En mémoire . . .
Portrait de Helion Jean
"Déconnais-je ici ou bien est-ce, enfin, toute la vérité ?"
  Notes de biographie              
Piste bibliographique
A lire sur l'artiste :
« Hélion ou la force des choses », La Connaissance, Bruxelles, 1975
« Jean Hélion », H.-C. Cousseau, Ed. Regard, Paris, 1992
« Peintures et dessins », MAM de la ville de Paris, 1984
« Jean Hélion », H.-C. Cousseau & D. Ottinger, Centre Pompidou, 2004
A lire de l'artiste :
« Ecrits », ENSBA & IMEC, Paris, 1994 & 2004
Catalogue(s) raisonné(s)
*« Hélion », H.-C. Cousseau, Ed. du Regard, Paris, 1992
*« Jean Hélion », C. R. en préparation, Association Jean Hélion, Fresne
Site web
Oeuvre déjà vendue par la galerie

Estampe, lithographie, gravure, Helion Jean

Dernière mise à jour pour :
Clin d'oeil à
Dominique Bonneval
Coup de coeur
Chagall Marc
Cimaises
Atelier Lacourière & Frélaut


Voir les oeuvres de :






Helion Jean
Quelques notes de biographie ...

estampe, lithographie, gravure, dessin, livre illustré
estampes, lithographies, gravures, dessins, livres illustrés
signature manuscrite de Helion Jean
REALISME SOCIAL /1920-1950 / André Lhote, André Fougeron, Otto Griebel, Amédée de la Patellière, etc.
ABSTRACTION-CREATION /1931-1938 / Etienne Béothy, Barbara Hepworth, Frantisek Kupka, Piet Mondrian, Sophie Taeuber-Arp, Georges Vantongerloo, etc.

Affiche d'exposition Helion Jean 
  Quelques notes de biographie . . .
"Je me suis prouvé en dessinant d’après nature que je pouvais le faire comme un autre ; mais jamais ce que j’ai produit ne m’a paru vrai comme ces choses qui sortent de ma tête et de mon cœur. Je crois qu’à présent je ne cesserai pas de dessiner d’après nature, mais toujours en vue de ce que j’ai conçu." - Jean Helion
Helion Jean dans son atelier
Affiche d'exposition / Jean Helion


Toutes les affiches


Jean Hélion est né en 1904 à Couterne (Orne, France). Il décida de se consacrer exclusivement à la peinture vers 1925. Il avait, avant de rejoindre Paris, fait des études de chimie. A Paris, il travaille dans un cabinet d’architecte. Il peint ses premières oeuvres en 1922, expose à Montmartre au Salon des « Croûtes », deux ans plus tard. Jean Hélion, au début des années 30, fait de fréquents voyages en Amérique du Nord. Ses séjours sont de plus en plus longs. En 1940, il rentre en France pour remplir ses obligations militaires. Prisonnier de guerre, il s’évade d’Allemagne en 1942, et part pour les Etats-Unis où il s’installe (Virginie, New York) pour un temps. Il revient en France définitivement en 1948.














Jean Hélion a participé à de nombreuses expositions collectives. En 1970, une exposition itinérante de ses oeuvres est organisée par le Centre National d’Art Contemporain à travers toutes les maisons de la culture de province. La même année, une exposition de son travail aux galeries nationales du Grand Palais établit les bases d’un succès jusque là tout à fait incertain. De nombreuses expositions personnelles seront organisées sous son nom (Galerie Karl Flinker, Musée d’Art Moderne de Paris, St Etienne, Strasbourg, etc.).














Après sa mort, en 1987, d’autres expositions sont encore présentées (Colmar, Sables d’Olonne, Caen, etc.).














Après une première période figurative, Hélion vient, sans transition, à l’abstraction en 1929. Il se lie avec Mondrian, Torres-Garcia, puis Tutundjan, Carlsund et Théo Van Doesburg, avec lesquels il participe à la création de « Cercle et Carré ». Si ses premières oeuvres abstraites se conformaient à des considérations formelles, la manière d’Hélion, reprenant contact avec la réalité, va vite s’assouplir. Il s’agit maintenant pour lui d’un « langage de clarté ». La guerre et la captivité allaient lui faire changer de cap. Il revient à la figuration. Son dessin se veut d’abord impersonnel et mécanique, puis peu à peu plus académique, n’hésitant pas à peindre des scènes de rue, s’engageant, en 1968, aux côtés des contestataires. La vie, comme l’oeuvre de Jean Hélion, aura été itinérante.