En mémoire . . .
Portrait de Scanreigh Jean-Marc
"Jusqu'à ce que les deux voies se rejoignent, j'ai eu un temps plus d’aisance dans la fabrication contraignante des estampes que dans le dessin naturel."
  Notes de biographie              
Piste bibliographique
A lire sur l'artiste :
« Scanreigh », L. Vezin, Cat., Musée de l’Estampe originale, Gravelines, 1986
« Autres dessins », J. Jouet, F. Biver, Ed. La Mule de Cristal, Bruxelles, 2006
« S., un créateur multiple », in Art et Métiers du Livre, n°258, Fev.-Mars 2007
« Pour un Scanreigh historié », J. Jouet, Ed. Mémoire Active, Lyon, 2008
A lire de l'artiste :
« Comme un journal », in Cat. d’exposition, C. d’Art Contemporain, Feurs, 2004
Catalogue(s) raisonné(s)
* « Estampes, livres illustrés, 1973-88 », Ed. Bibliothèque Municipal de Lyon, 1988
* « Scanreigh. Suite à tiroirs, 1984-88 », Ed. Café des deux rives, Genève, 1998
* « Livres d’artistes et affiches, 1976-2003 », J.-P. Laroche, Ed. Mémoire Active, Lyon, 2004

Site web
Oeuvre déjà vendue par la galerie

Estampe, lithographie, gravure, Scanreigh Jean-Marc

Dernière mise à jour pour :
Clin d'oeil à
Dominique Bonneval
Coup de coeur
Morandi Giorgio
Cimaises
Atelier Lacourière & Frélaut


Voir les oeuvres de :






Scanreigh Jean-Marc
Quelques notes de biographie ...

estampe, lithographie, gravure, dessin, livre illustré
estampes, lithographies, gravures, dessins, livres illustrés
signature manuscrite de Scanreigh Jean-Marc
ARTISTES D'AUJOURD'HUI /XXème siècle /
timbre postal de Scanreigh Jean-Marc
Etude de timbre / MC
Voir tous les timbres
Affiche d'exposition Scanreigh Jean-Marc 
  Quelques notes de biographie . . .
Le fait que la réalité se donne comme une énigme est une stimulation. Jean-Marc Scanreigh
Scanreigh Jean-Marc dans son atelier
Affiche / J.-M. Scanreigh dans son atelier


Toutes les affiches


Detail de gravure de Jean-Marc ScanreighJean-Marc Scanreigh est né en 1950 à Marrakech (Maroc), où son père est alors fonctionnaire. Il passe sa jeunesse en Alsace ; très tôt, il est captivé par les expositions organisées par les musées de Strasbourg. En 1971, le jeune homme découvre l’abstraction américaine dont l’indépendance le frappe et libère son expression ; il décide d’abandonner ses études de physique-chimie pour se consacrer à l’art. Jean-Marc Petit, son patronyme, s’invente le nom de Skanreigh (qu’il remplacera plus tard par Scanreigh) en piochant dans un dictionnaire sanskrit. Jusqu’en 1978, le jeune artiste sera tour à tour maître auxiliaire en mathématiques, veilleur de nuit et préposé des PTT. Scanreigh quitte l’Alsace en 1978 pour Saint-Étienne où il est recruté comme enseignant à l’École des Beaux-Arts ; le poste de gravure se libérant en 1985, l’artiste s’installe dans cette nouvelle spécialité. Au fil du temps, Scanreigh dispensera son enseignement dans plusieurs écoles des Beaux-Arts (Besançon, Saint-Etienne), aujourd’hui celle de Nîmes, où il vit.

Page de carnet de Jean-Marc Scanreigh

Scanreigh obtient une première exposition à la Librairie Michèle Hervieux en 1973 (celle-ci avait présenté auparavant une exposition du groupe Support-Surfaces). Il participe à sa toute première exposition collective en 1975 (Knokke-le-Zoute). Ces premiers accrochages seront suivis, avec une grande régularité, par de très nombreuses expositions personnelles et collectives. L’année 1976 marque ses débuts discrets dans une démarche éditoriale qui ne se démentira jamais (Revues, livres, etc.). En 1979, Scanreigh expose pour la première fois à l’étranger (Allemagne). Dès son installation à Lyon en 1983, Scanreigh est exposé dans plusieurs galeries et institutions de la ville ainsi qu'à Genève.

En 1985, Scanreigh commence à travailler avec le taille-doucier parisien René Tazé. Dès cette époque, la maturation graphique de l’artiste métamorphose véritablement sa peinture. En 1986, l’artiste expose au Musée de l’Estampe originale de Gravelines et, deux ans plus tard, la Bibliothèque de Lyon accepte le dépôt légal de son œuvre gravé, réalisant à cette occasion son premier catalogue raisonné (332 estampes et livres illustrés).

A partir du début des années 90, Scanreigh imprimera de nombreux « placards » (ou affiches) avec des écrivains et des poètes ; de même, il deviendra un abondant créateur de livres d’artiste et réalisera de nombreuses illustrations originales pour des éditeurs (Fata Morgana, notamment, avec lequel il collaborera durablement). Son catalogue raisonné des livres d’artistes répertorie 194 ouvrages, domaine dans lequel Scanreigh unira son art avec des poèmes ou des textes de Bernard Noël, Raymond Queneau, André Pieyre de Mandiargues, Ovide, Pierre Courtaud, Michel Butor, Léon-Paul Fargue, Eugène Ionesco, Francis Ponge et tant d’autres encore.

Estampe Livre sur Jean-Marc Scanreigh

Son œuvre gravé comporte aujourd’hui plus de 1000 estampes (bois gravés, linogravures, eaux-fortes, sérigraphies, phototypies), souvent à très petits tirages.

Scanreigh est un multi-voyageur de l’art, un artiste « on ne peut plus » actif, peintre, affichiste, sculpteur, graveur, dessinateur, illustrateur, enseignant, écrivain, . . . Jean-Marc Scanreigh, créateur prolifique s’il en est (Le fond privé Chomorat a présenté le début d’un recensement des œuvres sur papier de l’artiste, recensement de 12.719 esquisses et dessins, et de 182 carnets en 2001 !), représente la passion créatrice et la générosité dans tous ses états.