En mémoire . . .
Portrait de Jorn Asger
"Le style est l’expression d’un contenu bourgeois et on appelle goût ses diverses nuances."
  Notes de biographie               coup de coeur
Piste bibliographique
A lire sur l'artiste :
« Asger Jorn » 2 Vol, T. Andersen & G. Atkins Lund Humphries London 1977 et 1980
« Asger Jorn », Kunstmuseum, Silkeborg, 1982
« Asger Jorn », Musée de Nimes, 1987
« La planète Jorn, 1914-1973 », L. Gervereau & autres, Adam Biro, Paris, 2002
A lire de l'artiste :
« Discours aux pingouins et autres écrits », ENSBA, Paris, 2002
Catalogue(s) raisonné(s)
*« Peintures », 3 Vol., Guy Atkins, Borgers Vorlag, Copenhague/Londres, 1968, 1977 & 1980
Asger Jorn, oeuvre graphique », Van de Loo, Ed. Galerie Van de Loo, Munich, 1976
A bibliography of Asger Jorn's writings », Hofman Hansen , Ed. Silkeborg Kunstmuseum, 1988
*« Peintures 1930-1973 - Revised supplement », Guy Atkins et Troels Andersen, Borgers Vorlag, Copenhague, 2006
*« Werkverzeichnis der Skizzenbücher - Catalogue of Sketchbooks », Gerd Presler, Silkeborg Kunstmuseum, 2006
Werkverzeichnis der Druckgraphik - Catalogue raisonné of prints », Galerie van de Loo (Munich) et Silkeborg Kunstmuseum, Silkeborg Kunstmuseum Forlag, 2010
Site web
Oeuvre déjà vendue par la galerie

Estampe, lithographie, gravure, Jorn Asger

Dernière mise à jour pour :
Clin d'oeil à
Sandra Corallo
Coup de coeur
Hockney David
Cimaises
Atelier Lacourière & Frélaut


Voir les oeuvres de :






Jorn Asger
Quelques notes de biographie ...

estampe, lithographie, gravure, dessin, livre illustré
estampes, lithographies, gravures, dessins, livres illustrés
signature manuscrite de Jorn Asger
COBRA /1948-1951 / Christian Dotremont, etc.
Affiche d'exposition Jorn Asger 
  Quelques notes de biographie . . .
"Formes magiques, stèles agissantes, manifestations d’une vieille enfance de l’art, on peut tout représenter." - Asger Jorn
Jorn Asger dans son atelier
Affiche / Asger Jorn dans son atelier


Toutes les affiches


Asger Oluf Jorgensen, Jorn, est né en 1914 à Vejrum (Danemark). De 1936 à 1939, il travaille dans l’Académie Contemporaine de Fernand Léger, puis assiste Le Corbusier dans la décoration du pavillon des Temps Nouveaux de l’Exposition Universelle. La première exposition personnelle d’Asger Jorn est organisée à Copenhague (Danemark, 1938).

Pendant la guerre, Jorn vit au Danemark ; il peint à cette période des toiles qui sont influencées par Ensor, Kandinsky, Klee ou Miro. Il collabore à la revue « Helhesten ». Dans l’immédiat après-guerre, sous le nom d’Asger Jorn, il participe à tous les mouvements d’avant-garde. Il rejoint les surréalistes révolutionnaires en 1945.

En 1948, il sera membre fondateur du mouvement Cobra (Appel, Constant, Corneille, Dotremont, etc.), dont il sera le théoricien. Sa première exposition personnelle parisienne se tiendra Galerie Breteau en 1948. Il peint alors des toiles très colorées où il reconstruit « le monde animal et végétal du symbolisme ». Asger Jorn écrit de la poésie et des essais sur l’art (« Théorie organique de l’art », etc.).















Pauvre et malade, il retourne vivre au Danemark en 1951 ; il commence un travail intensif sur la céramique en 1953. Jorn s’installe à Albisola (Italie) en 1954. Fin 1953, il crée le mouvement international pour un Bauhaus imaginiste, une sorte de prolongement du mouvement Cobra, puis participe en 1957 à l’International situationniste. A la toute fin des années 50, Jorn entreprend de repeindre des tableaux de peintres pompiers trouvés aux Puces de Paris ; ce seront les séries « Modifications » et « Défigurations ». Il réalisera par la suite un ensemble de « drippings », puis, à partir de 1964, une série de « Décollages » dans lesquels apparaissent des personnages aux formes simplifiées.















Homme engagé, Jorn se battra toute sa vie pour une liberté totale de l’art. Il réalisera une oeuvre multiple, peinture, écriture, collage, tapisserie, sculpture dans les dernières années de sa vie, céramique, produisant une oeuvre sur papier qui compte (gravures, lithographies, illustrations d’ouvrages, dessins). Jorn mettra aussi son art au service de sa rébellion contre le sacré. Il publie « La langue verte et la cuite » en 1968, un pamphlet contre le structuralisme.

Asger Jorn est mort en 1973 à Aarhus (Danemark).