En mémoire . . .
Portrait de Le Corbusier
"Etre sensible, c’est être conscient, le contraire de ce que l’on veut attribuer à la sensibilité."
  Notes de biographie               coup de coeur
Piste bibliographique
A lire sur l'artiste :
« Le Corbusier », MAM de la ville de Paris, 1962
« Le Corbusier lui-même », C. Petit, Rousseau Ed., Genéve, 1970
« Le Corbusier, une encyclopédie », MNAM, Paris, 1987
« Le Corbusier », Cat., Galerie Zlotowski, Paris, 2004
A lire de l'artiste :
« Entre-deux ou propos toujours reliés », Ed. Forces-vives, Genève, 1968
Catalogue(s) raisonné(s)
Oeuvre lithographique », Heidi Weber, Centre Le Corbusier, 1966
The graphic work », Ed. Heidi Weber, Prolitteris Zurich, 2004
*« L'oeuvre peint », 2 Vol., N. et J.-P. Jornod, Ed. Skira, 2006

Site web
Oeuvre déjà vendue par la galerie

Estampe, lithographie, gravure, Le Corbusier

Dernière mise à jour pour :
Clin d'oeil à
Anne Turlais
Coup de coeur
Appleby Théodore
Cimaises
Atelier Lacourière & Frélaut


Voir les oeuvres de :






Le Corbusier
Quelques notes de biographie ...

estampe, lithographie, gravure, dessin, livre illustré
estampes, lithographies, gravures, dessins, livres illustrés
signature manuscrite de Le Corbusier
PURISME /1920-1927 / Marcelle Cahn, Otto Gustav Carlsund, etc.

Affiche d'exposition Le Corbusier 
  Quelques notes de biographie . . .
Il n'y a pas, je crois, d'oeuvre d'art sans profondeur insaisissable, sans arrachement à son point d'appui. L'art est science spatiale par excellence. Le Corbusier
Le Corbusier dans son atelier
Affiche / Le Corbusier dans son atelier


Toutes les affiches


Charles-Edouard Jeanneret est né en 1887 à La Chaux-de-Fonds, dans le Jura suisse. Il a très tôt un penchant pour la peinture, mais se laisse convaincre de se destiner à l’architecture. Il sera l’architecte que l’on sait.

Le Corbusier

On doit situer ses années d’apprentissage au dessin et à la peinture dans les années 1907-1911, années où il voyage à travers l’Europe ; Le Corbusier, qui prendra définitivement ce pseudonyme en 1928, quitte la Suisse pour Paris en 1917. Il y fait la connaissance d’Amédée Ozenfant qui l’initie à la peinture et se consacre à son art. Avec Ozenfant, il rédige « Après le cubisme », livre-manifeste qui jette les bases du mouvement puriste.




Le Corbusier expose, en 1918, à la Galerie Thomas. Il fonde l’année suivante, avec Paul Dermée et Ozenfant, la revue « L’Esprit Nouveau » qui paraîtra jusqu’en 1925, date de sa rupture avec Ozenfant. Il réalise de nombreuses aquarelles, avant que n’intervienne la fin de sa période puriste (1928).

Au début des années 30, la figure féminine prend une place prépondérante dans son oeuvre. Il réalise, un peu plus tard, sa première peinture murale à Vézelay, ses premiers collages et des esquisses de tapisseries. 1938 sera une année importante pour son oeuvre plastique, puisque est organisée, au Kunsthaus de Zurich, une importante exposition rétrospective. Le Corbusier réalisera, cette même année, un ensemble de peintures murales dans la maison d’Eileen Gray à Roquebrune Cap-Martin (Alpes-Maritimes, France).


Le Corbusier ou la synthèse des arts, Skira, 2006Le dessin comme outil, Ed. Fage, 2006












Après-guerre, Le Corbusier travaillera à la réalisation de sculptures. Le célèbre « Modulor » est publié en 1950 ; c’est l’aboutissement de ses recherches sur la proportion, thème qui est récurrent pour l’ensemble de son travail. De nombreuses expositions sont, dès lors, organisées sur son nom. Le Corbusier gravera aussi, à partir de 1958.


La main qui donne de Le Corbusier
Au pied de la maisonnette qu’il a lui-même construite, il meurt au cours de l’une de ses baignades méditerranéennes en 1965 (Roquebrune Cap-Martin).