En mémoire . . .
Portrait de Villon Jacques
"L’art est un mélange d’émotions et d’impressions où l’intelligence l’emporte sur l’intuition sensible."
  Notes de biographie              
Piste bibliographique
A lire sur l'artiste :
« Jacques Villon », Jean Tardieu, Galerie Louis Carré, Paris, 1961
« Jacques Villon », J. Cassou & D. Vallier, RMN, Paris, 1975
« Jacques Villon », Cat., Musée des Jacobins, Morlaix, 1988
« Jacques Villon », Cat., Galerie Louis Carré, Paris, 1991
A lire de l'artiste :
« Souvenir de J.V. », M. Morel & autres, Ed. L. Carré, Paris, 1963
Catalogue(s) raisonné(s)
*« L’oeuvre gravé », J. Auberty & C. Perusseaux, Louis Carré, Paris, 1954
*« Oeuvres de 1897 à 1956 », Dora Vallier, Cahiers d’Art, Paris, 1957
Estampes et Illustrations », C. Pouillon & C. Ginestet, Ed. Arts & Métiers graphiques, Paris, 1979
Site web
Oeuvre déjà vendue par la galerie

Estampe, lithographie, gravure, Villon Jacques

Dernière mise à jour pour :
Clin d'oeil à
Sandrine Richard
Coup de coeur
De Chirico Giorgio
Cimaises
Atelier Lacourière & Frélaut


Voir les oeuvres de :






Villon Jacques
Quelques notes de biographie ...

estampe, lithographie, gravure, dessin, livre illustré
estampes, lithographies, gravures, dessins, livres illustrés
signature manuscrite de Villon Jacques
CUBISME /1907-1925 / Robert Delaunay, Marcel Duchamp, Charles Dufresne, Henri Laurens, Jacques Lipchitz, Jean Metzinger, etc.
ARMORY SHOW /1913 / Constantin Brancusi, Charles Camoin, Marcel Duchamp, Edward Hopper, Joseph Stella, etc.
timbre postal de Villon Jacques
Etude de timbre / MC
Voir tous les timbres
Affiche d'exposition Villon Jacques 
  Quelques notes de biographie . . .
"Villon m’a touché par sa sincérité, par sa poésie, par sa modestie et par une couleur discrète et lumineuse." - Louis Carré
Villon Jacques dans son atelier
Affiche / Jacques Villon devant sa toile


Toutes les affiches


Gaston Duchamp, qui prendra le pseudonyme de Jacques Villon, est né en 1875 à Damville (France). Il apprend très tôt le dessin et la gravure avec son grand-père, le graveur Emile Nicolle. Il fait des études et devient clerc de notaire à Rouen. Jacques Villon rejoint à Paris ses frères Raymond Duchamp-Villon et Marcel Duchamp. Il effectue des dessins humoristiques pour la presse et prend son pseudonyme à cette occasion. Il fréquente l’Ecole nationale des beaux-arts dans l’atelier de Cormon (1895).

Jacques Villon travaille sur l’affiche et la gravure à partir de 1899. Il commence à exposer son travail au Salon d’Automne de 1903. Il s’installe avec ses frères à Puteaux en 1906 et reçoit de nombreux artistes dans son atelier où se forme le groupe de la Section d’or (1911-1925). Vers 1908, il peint ses premières toiles cubistes.


A partir de 1911, Villon veut « montrer qu’il peut exister face au phénomène de rupture qu’est le cubisme, un art de construction et d’analyse fondé sur la durée ». Son travail sera présent à l’Armory Show de New York en 1913. Mobilisé, Villon combat sur les fronts de Champagne et d’Artois, puis est envoyé dans le service du camouflage en 1916 (Dunoyer de Segonzac, André Mare, etc.).

Après la guerre, Jacques Villon met au point une méthode de « décomposition constructive ». Sa première exposition personnelle sera organisée en 1921 à Paris. Dans les années 20, puis 30, il pratique une peinture abstraite, et travaille la couleur dans des espaces géométrisés. La figure réapparaît de manière plus lisible dans son oeuvre vers 1935.














Pendant et après la seconde guerre mondiale, Villon peint des paysages, des arbres, des animaux, des portraits et des autoportraits, d’une manière qu’il qualifie de « cubisme impressionniste ». En 1956, il reçoit le grand prix de peinture de la Biennale de Venise. Jacques Villon réalisera des décors, concevra des vitraux (cathédrale de Metz), et, de 1922 à 1930, gravera des oeuvres de Manet, Cézanne, Picasso, Matisse et de bien autres encore, oeuvres d’interprétation qui seront reprises par la Chalcographie du Louvre.



Jacques Villon est mort à Puteaux en 1963.