Background Image

Félix Vallotton

"C’est du document sans souffle. Peut-être au retour tirerai-je quelque chose de tout ça, une fois digéré. (jugeant son travail exécuté sur le front de la Grande Guerre)"

Pic

Pic

Quelques notes de biographie

Félix Edouard Vallotton naît à la fin de l’année 1865 à Lausanne où son père tient une droguerie. Il suit des études classiques, obtient son baccalauréat en latin-grec, tout en manifestant déjà son goût pour les arts et la peinture. Félix Vallotton part à Paris suivre les cours de l'Académie Julian ; il est rapidement remarqué et passe le concours d'entrée à l'Ecole des Beaux Arts, où il est reçu (1883). Tout en restant chez Julian à Paris, il revient régulièrement en Suisse pour les vacances. Il fait la connaissance de nombreux artistes suisses (Biéler, Reichlen, Gaulis, Blancpain, etc.) et se lie d'amitié avec Charles Maurin et le graveur Félix Jasinski. Il se passionne pour le portrait. Son art prend souvent une certaine liberté par rapport à l'académisme qu'on lui a enseigné.
L’artiste a de grosses difficultés financières. Il expose pour la première fois au Salon des Indépendants(1891). Il s’engage après 1890 dans la gravure sur bois, réalise des eaux-fortes en s'inspirant de Rembrandt et de Millet. Le renouveau qu’il insuffle à cette technique ancestrale lui vaut rapidement une notoriété internationale d’artiste à la pointe de la modernité.
Lié d’amitié avec Vuillard, Bonnard et Maurice Denis, il rejoint le groupe des nabis et devient le principal illustrateur de La Revue blanche. Son mariage (1899) avec la fille du grand marchand de tableaux Alexandre Bernheim marque un tournant dans sa carrière. Il se consacre désormais à la peinture, sa vocation première.
En 1900, il se fait naturaliser français. Son art ne rompt pas avec la tradition mais la bouleverse par de puissants effets décoratifs, par une palette où des tons sourds alternent avec les couleurs les plus éclatantes, souvent dissonantes, parfois irréelles. Farouchement indépendant, il élabore en quelques années un style singulier. En outre, Félix Vallotton est un dessinateur prolifique, il s’essaye à la sculpture et aux arts appliqués, il écrit (critiques d’art, romans, pièces de théâtre, essais, journal, etc ).
Secret et passionné, réfléchi et sensuel, misanthrope et séducteur, aspirant au bonheur mais se régalant de souffrance, l’homme est aussi complexe que son art est savant sous une apparente simplicité. Il a appartenu aux sociétés d’artistes les plus prestigieuses, il a participé à toutes les grandes expositions internationales dont ,en 1903, au premier Salon d'Automne, dont il est membre fondateur, ou à la Sécession de Vienne (Autriche), où il présente une dizaine de peintures et où il reçoit les félicitations de Gustav Klimt et de Hödler.
Vallotton aura fait de nombreux voyages (Allemagne, Hollande, Suède, Italie, etc.), aura lié encore de nombreuses amitiés (Manguin, Marquet, etc). En 1909, il participe à la Fondation de l'Académie Ranson, avec Vuillard, Bonnard, Denis et Roussel, tandis qu'à Zurich, le Künstlerhaus organise la première exposition qui lui est totalement consacrée. Les expositions qui lui sont dédiées se multiplient.
L'été 1914, Félix Vallotton est à Honfleur, lorsque se déclare la guerre. Il cherche à s'engager volontaire, mais il est refusé en raison de son âge. En 1917, il visite le front qui lui inspire une série de paysages de guerre. A la fin de la Grande Guerre, Il entreprend différents voyages au travers les régions de France jusqu'en 1924, tout en continuant de peindre alors que la maladie le gagne.
En 1925, Félix Vallotton est hospitalisé à Paris pour subir une opération. L’artiste, qui venait d’avoir 60 ans, meurt des suites de l’intervention.

"Les paysages de Vallotton ne sont pas des interprétations, mais des équivalences." Antonin Artaud

  • ALERTE ARTISTE

    Vous souhaitez être informé des nouvelles oeuvres en stock pour cet artiste ? Saisissez votre adresse email pour déposer une alerte

Les artistes s'affichent

L'art et les artistes s'affichent : manifestes, galeries, musées, expositions personnelles ou collectives. Sur les murs ou dans les vitrines, sages ou rebelles, les affiches préviennent, argumentent, montrent. Certaines ont été composées spécialement par un artiste pour tel ou tel événement, d'autres austères n'ont que la lettre.

Quelques unes ont été créées en technique lithographique, la plupart sont de simples reproductions offset. Nombreux sont ceux qui aiment à collectionner ces rectangles d'art, papier brillant ou papier mat, monochromes ou en jeux de couleurs, de beaucoup de mots ou presque muettes.

Nous sommes heureux aussi de pouvoir saluer, par le biais de cette rubrique, des galeries mythiques comme celles de Denise René, Louis Carré, Claude Bernard, Berheim Jeune, Maeght, Pierre Loeb et d'autres encore.

Pic

Catalogue(s) raisonné(s)

Catalogue(s) raisonné(s)
Tous les catalogues raisonnés

Piste bibliographique & autres

A lire sur l'artiste :
  • « Documents pour une biographie … », 3 Vol., Ed. Bibliothèque des arts, 1973
  • « F. Vallotton. La vie, la technique, l'oeuvre peint », M. Ducrey, Edita, 1989
  • « Félix Vallotton », collection Noir et Blanc, Ed. Sauret, Monaco, 1993
  • « Le très singulier Vallotton », D. Brachlianoff et autres, R.M.N., 2001
A lire de l'artiste :
  • « Les soupirs de Cyprien Morus » (Roman), Ed. Les Trois Collines, Paris, 1944
Site internet :
http://www2.unil.ch/fvallotton/

En savoir plus :


Mouvements de l'art

+ NABIS / 1888-1910 / Paul Sérusier, Paul Ranson, Henri Gabriel Ibels, Maurice Denis, etc.
Tous les mouvements de l'art

Voir & découvrir

Au-delà des oeuvres actuellement en stock, il m’a semblé utile de vous donner à voir ou à connaître d’autres oeuvres de l'artiste. Ces pièces, vendues ou retirées de la vente, ont été dans le stock de la galerie dans un passé récent.

Cette rubrique vous permettra de mettre une image sur un titre ou l’inverse, ou tout simplement d’en découvrir un peu plus sur l’oeuvre de l'artiste. Quelle que soit la raison, pour le plaisir des yeux ! Michelle Champetier

Voir et découvrir