En mémoire . . .
Portrait de Feito Luis
"La peinture a des valeurs propres et claires pour produire des émotions et des sentiments sans pour autant représenter quoi que ce soit."
  Notes de biographie              
Piste bibliographique
A lire sur l'artiste :
« Luis Feito, austellung , kunstveiren in Hambourg», Luis Feito, Hambourg, 1964
« Del rojo al negro », L. F. et A. A. Ares, Musée Art Contemp., Montreal, 1968
« Tableaux, 1953-1968 », M.-A. Levin, Ed. M. Art contemporain, Montreal, 1969
« Feito », Juan Manuel Bonet, Ed. Minist. de Asuntos Exteriores, Madrid, 2002
A lire de l'artiste :
« Dialogue avec Luis Feito », F.-A. Viallet, Ed. Cuadernos de Arte, Madrid, 1963
Catalogue(s) raisonné(s)
Non réalisé à ce jour.
Site web
Oeuvre déjà vendue par la galerie

Estampe, lithographie, gravure, Feito Luis

Dernière mise à jour pour :
Clin d'oeil à
Sandrine Richard
Coup de coeur
Miro Joan
Cimaises
Atelier Lacourière & Frélaut


Voir les oeuvres de :






Feito Luis
Quelques notes de biographie ...

estampe, lithographie, gravure, dessin, livre illustré
estampes, lithographies, gravures, dessins, livres illustrés
signature manuscrite de Feito Luis
ARTISTES D'AUJOURD'HUI /XXème siècle /
timbre postal de Feito Luis
Etude de timbre / MC
Voir tous les timbres
Affiche d'exposition Feito Luis 
  Quelques notes de biographie . . .
Ma peinture exprime mes désirs, mes idées et mes possibilités, une façon de ressentir et de penser avec le seul langage par lequel j'ai essayé de m'exprimer. Luis Feito

Feito Luis dans son atelier
Affiche / Luis Feito dans son atelier


Toutes les affiches


Luis Feito voit le jour en 1929 à Madrid. Il sera l'un des membres fondateurs de l'Association des artistes espagnols « El Paso » (Manolo Millares, Antoni Tapiès, etc.). Cette association, fondée en 1957 à Madrid, se constitue pour défendre un art novateur, ouvert sur le monde mais sans engagement esthétique partisan. Comme à la génération précédente des peintres espagnols, beaucoup de ces artistes s’épanouiront plus tard dans le cadre de l’École de Paris.

Dès 1954, Luis Feito devient professeur à l'académie des Beaux-arts de San Fernando. Cette même année, sa première exposition personnelle, à tendance non figurative, est organisée à la Galerie Buchholz de Madrid. Dès cette période, Luis Feito exposera très régulièrement dans des villes importantes espagnols ou étrangères (Madrid, Paris, Milan, New York, Helsinki, Tokio, Rome, etc.).














Il part ensuite s'installer à Paris pendant deux ans pour y étudier les mouvements d'avant-garde. Il y est principalement influencé par l'automatisme, et l'abstraction. Ses premiers travaux s’inscrivent dans le mouvement figuratif. Il explore ensuite une période cubiste, avant d’arriver à l’abstraction. Au départ, il utilise surtout le noir, l'ocre et le blanc, avant de découvrir la potentialité de la lumière, il commence alors à peindre avec des couleurs intenses comme le rouge qui crée un contrepoint aux grandes giclées de peinture noire. A partir de 1964-65, la couleur domine, notamment dans les grandes toiles présentées à la Biennale de Venise en 1968. D'épaisses masses de teintes vives s'organisent en rythmes simples avec une sorte de force élémentaire et s'opposent souvent à de vastes aplats unis en des diptyques d'un caractère monumental.













Dans sa phase abstraite, y compris dans les années 70, l'artiste montre une forte tendance à la simplification, le cercle - en tant que forme géométrique - devenant prépondérant dans ses compositions. Le disque, déjà très présent dans la période précédente, y domine désormais et semble parfois  prendre des allures solaires ou végétales qui apparentent cet art aux simplifications japonisantes et oniriques de son contemporain Yasse Tabuchi. L'art japonais l'influence et l'on voit apparaître également dans ses oeuvres de grandes bandes noir. A partir des années 80, Feito partage son temps entre Montréal (où il s'installera deux ans en 1981), New York et Madrid, pour finalement choisir de résider entre les Etats-Unis et l'Espagne ; ses œuvres des années 1980 confirment son intérêt pour la clarté géométrique des grandes touches colorées.

Le M. E. A. C. de Madrid a consacré une rétrospective à Feito en 1988. Il est nommé, en 1985, officier des Arts et des Lettres de France. Ses œuvres figurent dans les musées de Bilbao, de Cuenca, de Madrid (collection Juan March), de Marseille, d'Alexandrie, de Rome, de Montréal, de New York (Guggenheim Museum), de Houston, de Rio de Janeiro, de Paris (M. N. A. M. et M. A. M. de la Ville). En 1992, une grande exposition est organisée à Madrid dans laquelle l'artiste présente des oeuvres à l'acrylique sur papier journal.