En mémoire . . .
Portrait de Van Dongen Kees
"Les peintres ne savent pas ce qu’ils font ; ce sont des demi-fous, et j’en suis un."
  Notes de biographie              
Piste bibliographique
A lire sur l'artiste :
« Van Dongen », A. Malraux & B. Dorival, MAM de la Ville de Paris, 1967
« Van Dongen et le fauvisme », M. Kyriazi, Bibliothèque des Arts, Paris, 1971
« K. v. D. retrouvé, l’oeuvre sur papier », Institut Néerlandais, Paris, 1997
« K. v. D. » D. Marchesseau, Cat., Fondation P. Gianadda, Martigny, 2002
A lire de l'artiste :
« V. D. raconte la vie de Rembrandt...et de l’art », Flammarion, Paris, 1927
Catalogue(s) raisonné(s)
Kees van Dongen : the graphic work », J. Juffermans et fils, Ed. V+K Publishing (The Netherlands), 2002
*« L’oeuvre peint », C. R. en préparation, Wildenstein Institute, Paris
Site web
Oeuvre déjà vendue par la galerie

Estampe, lithographie, gravure, Van Dongen Kees

Dernière mise à jour pour :
Clin d'oeil à
Anne Turlais
Coup de coeur
Appleby Théodore
Cimaises
Atelier Lacourière & Frélaut


Voir les oeuvres de :






Van Dongen Kees
Quelques notes de biographie ...

estampe, lithographie, gravure, dessin, livre illustré
estampes, lithographies, gravures, dessins, livres illustrés
signature manuscrite de Van Dongen Kees
FAUVISME /1902-1907 / Charles Camoin, Auguste Chabaud, etc.

Affiche d'exposition Van Dongen Kees 
  Quelques notes de biographie . . .
"Lorsqu'on s'est fait peindre par un peintre célèbre, il ne reste qu'une ressource: ressembler à son portrait." - Van Dongen
Van Dongen Kees dans son atelier
Affiche / Van Dongen dans son atelier


Toutes les affiches


Cornelis Van Dongen, dit Kees, est né en 1877 à Delfshaven (Hollande). Il quitte l’école à douze ans pour travailler dans la malterie de son père. Kees Van Dongen fait ses études à l’Académie des beaux-arts de Rotterdam de 1894 à 1896. Il s’installe à Paris en 1897 et exerce différents petits métiers pour survivre. Il réalise des dessins humoristiques pour des journaux (Le Rire, L’Indiscret, etc.) à partir de 1901 ; il illustre un numéro de « L’assiette au beurre » sur la prostitution.














Au début du siècle, Van Dongen peint des tableaux de style postimpressionniste où il représente des scènes de la vie parisienne. A partir de 1904, Kees Van Dongen exposera régulièrement au Salon des Indépendants et au Salon d’Automne. Sa première exposition personnelle est organisée en 1904 à Paris. Dès 1905, l’artiste réalise des toiles aux couleurs intenses et fortement contrastées, aux contours cernés qui se situent entre Fauvisme et Expressionnisme. Il peint des portraits aux traits lourds.

L’artiste exposera, en 1908, avec le groupe Die Brücke à Dresde et, en 1910, à la Nouvelle Sécession de Munich. En 1910, l’artiste allonge peu à peu la silhouette de ses personnages. Il peint des nus qui font scandale. L’artiste devient dans la période d’avant-guerre le portraitiste du milieu mondain, il le restera pendant plusieurs décennies. Il réalise ses effigies en forçant le trait, souvent de manière cruelle, exagérant les maquillages jusqu’à faire des visages des masques artificiels. L’artiste peint également des paysages caractéristiques de son style.














Kees Van Dongen obtient la nationalité française en 1929. Il connaîtra une période de purgatoire en France après la seconde guerre mondiale, l’artiste ayant en 1941 participé à un voyage des artistes et écrivains français en Allemagne.



Kees Van Dongen est mort à Monte-Carlo en 1968.