En mémoire . . .
Portrait de Varga Feri
"La chose la plus importante de la vie, ce sont les rencontres."
  Notes de biographie              
Piste bibliographique
A lire sur l'artiste :
« Les oeuvres récentes », Cat. d’expo, Galerie La Gentilhommière, Paris, 1946
« Varga », Cat. d’expo., Galerie Cercle Volney, Paris, 1956
« Varga », W. Gewel, in « Literatur Revue » n°3, Allemagne, 1961
« Varga », Cat. d’expo., Galerie Bausback, Mannheim, Allemagne, 1970
A lire de l'artiste :
Souvenirs : Voir adresse site web ci-dessous
Catalogue(s) raisonné(s)
Non réalisé à ce jour.
Site web
Oeuvre déjà vendue par la galerie

Estampe, lithographie, gravure, Varga Feri

Dernière mise à jour pour :
Clin d'oeil à
Dominique Bonneval
Coup de coeur
Chagall Marc
Cimaises
Atelier Lacourière & Frélaut


Voir les oeuvres de :






Varga Feri
Quelques notes de biographie ...

estampe, lithographie, gravure, dessin, livre illustré
estampes, lithographies, gravures, dessins, livres illustrés
signature manuscrite de Varga Feri
ECOLE DE PARIS MONTPARNASSE /1915-1935 / Amédéo Modigliani, Chaïm Soutine, Jacques Lipchitz, Léon Bakst, etc.
timbre postal de Varga Feri
Etude de timbre / MC
Voir tous les timbres
Affiche d'exposition Varga Feri 
  Quelques notes de biographie . . .
Dans les Académies d'art, on peut apprendre tout au plus la technique, l'art ne pouvant s'apprendre. Feri Varga
Varga Feri dans son atelier
Affiche / Feri Varga dans son atelier


Toutes les affiches


Feri (Ferenc) Varga, est né en 1906, à Terézfoeld (Hongrie). Très jeune déjà, le hasard lui fait s’intéresser à l’art et il rêve de devenir sculpteur. Il sera peintre, graphiste, puis tardivement sculpteur. A 14 ans, il apprend les rudiments de la sculpture chez un sculpteur italien. Grâce à une bourse, il s’installe à Paris en 1924, où il suit un enseignement à l’Ecole des beaux-arts, puis à l’Ecole des arts et métiers dont il sortira diplômé. Ce sera pour le jeune homme une période de grande pauvreté matérielle et de grand bonheur aussi. Il rencontre d’autres jeunes artistes hongrois, fait de Montparnasse son quartier privilégié, dessine beaucoup, se nourrit de . . . lait, goûte à l’entraide entre jeunes exilés. Il réalise des caricatures, notamment pour la célèbre revue « L’intransigeant » et fait différents « petits métiers » qui lui permettent de survivre.

Venu à Paris dans l’idée d’être sculpteur, son goût pour la couleur en fait un peintre. Il réalise des projets d’imprimés pour les tissus et la soie. Son art qu’il concentre sur les couleurs et les formes, va à l’abstraction. Varga vivra à Paris quinze ans, jusqu’en 1939. En 1933, il séjourne une année en Espagne. Cette même année, il expose à la Galerie Bonaparte (Paris).

Fuyant l’invasion de Paris en 1940, Il s’installe sur la Côte d’Azur, à Cagnes-sur-Mer (Alpes-Maritimes), dans une époque où cette région est une sorte de centre qui réunit les artistes importants de ce temps. Varga y restera vingt ans. Il rencontre Picasso, Pignon, Cocteau, Jacques Prévert et bien d’autres. Varga illustre plusieurs ouvrages de poètes (Cocteau, Verdet, André Miguel, etc.).















Feri Varga quitte la France pour l’Allemagne en 1961. Après la seconde guerre mondiale, Feri Varga participera à de nombreuses expositions collectives ; plusieurs expositions personnelles montreront son travail en France et à l’étranger (Musée Picasso, Galerie C. Allendy, etc.).



Il vivra en Allemagne jusqu’à sa mort en 1989.