao, 1988
* « Equipo Cronica », M. Dalmace, Ed. IVAM, Valence, 2002
* « Obra gráfica 1981-2002 », V. H. Nieto, Ed. Ayuntamiento de Madrid, 2002

Site web
Oeuvre déjà vendue par la galerie

Estampe, lithographie, gravure, Valdés Manolo

Dernière mise à jour pour :
Clin d'oeil à
Sandrine Richard
Coup de coeur
Miro Joan
Cimaises
Atelier Lacourière & Frélaut


Voir les oeuvres de :






Valdés Manolo
Quelques notes de biographie ...

estampe, lithographie, gravure, dessin, livre illustré
estampes, lithographies, gravures, dessins, livres illustrés
signature manuscrite de Valdés Manolo
ARTISTES D'AUJOURD'HUI /XXème siècle /
POP-ART /1955-1970 / Andy Warhol, Keith Haring, Tom Wesselmann, etc.
timbre postal de Valdés Manolo
Etude de timbre / MC
Voir tous les timbres
Muet mais . . . parlant !
     Durée : ()
Affiche d'exposition Valdés Manolo 
  Quelques notes de biographie . . .
Valdés n’a cessé de rechercher et de réinventer l’Art tout au long de sa carrière dilatée dans une attitude insatiable d’expérimentation conceptuelle et plastique.

Valdés Manolo dans son atelier
Affiche / Manolo Valdès


Toutes les affiches


Le peintre et sculpteur, Manolo Valdès est né à Valencia (Espagne) en 1942 ; son passage par l’Académie des Beaux Arts de San Carlos lui permet de rencontrer les jeunes créateurs du moment, parmi lesquels Rafael Solbes, avec lequel il fonde l’Equipo Crónica en 1964, que rejoint Juan Toledo. 

Equipo Cronica est le plus important mouvement de Pop Art en Espagne. À l' époque de sa création (1964), Franco est encore au pouvoir et les artistes de ce genre sont évidemment classés parmi les dégénérés à surveiller et éventuellement à éliminer si leur capacité subversive devient trop importante. Joan A. Toledo choisit rapidement une autre voie, laissant Valdès et Solbes travailler à la renommée du mouvement, organisant de nombreuses performances et expositions. Equipo Cronica se fait remarquer par ses images déclinées en série et surtout par la captation d’éléments puisés dans l’histoire de l’art.














Comme El Paso ou Dau al Set, l’Equipo Crónica est une référence de l’art espagnol de la seconde moitié du XXème siècle, ce qui rend pratiquement impossible de dissocier Manolo Valdés de ce collectif un quart de siècle après la mort de Solbes, (début des années 80) et la dissolution du groupe. Une fois seul, Manolo Valdés s’éloigne de l’ironie pour interpréter l’image comme symbole et véhicule de contact entre l’œuvre d’art et le spectateur. Les chefs d’œuvres sont revisités, et on découvre ou redécouvre avec bonheur le travail des maîtres qui ont rempli les pages de l’histoire de l’art, à savoir Picasso, Matisse, Vélasquez, Ribera, Van Eyck.














Depuis 1981, Manolo Valdés initie une trajectoire en solitaire intensément marquée par la vie à New York où il établit son atelier, un paradis privé où il recrée son univers personnel. Il s’intéresse de plus près à la texture de la surface et use davantage de matériaux tactiles. L’huile est appliquée en d’épaisses couches et apparaissent des matières telles que ficelle, toile de jute, bitume, huile de lin, adhésifs de toutes natures et cela dans une large gamme de pigments naturels. La production de cette seconde étape artistique de Manolo Valdés comprend également une abondante œuvre graphique ainsi qu'une importante œuvre sculptée, l’espagnol a revisité le domaine en inventant un style inédit de collage - assemblage. Le bronze est employé, mais c’est surtout vers le bois que va sa préférence. Plus novateur, il se sert des racines des grands arbres pour débiter des planches, les travaillant avec des adhésifs et des rivets pour aboutir à des formes toujours inspirées de l’histoire de l’art. Une œuvre originale prend naissance, totalement autonome, car issue de la propre vision de l’artiste. Manolo Valdès parvient ainsi à prolonger les œuvres qui ont marqué l’art tout en contribuant à leur métamorphose. Cette production est présente dans les plus illustres collections muséales (Metropolitan Museum, Beaubourg, Guggenheim - Bilbao, Reina Sofia - Madrid...).