En mémoire . . .
Portrait de Louttre B
"La gravure peut dire tout ce que dit la peinture."
  Notes de biographie              
Piste bibliographique
A lire sur l'artiste :
« L’art de Louttre », J. Lassaigne, Cat. d’expo, Galerie J.-Bucher, Paris, 1962
« Le renouveau de l’estampe », B. Gheerbrandt, in Gal. des Arts, n°44, mai 1967
« Portraits en douze esquisses », Baptiste-Marrey, Ed. Le Castor Astral, 1994
« Louttre. B », Anne Malherbe, Ed. Ides et Calendes, Neuchâtel, 2007
A lire de l'artiste :
« Loutre. B », interview (1997) de C. Guibert, Encyclopédie A.A.C., 2001
Catalogue(s) raisonné(s)
* « L’oeuvre gravé, 1963-1983 », B. Foucart, Hazan Ed., Paris, 1985
* « L’oeuvre gravé, 1984-2006 », Ed. Area, Paris & Musées de Sens, 2008
Site web
Oeuvre déjà vendue par la galerie

Estampe, lithographie, gravure, Louttre B

Dernière mise à jour pour :
Clin d'oeil à
Sandrine Richard
Coup de coeur
De Chirico Giorgio
Cimaises
Atelier Lacourière & Frélaut


Voir les oeuvres de :






Louttre B
Quelques notes de biographie ...

estampe, lithographie, gravure, dessin, livre illustré
estampes, lithographies, gravures, dessins, livres illustrés
signature manuscrite de Louttre B
ECOLE DE PARIS /1945-1960 / Jean Degottex, Georges Mathieu, etc.
REALITES NOUVELLES /1946-1956 / Etienne Béothy, Marcelle Cahn, etc.
ARTISTES D'AUJOURD'HUI /XXème siècle /
timbre postal de Louttre B
Etude de timbre / MC
Voir tous les timbres
Affiche d'exposition Louttre B 
  Quelques notes de biographie . . .
Le seul but est d’essayer d’arracher le spectateur à l’horreur du monde. Louttre.B
Louttre B dans son atelier
Affiche / Louttre.B dans son atelier du Lot


Toutes les affiches


Marc-Antoine Bissière, dit Loutre, est né en 1926 à Paris. Son père, le peintre Roger Bissière enseigne alors à l'Académie Ranson, que fréquenteront, entre autres, Jean Le Moal, Alfred Manessier ou le sculpteur Etienne Martin. En 1938 la famille Bissière quitte Paris et s'installe à Boissiérettes, dans le Lot. Loutre - c’est le prénom que lui a donné son père - travaille au champ et vit une expérience agricole.

Le jeune homme commence à peindre en 1942. Sous le nom d’Antoine Bissière, début 1944, il expose à la Galerie de France avec son père et ses amis (Bertholle, Jean Le Moal, Manessier, Gustave Singier, Étienne Martin). Trois mois plus tard, le jeune artiste prend le maquis dans le Lot, puis est incorporé. Dès 1945, Loutre - qui a 20 ans - va passer deux années à travailler auprès de son père : " Ce furent deux années de partage. Je lui offrais ma candeur, il m'offrait son savoir ". Marc-Antoine Bissière emprunte une voie qui est originale, entre figuration et abstraction, une voie que lui-même désigne sous le nom de « figuration allusive ». L’artiste quitte Boissiérettes en 1949 et s'installe à Paris où, tout en continuant à peindre, il sera peintre en bâtiment jusqu'en 1955. Il se marie en 1954 avec Laure Latapie, fille du peintre Louis Latapie. La galerie Pierre Loeb présente ses peintures en 1957, puis, en 1959, ce sera la galerie Jeanne Bucher. Marc-Antoine Bissière expose parallèlement au Salon de Mai, puis au Salon des Réalités Nouvelles. En 1960, l’artiste commence à graver le linoleum et le bois en taille douce, en amicale complicité avec Marcel Fiorini. En 1961, il sera lauréat de la deuxième Biennale de Paris.














A partir de 1962 et jusqu’en 1967, il revient vivre à Boissiérettes, se détournant de l’abstraction et signant désormais ses toiles Louttre.B. Il sera lauréat de la cinquième Biennale de la gravure de Tokyo en 1966 et, l’année suivante, de la Triennale de Grenchen (Suisse). En 1969, Louttre. B réalise, avec Fiorini, des gravures monumentales (2 x 3 m) ; un ensemble de 10 méga-gravures est présenté en 1970 à la galerie Jeanne-Bucher.

Artiste aux intérêts multiples, il oeuvrera dans de nombreux domaines : la peinture et la gravure, nous l’avons vu, mais aussi la sculpture, l’art du vitrail ou celui de la tapisserie, la réalisation de livres illustrés dont il assurera souvent l’entière réalisation. Sur près de six décennies, Louttre.B, travaillant « depuis toujours » entre Paris et Boissiérettes, présentera son oeuvre dans plus d’une centaine d'expositions particulières de ses peintures et gravures en France comme à l’étranger (Allemagne, Danemark, Luxembourg, Pays-Bas, Etats-Unis, Suède, Suisse, etc.), recevant de nombreuses distinctions.

Si Louttre. B sera toujours habité par la mémoire de son père (Roger Bissière disparaît en décembre 1964), il a consacré un demi-siècle de travail pour s’affranchir de cette ombre imposante et donner à son pseudonyme sa véritable identité. Tout au long de son long itinéraire, Louttre.B a déconstruit et reconstruit régulièrement son langage : " J’ai passé ma vie dans de nouveaux voyages," dit-il, l’œil rieur.

Louttre B. est disparu le 5 avril 2012.