En mémoire . . .
Portrait de César Baldaccini
"Je vais à l’aventure jusqu’au moment où je me trouve devant quelque chose qui m’est étrangère."
  Notes de biographie               coup de coeur
Piste bibliographique
A lire sur l'artiste :
« César par César », Pierre Cabanne, Denoël, 1971
« César », Pierre Restany, André Sauret, 1975
« César », Pierre Restany, La Différence, 1988
« César », Galerie nationale du Jeu de Paume, 1997
A lire de l'artiste :
« Les sept vies de César », Otto Hahn, Faivre, Lausanne, 1988
Catalogue(s) raisonné(s)
César, 1947-1964 », Denise Durand-Ruel, Ed. La Différence, Paris, 1994
Site web
Oeuvre déjà vendue par la galerie

Estampe, lithographie, gravure, César Baldaccini

Dernière mise à jour pour :
Clin d'oeil à
Sandra Corallo
Coup de coeur
Hockney David
Cimaises
Atelier Lacourière & Frélaut


Voir les oeuvres de :






César Baldaccini
Quelques notes de biographie ...

estampe, lithographie, gravure, dessin, livre illustré
estampes, lithographies, gravures, dessins, livres illustrés
signature manuscrite de César Baldaccini
NOUVEAU REALISME /1960-1970 / Gérard Deschamps, François Dufrêne, Raymond Hains, etc.
SCULPTURE MODERNE /1930-1970 / William Kenneth Armiage, Constantin Brancusi, Anthony Caro, Naum Gabo, Pablo Gargallo, Isamu Noguchi, etc.

Affiche d'exposition César Baldaccini 
  Quelques notes de biographie . . .
"J'appelle mes compressions des compressions, mes expansions des expansions. La victoire de Villetaneuse, Ginette, L'Hommage à Léon, j'appelle ça des sculptures. " - César
César Baldaccini dans son atelier
Affiche / César dans son atelier


Toutes les affiches


César est né à Marseille en 1921. A 12 ans, il quitte l’école communale pour aider son père, tonnelier. A quinze, on l’inscrit à l’Ecole des Beaux-Arts de Marseille. Il fréquente les cours du soir de dessin, puis s’intéresse à la sculpture jusqu’en 1939.

En 1942, il reçoit une bourse d’études et rejoint Paris. Il fréquentera, pour dix ans et à sa manière, l’Ecole des Beaux-Arts ; il travaille dans les ateliers de Gaumont et d’Alfred Jeanniot et sera nommé Grand Massier de la dite école. Il habite à cette période la même maison qu’Alberto Giacometti.

En 1944, à court de ressources, il regagne Marseille, pour rejoindre à nouveau Paris, l’année suivante. Les années 50 font découvrir son travail et ses premières expositions datent de cette période. L’une de ses oeuvres (« Le poisson ») rentre au Musée d’Art Moderne de Paris en 1955. Désormais, il expose sans cesse, participant à de nombreux Salons en France et à l’étranger. César y reçoit de nombreux prix. Son oeuvre fait l’objet d’une foule d’expositions personnelles (Japon, Etats-Unis, Hollande, France, Italie, etc.). Viendront, plus tard, d’importantes rétrospectives. En 1970, il sera nommé professeur chef d’atelier à l’Ecole des Beaux-Arts de la Ville de Paris.














César, sa vie durant, sera animé par « l’amour du métier » et par une extraordinaire volonté à innover. L’humour de l’homme ne manque pas et transparaît dans son oeuvre. Pablo Picasso est sa référence majeure, mais aussi Alberto Giacometti, Germaine Richier, Pablo Gargallo et Julio Gonzales. Il touchera à la maturité de son style et à la consécration sociale à la fin des années 50. Les fameuses Compressions, assimilées par certains à un geste dada, naissent en 1960 ; elles feront scandales. Viendront les Empreintes géantes (pouce, sein, etc.), l’emploi du polyuréthane, les Expansions, puis l’heure des spectacles de son art qu’il se plait à donner.














César est mort à Paris en 1998.