En mémoire . . .
Portrait de Ben (B. Vautier)
"Attention, la culture manipule."
  Notes de biographie              
Piste bibliographique
A lire sur l'artiste :
« Ben », Stedelijk museum, Amsterdam, 1973
« Tout Ben », Musées de Nice, 1985
« Ben », Musée de Marseille, 1995
« Les litanies de Ben », P. Tilman, L’Evidence, Fontenay-sous-Bois, 1997
A lire de l'artiste :
« Je cherche la vérité », MAMAC, Nice, 2001
Catalogue(s) raisonné(s)
*« C.R. » en préparation par Ben.
Site web
Oeuvre déjà vendue par la galerie

Estampe, lithographie, gravure, Ben (B. Vautier)

Dernière mise à jour pour :
Clin d'oeil à
Sandrine Richard
Coup de coeur
De Chirico Giorgio
Cimaises
Atelier Lacourière & Frélaut


Voir les oeuvres de :






Ben (B. Vautier)
Quelques notes de biographie ...

estampe, lithographie, gravure, dessin, livre illustré
estampes, lithographies, gravures, dessins, livres illustrés
signature manuscrite de Ben (B. Vautier)
FLUXUS /1960-1972 / Georges Maciunas, Joseph Beuys, George Brecht, John Cage, Robert Filliou, Per Kikerby, Nam June Paik, Wolf Vostell, etc.
ECOLE DE NICE /1965-1975 / Yves Klein, Jean-Claude Farhi, etc.

Affiche d'exposition Ben (B. Vautier) 
  Quelques notes de biographie . . .
"En vérité, tout drapeau dit : suivez-moi et j’aimerais écrire dessus : ne me suivez pas". Ben Vautier
Ben (B. Vautier) dans son atelier
Affiche / Accrochage de Ben Vautier


Toutes les affiches


Benjamin Vautier, dit Ben, est né à Naples (Italie) en 1935 ; il y passera les cinq premières années de sa vie. Après quelques années d’enfance passées entre Suisse, Turquie et Egypte, la mère de l’artiste choisit de s’installer à Nice en 1949. Dès l’age de 15 ans, il travaille comme « garçon à tout faire » dans une librairie (Le Nain Bleu). Il y feuillette les livres d’art et décide que : « Pour que le beau soit beau il faut qu'il choque ou ait choqué ». Le temps passe, Ben fait de nombreuses rencontres (Fontan, Malaval, Arman, Klein, etc.). Il quittera le Nain Bleu, montera une petite papeterie, puis un magasin de disques d’occasion qu’il décore à sa façon. La "boutique" devient peu à peu un lieu de rendez-vous pour la jeunesse qui rêve de « faire du nouveau ».














C’est là qu’Yves Klein lui soumet l’idée d’exposer les grands poèmes à l’encre de chine qu’il compose. En 1959, Ben s’enthousiasme pour le Nouveau Réalisme ; il écrit à Spoerri une lettre qui sera le premier manuscrit de sa revue « Ben Dieu », développant sa théorie du « tout est possible en art », l’art qui se doit à la fois d’apporter un choc et d’être nouveau. L’art de Ben devient un art d’appropriation, ainsi il signe ce qui ne l’a jamais été !














Invité par Spoerri à la Misfits Fair de Londres, il y rencontre Georges Maciunas qui l’invite à rejoindre le groupe Fluxus (« Tout est Art »). C’est l’heure des « Mail Art » où se mêlent poésie, appropriations et mégalomanie, c’est l’heure des happenings, du théâtre et des concerts Fluxus (Les pianos sont cassés, les salles remplies de papiers, etc.).1965, c’est le temps des « actions de rue ». Ben publie une revue qu’il nomme « Tout », distribue ses feuilles d’humeur « J’aime et j’attaque ». Pour l’artiste, la frontière entre l’art et la vie est abolie. Ben s’est exposé souvent et a souvent été exposé (Galerie Tamplon - 1994, Musées de Marseille - 1995, etc.). Ben n’en finit pas de régler ses comptes avec le milieu de l’art, la Culture et avec son ego.