En mémoire . . .
Portrait de Gris Juan
"Chaque époque a influencé ces éléments picturaux par ses préoccupations."
  Notes de biographie               coup de coeur
Piste bibliographique
A lire sur l'artiste :
« Juan Gris, un peintre cubiste », J. A. Gaya Nuno, Ed. Poligrafa, 1984
« J.G., sa vie, son œuvre, ses écrits », D.-H. Kahnweiler, Ed. Gallimard, 1991
« Juan Gris », auteurs collectifs, Ed. Musées de Marseille, 1999
« Juan Gris », C. Derouet, Ed. Centre G. Pompidou, Paris, 1999
A lire de l'artiste :
« Les possibilités de la peinture », conférence-lecture, Sorbonne, Paris, 1924
Catalogue(s) raisonné(s)
*« Juan Gris, l’œuvre peint », D. Cooper et autres, 2 volumes, Ed. Berggruen, Paris, 1977
*« Juan Gris, dessinateur de presse, 1904-1912. De Madrid à Montmartre », R. Bachollet, Ed. El Viso, Madrid, 2003.
Site web
Oeuvre déjà vendue par la galerie

Estampe, lithographie, gravure, Gris Juan

Dernière mise à jour pour :
Clin d'oeil à
Dominique Bonneval
Coup de coeur
Chagall Marc
Cimaises
Atelier Lacourière & Frélaut


Voir les oeuvres de :






Gris Juan
Quelques notes de biographie ...

estampe, lithographie, gravure, dessin, livre illustré
estampes, lithographies, gravures, dessins, livres illustrés
signature manuscrite de Gris Juan
CUBISME /1907-1925 / Robert Delaunay, Marcel Duchamp, Charles Dufresne, Henri Laurens, Jacques Lipchitz, Jean Metzinger, etc.
PURISME /1920-1927 / Marcelle Cahn, Otto Gustav Carlsund, etc.
Affiche d'exposition Gris Juan 
  Quelques notes de biographie . . .
"Plus nous connaîtrons le premier Juan Gris, l’illustrateur, mieux nous serons en mesure de comprendre sur quelles bases s'est construite son oeuvre de maturité". Juan Manuel Bonet
Gris Juan dans son atelier
Affiche / Juan Gris


Toutes les affiches


José Victoriano González, qui deviendra plus tard Juan Gris, est né à Madrid en 1887. Il abandonne des études préalables d'ingénieur, pour entamer (1904) des études à l'école des arts et manufactures de Madrid, et se consacrer à la peinture. Ses premières œuvres sont inspirées par le « Jugendstil » (courant allemand de l’Art Nouveau) que le milieu de l’art madrilène perçoit alors comme un art majeur.

Juan Gris a dix-neuf ans lorsqu’il s’installe à Paris en 1906 et rapidement, après avoir vécu dans un hôtel de Montmartre, il prend un atelier au Bateau-Lavoir. Pablo Picasso est un proche voisin ! L’artiste va, dans un premier temps, gagner sa vie en réalisant un important travail d’illustrateur pour de célèbres revues françaises (L’assiette au beurre, Charivari, Le cri de Paris, etc.) et espagnoles. Il produira ainsi pour la presse plus de 700 dessins, le plus souvent humoristiques ou satiriques. Dès son arrivée en France, Juan Gris peint, mais il se consacrera exclusivement à la peinture qu’à partir de 1911.

Gris est très impressionné par les œuvres cubistes de Braque et de Picasso qui deviennent rapidement ses amis ; il va s’engager avec ferveur dans le cubisme, tout en donnant une dimension plus intellectuelle et constructive à ses œuvres. Juan Gris gardera en effet un style qui lui est propre, fondé sur la rigueur presque géométrique des compositions et sur la mise en évidence de permanences formelles dans la représentation des objets. Juan Gris sculpte, réalise des collages, illustre des poètes (Pierre Reverdy, Tristan Tzara, etc). En 1912, Juan Gris participe au Salon des Indépendants avec la toile « Hommage à Picasso » ; Guillaume Apollinaire qualifie l’œuvre « d’expression du cubisme intégral ». La même année il participe à l’exposition cubiste des Galeries Dalmau de Barcelone, puis à l’exposition de la Section d’or à la Galerie La Béotie à Paris.



En 1913, l’artiste passe un contrat avec le marchand d’art Henri Kahnweiler. Il se lie d’amitié avec Henri Matisse (1914). Après la première guerre mondiale, l’art de Juan Gris se rapproche des tenants de l’Esprit Nouveau et du mouvement « puriste » (Le Corbusier, Amédée Ozenfant).



En 1922, le peintre dessine les premiers décors et costumes pour les ballets russes de Diaghilev. En 1923, d’importantes expositions de son œuvre sont organisées à la Galerie Simon (Paris) et à la Galerie Flechtheim (Berlin) ; cette dernière galerie l’exposera de nouveau deux ans plus tard à Düsseldorf. Sa renommée est alors internationale.



















La santé de l’artiste décline rapidement. Victime d’urémie, Juan Gris n’a que 40 ans lorsqu’il meurt brutalement en 1927 à Boulogne/Seine.