En mémoire . . .
Portrait de Fini Leonor
"L’imagination se nourrit d’images le long du chemin."
  Notes de biographie              
Piste bibliographique
A lire sur l'artiste :
« Léonor Fini graphique », J.-P. Guibbert, La Guilde du Livre/Ed. Clairefontaine
« Léonor Fini », Le Musée de Poche, X. Gauthier, Paris, 1973
« Léonor Fini, monographie illustrée », Ed. Hervas, Paris, 1981
« Léonor Fini », Ed. Michèle Trinckvel, Paris, 1986
A lire de l'artiste :
« Le livre de Léonor Fini », José Alvarez, La Guilde du Livre/Ed. Clairefontaine
Catalogue(s) raisonné(s)
*« Léonor Fini, l’œuvre », Marcel Brion, Ed. Pauvert, 1955
*« Léonor Fini », J.-C. Dedieu, Ed. Frederic Birr, Paris, 1978
Site web
Oeuvre déjà vendue par la galerie

Estampe, lithographie, gravure, Fini Leonor

Dernière mise à jour pour :
Clin d'oeil à
Sandrine Richard
Coup de coeur
De Chirico Giorgio
Cimaises
Atelier Lacourière & Frélaut


Voir les oeuvres de :






Fini Leonor
Quelques notes de biographie ...

estampe, lithographie, gravure, dessin, livre illustré
estampes, lithographies, gravures, dessins, livres illustrés
signature manuscrite de Fini Leonor
SURREALISME /1924-1969 / Oscar Dominguez, Marcel Duchamp, Yves Tanguy, etc.
timbre postal de Fini Leonor
Etude de timbre / MC
Voir tous les timbres

Affiche d'exposition Fini Leonor 
  Quelques notes de biographie . . .
"Le désir de s’exprimer, de réinventer la vie, revient, se renouvelle, et ils se montreront encore – cercle vicieux qui recommence – jusqu’au jour où il se fermera." - Leonor Fini
Fini Leonor dans son atelier
Affiche / Leonor Fini dans son atelier


Toutes les affiches


Léonor Fini est née en 1908 à Buenos Aires (Argentine) de parents italo-argentins. Elle est très jeune lorsque que sa famille rejoint l’Italie. Elle commence à peindre très tôt, admirant d’abord les peintres du Quattrocento, puis les manièristes du XVI° siècle dont les grâces alanguies la fascinaient. Léonor Fini étudie à Trieste – où elle a passé enfance et adolescence -, subissant l’influence de Carlo Carrà.














Elle s’installe à Paris en 1933 et participe aux activités du groupe surréaliste, comme elle le fera à Londres – où elle participa à l’exposition « Le Surréalisme » (Burlington Gallery, 1936) -, New York (« Fantastic Art, Dada, Surrealism », 1936), Zurich et Bruxelles. Sa première exposition française, après un premier accrochage italien à Milan, sera organisée à Paris en 1933. Eluard et de Chirico sont les préfaciers de son catalogue pour sa première exposition personnelle à New York (1938).














Femme ayant le goût de la plume et la passion du masque, elle fut toujours attirée par la scène et travailla pour le théâtre, le ballet, puis le cinéma. Dessinateur, aquarelliste et graveur, Léonor Fini a illustré de nombreux ouvrages (« La Tempête » de Shakespeare, « Juliette » de Sade, « Les Fleurs du Mal » de Baudelaire, etc.). L’oeuvre de Léonor Fini est matériellement nourrie de la tradition classique. Sa peinture montra successivement des silhouettes d’adolescentes, des paysages fantastiques, des femmes chauves, des germinations au style presque abstrait, toujours marquée par l’étrangeté. Il y a toujours chez l’artiste l’ambiguïté du sujet traité, une féminité exacerbée, souvent le recours à un érotisme morbide ou à l’ambiance d’un climat trouble.
Une très grande rétrospective de son oeuvre (peintures, gouaches, aquarelles, dessins, gravures, éditions de bibliophilie, masques) lui a été consacrée au Musée du Luxembourg (Paris, 1986).

Léonor Fini est morte en 1996 à Paris.