En mémoire . . .
Portrait de Prévert Jacques
"On se doit d’être heureux, ne serait-ce que pour donner l’exemple."
  Notes de biographie              
Piste bibliographique
A lire sur l'artiste :
« Images de Jacques Prévert », Cat. d’expo., Ed. Galerie Maeght, Paris, 1957
« Jacques Prévert collages », A. Pozner, Ed. Gallimard, Paris, 1982
« Les Prévert de Prévert, collages », Ed. Bibliothèque Nationale, Paris, 1982
« Album Jacques Prévert », A. Heinrich, Ed. Gallimard, Paris, 1992
A lire de l'artiste :
« Toute l’oeuvre écrite, Album Pléiade », Ed. Gallimard, 1992
Catalogue(s) raisonné(s)
Non réalisé à ce jour.
Site web
Oeuvre déjà vendue par la galerie

Estampe, lithographie, gravure, Prévert Jacques

Dernière mise à jour pour :
Clin d'oeil à
Sandrine Richard
Coup de coeur
De Chirico Giorgio
Cimaises
Atelier Lacourière & Frélaut


Voir les oeuvres de :






Prévert Jacques
Quelques notes de biographie ...

estampe, lithographie, gravure, dessin, livre illustré
estampes, lithographies, gravures, dessins, livres illustrés
signature manuscrite de Prévert Jacques
SURREALISME /1924-1969 / Oscar Dominguez, Marcel Duchamp, Yves Tanguy, etc.

Affiche d'exposition Prévert Jacques 
  Quelques notes de biographie . . .
"J’écris pour faire plaisir à quelques uns et pour en emmerder beaucoup. " - Jacques Prévert
Prévert Jacques dans son atelier
Affiche d'exposition / Jacques Prévert


Toutes les affiches





Jacques Prévert est né à Neuilly-sur-Seine en 1900. Il a une enfance heureuse et une nature joyeuse. Sa mère, dès son jeune âge, l’initie au monde de la fiction et du rêve. La famille de Jacques Prévert s’installe à Paris en 1907. Son père tente de lui montrer le monde tel qu’il est, la misère et la richesse. L’enfant est marqué par ce qu’il voit, avec le bonheur portant qu’il y a à rêver, à lire, à assister à une séance de cinéma muet ou à une pièce de théâtre !

Son jeune frère, Pierre, deviendra metteur en scène et Jacques écrira scénarios et dialogues pour le grand écran. Jacques Prévert est vite conscient du monde et son regard, teint de tristesse, ne le quittera jamais tout à fait. Prévert devient un fervent adepte de l’école buissonnière, école qu’il déteste et quittera définitivement en 1914. Le jeune garçon s’instruit dans la rue. L’année suivante, son frère Jean meurt de la fièvre typhoïde, à l’âge de 17 ans. La mort de son frère, la guerre qu’il déteste, le marquent pour toujours.













Après son service militaire, son goût pour la littérature ne fait qu’amplifier ; il rencontre des auteurs, découvre avec intérêt « La Révolution Surréaliste » (1924), rencontre les surréalistes. Il rédige (1928), avec son frère Pierre, le scénario d’un reportage sur Paris (Souvenirs de Paris) qui n’obtient aucun succès. Après avoir écrit une critique sur André Breton, « Mort d’un Monsieur », il se sépare d’avec le mouvement surréaliste.




L’année 1931 marque la naissance véritable du Prévert écrivain que l’on connaît. Il écrit des textes pour le futur groupe « Octobre ». Joseph Kosma chante les poèmes de Prévert les plus connus. Divers scandales éclateront car Prévert se moque des bourgeois, des curés et de militaires. Il écrit scénarios et dialogues pour de nombreux films (« Drôles de drames », « Les visiteurs du soir », « Les enfants du paradis », « Remorque », etc.), écrit des textes dans des revues.

Jacques Prévert réalise son premier collage en 1937. Il publiera des livres pour enfants, puis, ce sera un énorme succès, publie « Paroles » en 1946. Viendront, plus tard et parmi d’autres, « La pluie et le beau temps » (1955), « Fatras » (1966), etc., ouvrages qui lui donneront sans doute une reconnaissance poétique . . . éternelle.















En 1962, avec André Villers et Pablo Picasso, son ami, Jacques Prévert publie deux ouvrages de photographies, peintures et collages.
Conteur, poète, dramaturge, pamphlétaire, scénariste, écrivain, artiste, Jacques Prévert est mort à Omonville-la-Petite (Manche) en 1977.