En mémoire . . .
Portrait de Bacon Francis
"Ce qui m'intéresse, c'est saisir dans l'apparence des êtres la mort qui travaille en eux."
  Notes de biographie               coup de coeur
Piste bibliographique
A lire sur l'artiste :
« Bacon, logique de la sensation », G. Deleuze, La Différence, 1981
« Francis Bacon, face et profil », M. Leiris, Albin Michel, 1983
« Bacon, aspects d'une vie », D. Farson, Le Promeneur, 1994
« Bacon », P. Dagen, Cercle d'Art, 1996
A lire de l'artiste :
« Entretiens avec Francis Bacon », D. Sylvester, Skira, 1996
Catalogue(s) raisonné(s)
* « Francis Bacon » , J. Rothenstein & R. Alley, Thames and Hudson, Londres, 1964
* « Les estampes, prints » , collection A. Tacou, Bervillé Editions, 2008
Site web
Oeuvre déjà vendue par la galerie

Estampe, lithographie, gravure, Bacon Francis

Dernière mise à jour pour :
Clin d'oeil à
Sandra Corallo
Coup de coeur
Hockney David
Cimaises
Atelier Lacourière & Frélaut


Voir les oeuvres de :






Bacon Francis
Quelques notes de biographie ...

estampe, lithographie, gravure, dessin, livre illustré
estampes, lithographies, gravures, dessins, livres illustrés
signature manuscrite de Bacon Francis
ECOLE DE LONDRES /1960 / Lucian Freud, Michael Andrews, Frank Auerbach, Leon Kossoff, etc.

Affiche d'exposition Bacon Francis 
  Quelques notes de biographie . . .
"Je n'ai jamais su pourquoi mes peintures sont considérées comme horribles. J'ai toujours été marqué par l'horreur, mais je n'y pense jamais. Le plaisir est une chose si multiple . . . et l'horreur aussi. " - Francis Bacon
Bacon Francis dans son atelier
Affiche Galerie Claude Bernard / Bacon


Toutes les affiches


Francis Bacon est né en Irlande (Dublin) en 1909. Ecarté par son père de la cellule familiale, il s’installe à Londres en 1926. Il y est décorateur d’intérieur. Sa vie est dissolue (drogue, errance, boisson, jeux, etc.). Il commence à dessiner et à peindre.
Loin de toute quelconque école artistique, Bacon peint en autodidacte, avec toutefois les conseils de Roy De Maistre. Sa première exposition personnelle est organisée en 1934 (Galerie Transition) et n’obtient aucun succès. Bacon sera refusé à l’exposition surréaliste de 1936. En 1937, il participe, avec trois toiles, à une exposition auprès de Graham Sutherland, John Piper et Victor Pasmore, qui représentent alors l’avant-garde de la peinture anglaise. Ces années lui serviront à expérimenter toutes les ressources de la peinture contemporaine, lui permettant peu à peu de se rapprocher de l’expression de ses obsessions personnelles. En 1940, Bacon détruit la quasi-totalité de ses premières toiles. Cage, bidet, miroir, morceau de viande arraché dont ne sait quel corps, sont peints sous de différents angles. Son oeuvre se concentre sur la figure humaine. L’artiste ne revendiquera son travail qu’à partir de 1944. A cette époque, Bacon traite violemment du sacré et du cri humain.













Son travail commence à être pris en considération à partir d’une exposition de groupe en 1945 (Londres). Il se fixe dans le sud de la France (1945-1950). Exposé régulièrement à partir de 1949, le succès de l’artiste ne fera désormais que croître. Souvent exprimé sous forme de triptyques et de séries, l’art de Francis Bacon montre des personnages écorchés, hurlants, distordus par une angoisse existentielle. Ses figures ont la couleur du sang ou de la chair crue, ils se tordent, s’agitent, s’enroulent sur eux-mêmes, pourrissent de l’intérieur, se déforment, se vrillent, sont écorchés. Bacon s’inspire du travail du photographe Muybridge, de Picasso, de Vélàsquez, de photographies de magazines ou de films. Il peint par séries, des Crucifixions, des Papes, des Van Gohg, des animaux peu définis, des nus masculins, des autoportraits, des portraits d’amis (Lucian Freud, Michel Leiris, etc.) auxquels il inflige des outrages graphiques et chromatiques, toujours en quête d’une perception « du cru et du saisi sur le vif ».













Ecartant les écrans trompeurs de l’être, Bacon est le peintre d’une réalité essentielle. Francis Bacon est l’un des peintres majeurs du XX° siècle.

Il est mort à Madrid (Espagne) en 1992.