En mémoire . . .
Portrait de Leppien Jean
"Cette toute petite tache de bleu, nommé « ciel » par le prisonnier, a hanté toute ma peinture."
  Notes de biographie              
+
Piste bibliographique
A lire sur l'artiste :
« Leppien. Peintures 1927-1973 », A. Livio, Galerie Cavallero, Cannes, 1973
« Jean Leppien », D. Giraudy, Musée d’Antibes, 1988
« Hommage à J. L. : peintures 1947-1978 », Galerie Lahumière, 1995
« Abstractions en France et en Italie, autour de J.L. », M. de Strasbourg, 1999
A lire de l'artiste :
« J. L. Bilder, Aquarelle, Druckgraphik », Haus am Lützowplatz, Berlin, 1976
Catalogue(s) raisonné(s)
*« J. Leppien. Oeuvre gravé 1948-1976 », Galerie Falazik Springhornhof, Neuenkirchen, 1976
Site web
Oeuvre déjà vendue par la galerie

Estampe, lithographie, gravure, Leppien Jean

Dernière mise à jour pour :
Clin d'oeil à
Dominique Bonneval
Coup de coeur
Chagall Marc
Cimaises
Atelier Lacourière & Frélaut


Voir les oeuvres de :






Leppien Jean
Quelques notes de biographie ...

estampe, lithographie, gravure, dessin, livre illustré
estampes, lithographies, gravures, dessins, livres illustrés
signature manuscrite de Leppien Jean
BAUHAUS /1919-1933 / Lyonel Feininger, Johannes Itten, Paul Klee, Gerhard Marcks, Laszlo Moholy-Nagy, Georg Muche, Oskar Schlemmer, etc.
ART NON FIGURATIF /1942-1975 / Charles Lapicque, etc.
ECOLE DE PARIS /1945-1960 / Jean Degottex, Georges Mathieu, etc.
REALITES NOUVELLES /1946-1956 / Etienne Béothy, Marcelle Cahn, etc.
timbre postal de Leppien Jean
Etude de timbre / MC
Voir tous les timbres

Affiche d'exposition Leppien Jean 
  Quelques notes de biographie . . .
En vérité, je crois que Leppien est si profondément hérétique qu'il ne l'est jamais plus qu'à l'égard de lui-même ; mais c'est la raison d'être du peintre et de la peinture, ensemble. Eric Michaud
Leppien Jean dans son atelier
Affiche / Jean Leppien dans son atelier


Toutes les affiches


Le peintre, lithographe, illustrateur, Jean Leppien est né en Allemagne (Lunebourg) en 1910. Il s’est éteint à Paris en 1991. Il sera naturalisé français en 1953. L’artiste commença à dessiner en 1927. Il sera étudiant de l’Ecole du Bauhaus (Dessau) en 1929 où Albers, Klee et Kandinsky seront ses professeurs. A Berlin (1931-32), il travaille avec Moholy-Nagy et apprend la photographie à l’Ecole Itten.

Il fuit l’Allemagne à l’arrivée au pouvoir des nazis et se fixe à Paris (1933). Il vit d’expédients. En 1939, Leppien, épris de liberté et par attachement à son pays d’adoption, s’engage dans la Légion étrangère. Démobilisé, il vit un temps dans la clandestinité (Roquebrune – Alpes Maritimes), puis s’engage dans la Résistance. Arrêté, déporté, libéré par les alliés, il retrouvera sa femme à Paris, elle-même rescapée du camp d’Auschwitz.














La peinture avait été abandonnée, il la reprend en 1946. Il expose au premier Salon des Réalités Nouvelles et devient membre du comité. Il sera là attentif à la représentation du mouvement constructiviste et y exposera jusqu’à sa mort.














Sa vie d’artiste est émaillée d’expositions collectives ou personnelles (la première à Paris, en 1949), la dernière en date ayant été organisée par le Château-Musée de Cagnes/mer (Alpes-Maritimes) en 2005. On notera une importante rétrospective en 1997 à la Galerie Lahumière (Paris). Leppien s’appliqua, dans la continuité du Bauhaus, à l’analyse des couleurs, des formes géométriques, et de leurs correspondances réciproques. Attaché à l’abstraction originelle, jamais pourtant Leppien ne fut inféodé à quelque appartenance restrictive. D’amis qui le connurent, nous le savons chaleureux, amical, rieur, nostalgique, rigoureux.