En mémoire . . .
Portrait de Fontana Lucio
"Toutes les choses surgissent par nécessité et font valoir les exigences de leur temps."
  Notes de biographie               coup de coeur
Piste bibliographique
A lire sur l'artiste :
« Lucio Fontana », MNAM, Paris, 1987
« L. F. : une vie d’artiste », G. Joppolo, Images en Manoeuvres, Marseille, 1992
« Lucio Fontana : entre materia y espacio », Fondation « La Caixa », 1998
« Centenario de Lucio Fontana », Charta, Milan, 1999
A lire de l'artiste :
« Idee di Lucio Fontana » In Domus n° 271, Milan, 1952
Catalogue(s) raisonné(s)
*« Lucio Fontana : les peintures, sculptures et environnements spaciaux », 2 Vol., E. Cripoliti & J. Van der Marck, Ed. La Connaissance, Bruxelles, 1974 et 1986
Graphics, multiples and more », H. Ruhé et C. Rigo, Ed. Tuja books, Amsterdam, 2006

Site web
Oeuvre déjà vendue par la galerie

Estampe, lithographie, gravure, Fontana Lucio

Dernière mise à jour pour :
Clin d'oeil à
Dominique Bonneval
Coup de coeur
Chagall Marc
Cimaises
Atelier Lacourière & Frélaut


Voir les oeuvres de :






Fontana Lucio
Quelques notes de biographie ...

estampe, lithographie, gravure, dessin, livre illustré
estampes, lithographies, gravures, dessins, livres illustrés
signature manuscrite de Fontana Lucio
SPACIALISME /1938-1968 / Beniamino Joppolo, Antonino Tullier, Cesare Peverelli, etc.

Affiche d'exposition Fontana Lucio 
  Quelques notes de biographie . . .
Je prends le blanc parce que c'est la couleur qui est la plus pure la moins compliqué, mais ça n'a aucune importance par rapport aux effets de ma pensée, le blanc ou le rouge ou le jaune. Lucio Fontana
Fontana Lucio dans son atelier
Affiche / Lucio Fontana dans son atelier


Toutes les affiches


Lucio Fontana est né d'un père italien en 1899 à Rosario de Santa Fe (Argentine). De 1914 à 1917, il fera ses études à l’Ecole spéciale du bâtiment à Milan. En 1917, il s’engage dans l’armée. Blessé, il est réformé en 1918. Au sortir de la guerre, il entreprend des études d’art à l’Académie de Brera de Milan. Lucio Fontana repart pour quelques années en Argentine, où il exécute ses premières sculptures.

Il revient en Italie (Milan) en 1928. Fontana explore tous les aspects de la matière pour aboutir à un art épuré. Il sera, deux ans plus tard, cofondateur du groupe des Abstraits italiens. Sa première exposition personnelle est organisée en 1930. De 1939 à 1945, il se réfugie à Buenos Aires et lance une « protestation artistique » contre la guerre.

Son art s'affirme véritablement après la Seconde Guerre mondiale, Fontana imposant un geste définitif, qui griffe, perfore, troue et même lacère l'espace de la toile ou du papier. En 1946, il rédige le « Manifeste blanc » qui annonce la fin de la toile peinte et l’avènement d’un art mobile et dynamique, à la fois un changement dans le fond et dans la forme.














De retour à Milan, en 1947, Lucio Fontana publie le « Manifeste spatial ». A partir de la fin des années 40, Lucio Fontana compose des arabesques de néons qu’il installe en fonction des lieux afin de créer une « ambiance spatiale ». L’artiste annonce la fin de l’art, peint des abstractions interstellaires, réalise des monochromes. Plus tard, et afin « d’ouvrir l’espace », il perce ses toiles ou les fend d’un coup de couteau. Lucio Fontana reviendra, vers 1960, à de simples formes peintes ou sculptées, des sculptures objets.


Lucio Fontana est mort en 1968 à Varèse (Italie).