En mémoire . . .
Portrait de Santomaso G.
"Corrente veut être un cri expressif, une manifestation de colère, d'amour et de justice aux coins des rues."
  Notes de biographie              
Piste bibliographique
A lire sur l'artiste :
« Giuseppe Santomaso », Pierre Francastel, Ed. Erker-Galerie, St Gallen, 1962
« Giuseppe Santomaso », collectif, cat. d’expo., Fond. Miro, Barcelone, 1979
« Oeuvre 1984-1986 », W. Haftmann, cat., Ed. Erker-Galerie, St Gallen, 1987
« L’opzione astratta », collectif, cat., Fond. Giorgio Cini, Ed. Marsilio, 2008
A lire de l'artiste :
Catalogue(s) raisonné(s)
* « Opera grafica 1938-1975 », Franco Calderoni, Ed. GDC, Rome, 1975
* « Santomaso - L’oeuvre 1931-1974 », Luisa Alfieri, Milan, Ed. Alfieri, 1975

Site web
Oeuvre déjà vendue par la galerie

Estampe, lithographie, gravure, Santomaso G.

Dernière mise à jour pour :
Clin d'oeil à
Sandrine Richard
Coup de coeur
Miro Joan
Cimaises
Atelier Lacourière & Frélaut


Voir les oeuvres de :






Santomaso G.
Quelques notes de biographie ...

estampe, lithographie, gravure, dessin, livre illustré
estampes, lithographies, gravures, dessins, livres illustrés
signature manuscrite de Santomaso G.
ART LYRIQUE ou INFORMEL, TACHISME /1950-1960 / Jean Degottex, Georges Mathieu, Jackson Pollock, Emil Schumacher, Emilio Vedova, etc.
timbre postal de Santomaso G.
Etude de timbre / MC
Voir tous les timbres
Muet mais . . . parlant !
     Durée : ()
Quelques notes de biographie . . .
Le peintre-graveur-lithographe Giuseppe Santomaso est né à Venise en 1907. Il étudiera l’art à l’Académie des Beaux-Arts de sa ville natale (1932-1934). Il entame sa carrière graphique en 1938, mode d’expression qu’il n’abandonnera jamais, participant également par ce biais à l’aventure du livre illustré moderne. Fasciné dès son adolescence par les avant-gardes, il voyagera (1937) d'abord aux Pays-Bas où il étudiera les artistes impressionnistes et fauves. Après un séjour à Paris (1939), où sera profondément marqué par les œuvres de Matisse, Braque, Bonnard et Picasso, le jeune artiste s’engagera dans le mouvement Corrente qui se développa à Milan entre 1938 et 1943 et qui reflétait l'exigence d'une rupture avec la rhétorique officielle.














En 1946, Santomaso deviendra membre-fondateur de la « Nuova secessione artistica italiana » qui prendra par la suite le nom de « Fronte Nuovo delle Arti » - groupe d’artistes anti-fascistes -, prenant ensuite sa place au sein du Groupe des Huit (Gruppo degli Otto, avec Renato Birolli, Antonio Corpora, Ennio Morlotti, Emilio Vedova, Giulio Turcato, Afro Basaldella et Mattia Moreni ) ; c’est au cours de cette période que l’artiste mène ses premières recherches vers l'abstraction.

















Entre 1948 et 1950, ses œuvres révèlent une mise en valeur de la couleur, qui l'emporte sur la construction formelle de la période précédente. L’expression de Giuseppe Santomaso est alors instinctive, la couleur demeurant un élément essentiel. L’art de Santomaso est fondé sur l’automatisme du geste, sur l’exploitation des transparences et sur la vibration des couleurs. L'artiste a puisé sa palette chromatique dans la tradition de la peinture vénitienne, conférant à son oeuvre une essence nouvelle et vibrante, mêlée de poésie.

Expositions collectives et personnelles se succèdent ; on notera sa participation à la Documenta de Kassel (1955, 1959 et 1964), à la Biennale de São Paulo (1961), à la Biennale de Tokyo (1967) et à la Biennale de Venise (13 fois !), ou encore son exposition personnelle à la Fondation Joan Miro de Barcelone en 1979. De nombreuses rétrospectives de son œuvre sont organisées (Stedelijk Museum d’Amsterdam et Bruxelles en 1960, Hambourg et Berlin en 1965-66, Venise en 1982, Locarno en 1990).
De 1957 à 1974, Giuseppe Santomaso enseignera aux Beaux-Arts de Venise.

L’artiste est décédé à Venise en 1990.