En mémoire . . .
Portrait de Fiedler François
"Ce n'est pas ce que je veux en peinture qui importe, mais ce que veut de moi le tableau. C'est le chemin qui compte. "
  Notes de biographie              
Piste bibliographique
A lire sur l'artiste :
“Fiedler”, J. Pinea & autres, Centro Cult. contemporani Pelaires, Palma, 1990
“François Fiedler”, Daniel Dobbels, Galerie Adrien Maeght, Paris, 1990
“François Fiedler”, Laurence Pythoud, in L’Oeil, mai 1990.
A lire de l'artiste :
Catalogue(s) raisonné(s)
Non réalisé à ce jour.
Site web
Oeuvre déjà vendue par la galerie

Estampe, lithographie, gravure, Fiedler François

Dernière mise à jour pour :
Clin d'oeil à
Dominique Bonneval
Coup de coeur
Chagall Marc
Cimaises
Atelier Lacourière & Frélaut


Voir les oeuvres de :






Fiedler François
Quelques notes de biographie ...

estampe, lithographie, gravure, dessin, livre illustré
estampes, lithographies, gravures, dessins, livres illustrés
signature manuscrite de Fiedler François
ART LYRIQUE ou INFORMEL, TACHISME /1950-1960 / Jean Degottex, Georges Mathieu, Jackson Pollock, Emil Schumacher, Emilio Vedova, etc.
REALITES NOUVELLES /1946-1956 / Etienne Béothy, Marcelle Cahn, etc.
timbre postal de Fiedler François
Etude de timbre / MC
Voir tous les timbres
Affiche d'exposition Fiedler François 
  Quelques notes de biographie . . .
"La magie issue de l'alchimie propre à la gravure alliée à une démarche esthétique extrêmement rigoureuse se nourrit chez Fiedler d'une interrogation sur l'épreuve." - B.C.U. Lausanne
Fiedler François dans son atelier
Affiche / François Fiedler dans son atelier


Toutes les affiches


François Fiedler est né à Kassa (Hongrie) en 1921. Il s’initie très jeune au portrait académique et copie les maîtres du passé. Après des études universitaires, il entre à l’Académie des Beaux-Arts de Budapest. François Fiedler a 25 ans lorqu’il s'établit à Paris (1946). C’est dans cette période d’immédiat après-guerre que son art évolue vers l’abstraction ; il pratique alors une peinture gestuelle et en “coulages”. Presque aussitôt des expositions personnelles sont organisées. Il participe également à des expositions collectives comme le Salon des Réalités Nouvelles ou encore le Salon de Mai.



Joan Miro avec lequel il est ami lui présente Aimé Maeght ; proche de Braque et de Calder, il devient, à l'instar de Tàpies, Ubac ou Tal-Coat, l'un des artistes du cercle gravitant autour du célèbre galeriste. Celui-ci lui assurera désormais un grand nombre d’expostions. De 1959 à 1974, pas moins de quatre numéros de la revue “Derrière le Miroir” lui sont entièrement consacrés.

Outre la peinture, qui reste son principal moyen d'expression, Fiedler va expérimenter durant de nombreuses années les ressources de la gravure à l'eau-forte, mettant en oeuvre des techniques inédites permettant de donner à l'estampe une densité, un relief qui lui confèrent une intensité « dramatique » particulière. La magie issue de l'alchimie propre à la gravure alliée à une démarche esthétique extrêmement rigoureuse se nourrit chez Fiedler d'une interrogation sur l'épreuve, point de départ d'une réflexion sur l'unique et le multiple, sur la notion d'identité, fondamentale dans son oeuvre.














Dans ses diverses périodes, Fiedler a toujours joué la raréfaction du signe. L’artiste a illustré divers ouvrages (Saint Jean de la Croix, Héraclite, Claude Ollier). Fiedler travaillera plus de deux ans a la réalisation de 35 eaux-fortes pour l’illustration de l'Evangile selon Saint Matthieu, mais la publication de cet ouvrage fut compromis par le décès d'Aimé Maeght (1981). François Fiedler reste un artiste méconnu du grand public en dépit de l'importance de son oeuvre.

François Fiedler est mort à Montereau-Fault-Yonne (Seine-et-Marne) en 2001.