En mémoire . . .
Portrait de Tinguely Jean
"Soyez libres, vivez et arrêtez-vous de « peindre » le temps."
  Notes de biographie               coup de coeur
Piste bibliographique
A lire sur l'artiste :
« Jean Tinguely », Kunsthalle, Bâle, 1972
« Jean Tinguely, Méta », Pontus-Hulten, Pierre Horay, Paris, 1973
« Jean Tinguely », Centre Beaubourg, Paris, 1988
« L'énergétique de l'insolence », Conil-Lacoste, La Différence, Paris, 1989
A lire de l'artiste :
« L'art est révolte », National Zeitung, Suisse, 1967
Catalogue(s) raisonné(s)
Dessins et gravures pour les sculptures », C. Goerg et R. M. Mason, Ed. Cabinet des Estampes, Genève, 1976
*« Jean Tinguely : sculptures et reliefs », 2 Vol., C. Bischofsberger, Ed. Galerie B. Bischofsberger, Küstnacht - Zürich, 1982 et 1990
Posters, les affiches », C. Von der Osten, Ed. Prestel, 2005
Site web
Oeuvre déjà vendue par la galerie

Estampe, lithographie, gravure, Tinguely Jean

Dernière mise à jour pour :
Clin d'oeil à
Dominique Bonneval
Coup de coeur
Morandi Giorgio
Cimaises
Atelier Lacourière & Frélaut


Voir les oeuvres de :






Tinguely Jean
Quelques notes de biographie ...

estampe, lithographie, gravure, dessin, livre illustré
estampes, lithographies, gravures, dessins, livres illustrés
signature manuscrite de Tinguely Jean
NEO-DADAÏSME /1950-1960 / General Idea, Jasper Johns, Nam June Paik, etc.
ART CINETIQUE et OP'ART (OPTICAL ART) /1955-1968 / Jesus Rafael Soto, Nicolas Schöffer (Art cybernétique), Larry Poons, Bridget Riley, etc.
REALITES NOUVELLES /1946-1956 / Etienne Béothy, Marcelle Cahn, etc.
GROUPE ESPACE /1951 / Felix Del Marle, Etienne Béothy, etc.
NOUVEAU REALISME /1960-1970 / Yves Klein, Gérard Deschamps, Lucian Freud, etc.

Affiche d'exposition Tinguely Jean 
  Quelques notes de biographie . . .
"L'art est total, car il peut être "fait" aussi bien de pierre et d'huile, de bois et de fer, d'air et d'énergie, de gouache, de toiles et de situations, d'imaginaire et d'obstination, d'ennui, de bouffonnerie, de colère, d'intelligence, de colle et de fil de fer ou d'opposition." - Jean Tinguely
Tinguely Jean dans son atelier
Affiche / J. Tinguely devant son atelier


Toutes les affiches


Jean Tinguely est né en Suisse (Fribourg) en 1925. Il abandonne ses études secondaires dès l’âge de quatorze ans, et s’inscrit à l’Ecole des Arts Appliqués de Bâle en 1940 ; élève de Julia Ris, il y étudiera jusqu’en 1945. Il vit alors de « petits boulots » jusqu’en 1953, année où il vient s’installer à Paris. Il travaille, avec Spoerri, dans l’atelier de Jean Lurçat.














Sa première exposition personnelle sera organisée en 1954. En 1955, il participe à des expositions collectives, puis à l’exposition « Le mouvement » (Agam, Vasarely, etc.), organisée par la Galerie Denise René, exposition qui va consacrer l’art cinétique. Il construit, la même année, la série des Méta, des machines à peindre des toiles, parodiant l’abstraction, le tachisme et l’Expressionnisme abstrait. Cette parodie de peinture n’empêche en rien Tinguely de dessiner et de peindre.














Jean Tinguely devient membre du Groupe Espace en 1959, il est cofondateur en 1960 du mouvement des Nouveaux Réalistes (Restany, Arman, César, Yves Klein, Martial Raysse, etc.). Lors d’un voyage aux Etats-Unis, il prend contact avec Rauschenberg et Jasper Johns.
En 1961, Tinguely occupera une place considérable dans l’exposition internationale « Le mouvement dans l’art » (Stedelijk Museum d’Amsterdam). Pour l’artiste, « la nouvelle approche perspective du réel » passe par le moteur électrique et la machine. Il réalisera avec Niki de Saint-Phalle, sa femme, de nombreuses oeuvres en association (notamment la « Fontaine Stravinsky » aux abords du Centre Pompidou, Beaubourg) et participera, de New York à Copenhague, à une suite de gigantesques « happenings » où ses constructions fument, explosent et s’autodétruisent dans un fracas parfois épouvantable.



En 1967, apparaissent les « Rotozazas », sortes de sculptures peintes en noir qui jouent au ballon, en 1970, ce seront les « Chars » et les « Bascules » qui se meuvent avec grand bruit sur des rails. Plus tard, plumes, ampoules, crânes et dentiers, viendront agrémenter ses machines. De très nombreuses expositions individuelles (galeries et musées) seront consacrées dans le monde à cette oeuvre baroque, souvent faite de machines aux mouvements déchaînés et déments.















Jean Tinguely est mort en 1991 à Berne (Suisse).