En mémoire . . .
Portrait de Kijno Ladislas
"Si créer, c’était de ne pas devenir adulte, rester désespérément un enfant."
  Notes de biographie              
Piste bibliographique
A lire sur l'artiste :
« Les dessins de Kijno », J. Damase, Tisné, Paris, 1961
« Introduction à la méthode de Kijno », H. Kréa, 1965
« Kijno », R. de Sorlier, Musée de Poche, Paris, 1972
« Kijno » in l’Art du XXème siècle, Larousse, Paris, 1991
A lire de l'artiste :
« Kijno », Encyclop. audiovisuelle de l’art contemporain, Imago Prod.
Catalogue(s) raisonné(s)
Non réalisé à ce jour
Site web
Oeuvre déjà vendue par la galerie

Estampe, lithographie, gravure, Kijno Ladislas

Dernière mise à jour pour :
Clin d'oeil à
Sandrine Richard
Coup de coeur
De Chirico Giorgio
Cimaises
Atelier Lacourière & Frélaut


Voir les oeuvres de :






Kijno Ladislas
Quelques notes de biographie ...

estampe, lithographie, gravure, dessin, livre illustré
estampes, lithographies, gravures, dessins, livres illustrés
signature manuscrite de Kijno Ladislas
ECOLE DE PARIS /1945-1960 / Jean Degottex, Georges Mathieu, etc.
timbre postal de Kijno Ladislas
Etude de timbre / MC
Voir tous les timbres

Affiche d'exposition Kijno Ladislas 
  Quelques notes de biographie . . .
"La plus immédiate énigme d'un papier froissé par les doigts de Kijno, c'est qu'il pose instinctivement le problème de l'origine." - Salah Stétié
Kijno Ladislas dans son atelier
Affiche d'exposition / Ladislas Kijno


Toutes les affiches


Ladislas Kijno est né à Varsovie (Pologne) en 1921. Arrivé en France en 1925, il réalise ses premiers travaux artistiques au début des années 40, tout en menant parallèlement des études de philosophie à l’Université de Lille. Il fonde le groupe Cadran en 1950, avec Paul Gay et se consacrera exclusivement à la peinture à partir de 1954. Il s’installe en 1958 à Paris. Kijno devient membre du comité directeur du Salon de Mai (Paris) et participe donc régulièrement à cette manifestation.

Après ses premières oeuvres, personnages et violons, qu’il reprend inlassablement à la gouache ou au crayon, Kijno évolue vers l’abstraction. Sans cesse à la recherche de nouveaux moyens d’expressions, il expérimente. A la fin des années 40, il met au point la technique des papiers froissés, puis, plus tard, celle de la toile froissée, donnant ainsi du relief à ces surfaces ; ce sera désormais là l’une des caractéristiques, une sorte de signature, dans l’oeuvre de l’artiste. Ses recherches lui feront également réaliser une synthèse entre les techniques traditionnelles de la peinture et les découvertes industrielles, notamment dans le domaine de la vaporisation et des colorants.

Kijno s’est aussi intéressé à l’insertion de l’art dans l’environnement et s’est consacré à l’art mural et réalisé d’importantes mosaïques. Il a collaboré avec de nombreux poètes après sa rencontre avec Aragon et Ponge en 1943, illustré de très nombreux ouvrages.














Ladislas Kijno a beaucoup travaillé par séries. Il a sans cesse voulu rejeter le fossé creusé entre abstraction et figuration, créant un monde personnel, utilisant signes et courbes qui semblent créer une mythologie moderne. Depuis sa première grande exposition personnelle (Musée d’Antibes, 1957), plus d’une centaine d’expositions ont montré son travail. L’art de Kijno est aujourd’hui présent dans les collections de nombreux musées internationaux.