En mémoire . . .
Portrait de Petersen H. Meyer
"J’aime à la fois le concept de l’écriture automatique et le rôle du subconscient."
  Notes de biographie              
Piste bibliographique
A lire sur l'artiste :
« H. M. Petersen » in Phases, n° 8, Janvier 1963
« H. M. P., serigrafier 1990-91 », Heede & Moestrup, Copenhague, 1992
« Monografie », par Jan Garff, Ed. G. H. & M., Copenhague, 1996
« H. M. Petersen, litografier 2000-02 », par Jan Garff, Ed. G. H. & M., 2002
A lire de l'artiste :
Catalogue(s) raisonné(s)
Serigrafier 1990-1991 » Jan Garff, Ed. Heede et Moestrup, Copenhague, 1992
Litografier 2000-2002 » Jan Garff, Ed. Sabol, 2003

Site web
Oeuvre déjà vendue par la galerie

Estampe, lithographie, gravure, Petersen H. Meyer

Dernière mise à jour pour :
Clin d'oeil à
Dominique Bonneval
Coup de coeur
Morandi Giorgio
Cimaises
Atelier Lacourière & Frélaut


Voir les oeuvres de :






Petersen H. Meyer
Quelques notes de biographie ...

estampe, lithographie, gravure, dessin, livre illustré
estampes, lithographies, gravures, dessins, livres illustrés
signature manuscrite de Petersen H. Meyer
DES « SINGULIERS » /XXème siècle /
timbre postal de Petersen H. Meyer
Etude de timbre / MC
Voir tous les timbres
Quelques notes de biographie . . .
Né en 1937 à Copenhague (Danemark), Hans Meyer Petersen s’est formé à l’art en autodidacte. Si le peintre danois a exposé très souvent - expositions collectives et individuelles - dans son pays d’origine et notamment à Copenhague, son travail a été montré également dans la plupart des pays européens, ainsi qu’aux Etats-Unis, particulièrement à New York (MoMa, Musée d’Art Moderne).

Il adhérera au mouvement « Phases » en 1957. Peintre très actif, mais aussi graveur, il sera présent au Salon Comparaison dans les années 60 (1964 et 1966, Paris) et par la suite dans plusieurs Salons parisiens, comme il participera par ses gravures - plus de trente ans plus tard - à la Biennale d’Art graphique de Ljubljana (1993), à la Biennale de Barcelone (1994 et 1995) ou au Saga (Paris, 1995). A New York, son travail fut retenu (en 1990) pour la réalisation de l’affiche du « Mostly Mozart Festival » du Lincoln Center. L’art de Petersen sera exposé en 2001 dans la pyramide du Musée du Louvre (Paris). L’artiste sera, à cette occasion, fait « Officier de l’ordre des Arts et des Lettres » par l’Etat français.
















Par phases successives d’expérimentation, Hans Meyer Petersen a développé son propre style à partir du milieu des années 50 ; nourri et influencé par les naïfs, les impressionnistes, les expressionnistes et, pour finir, les abstraits, il développera peu à peu une « façon » qui, intrinsèquement, n’est que la sienne et . . . lui ressemble. L’artiste cherche à transmettre la beauté par son travail, celle-ci est créée par son incessante expérimentation sur les matériaux, les formes et des couleurs. Les oeuvres qu'il réalise sont du domaine métaphysique : une sorte de lien entre les individus - qui possèdent un monde intérieur - et le monde extérieur, le cosmique ; l’intérêt d’Hans Meyer Petersen pour le surréalisme et l'expressionnisme abstrait l’a aidé à développer cet aspect de son travail. Comme pour la plupart des artistes, le temps lui aura permis une évolution continuelle qui l’aura mené jusqu’à son travail d’aujourd’hui.