En mémoire . . .
Portrait de Atlan J-Michel
"Une forme ne m’intéresse que lorsque j’ai réussi à la faire vivre."
  Notes de biographie              
Piste bibliographique
A lire sur l'artiste :
« Atlan », A. Verdet, Musée de Poche, Paris, 1956
« Atlan », M. Ragon, Ed. Georges Fall, Paris, 1962
« Atlan », B. Dorival, P. Tisné, Paris, 1962
« Atlan », Cat., MNAM, Paris, 1980
A lire de l'artiste :
« Atlan, mon ami », M. Ragon, Ed. Galilée, 1989
Catalogue(s) raisonné(s)
*« L’œuvre gravé », Françoise Voimant, Ed. Bibliothèque nationale, Paris, 1986
*« Premières périodes, 1940-1954 », D. & C. Atlan et J. Polieri, Ed. A. Biro, Paris, 1989
L’œuvre complet », Jacques Polieri, Gallimard, Paris, 1994
Site web
Oeuvre déjà vendue par la galerie

Estampe, lithographie, gravure, Atlan J-Michel

Dernière mise à jour pour :
Clin d'oeil à
Sandrine Richard
Coup de coeur
Miro Joan
Cimaises
Atelier Lacourière & Frélaut


Voir les oeuvres de :






Atlan J-Michel
Quelques notes de biographie ...

estampe, lithographie, gravure, dessin, livre illustré
estampes, lithographies, gravures, dessins, livres illustrés
signature manuscrite de Atlan J-Michel
ECOLE DE PARIS /1945-1960 / Jean Degottex, Georges Mathieu, etc.
COBRA /1948-1951 / Christian Dotremont, Constant, etc.
GROUPE ESPACE /1951 / Felix Del Marle, Etienne Béothy, etc.
ART LYRIQUE ou INFORMEL, TACHISME /1950-1960 / Jean Degottex, Georges Mathieu, Jackson Pollock, Emil Schumacher, Emilio Vedova, etc.
timbre postal de Atlan J-Michel
Etude de timbre / MC
Voir tous les timbres
Muet mais . . . parlant !
     Durée : ()
Affiche d'exposition Atlan J-Michel 
  Quelques notes de biographie . . .
Le public ne s'aventure sur les routes nouvelles que dans la mesure où elles sont devenues praticables, c'est-à-dire quand elles ont précisément cessé d'être nouvelles. Jean-Michel Atlan
Atlan J-Michel dans son atelier
Affiche / Atlan dans son atelier


Toutes les affiches


Jean Michel Atlan est né à Constantine (Algérie) en 1913. Après ses études à Constantinople, il vient à Paris en 1930 pour préparer une licence de philosophie à la Sorbonne. Il prépare l’agrégation, tout en enseignant dans divers lycées de province jusqu’en 1940. Il est révoqué par le gouvernement de Vichy et s’installe à Paris. Il écrit des poèmes à caractère surréaliste, ne peint pas encore. Il se contente alors d’illustrer parfois sa poésie de simples dessins.

Atlan commence à peindre en 1941, en pleine guerre. Ses premières oeuvres sont expressionnistes. Il contacte la résistance et se fait arrêter par les allemands ; interné à Sainte-Anne, il simule la folie, ce qui lui permet « d’en sortir ». Après la libération tant espérée, Atlan participe, en 1944, à ses premières expositions, collectives et individuelle. Cette date sera le point de départ de nombreuses autres expositions.


En 1945, il réalise une série de lithographies pour « Description d’un combat » de Kafka, travail qui est remarqué. Sa vie matérielle est difficile. Ce n’est qu’en 1959, au cours d’une exposition à Londres, qu’il entrevoit une reconnaissance de son art. Il connaît un début d’aisance. Il est bien tard ! Son langage, proche d’un expressionnisme abstrait, le rapproche du groupe Cobra. Ses peintures sont sévèrement construites, d’un graphisme sombre, noir épais, charbonneux, cernant des formes élémentaires courbes ou agressives matérialisées par des couleurs vives, dans un premier temps, puis qui s’adouciront peu à peu. Le travail d’Atlan se fait sur les profondeurs de l’inconscient collectif, sur la symbolique des signes magiques.



Atteint d'un cancer, Atlan n’eut guère le temps de connaître son succès, la mort le prenant brutalement en 1960 (Paris).