En mémoire . . .
Portrait de Saura Antonio
"Si je ne pouvais pas peindre,j'aurais recours à d'autres moyens pour m'exprimer : poignarder les murs...crier.»"
  Notes de biographie               coup de coeur
Piste bibliographique
A lire sur l'artiste :
«Antonio Saura», Fondation Miro, Barcelone, 1980
«Antonio Saura : Peintures 1956-1985», Musée d'Art et d'Histoire, Genève, 1986
«Antonio Saura», Biennale de Venise, 1995
«Antonio Saura» Museo Casa de la Moneda, Madrid, 2000
A lire de l'artiste :
«Contra El Guernica. Libelo», Ediciones Turner, Madrid, 1982
Catalogue(s) raisonné(s)
*« Antonio Saura, l'oeuvre gravé 1958-1984 », M. Galfetti, Ed Rivière, Paris, 1985
L'oeuvre imprime 1958-1984 », M. Galfetti, Cabinet des estampes, Genève, 1985
L'oeuvre imprimé, la obra grafica », P. Cramer et O. Weber-Caflisch, Ed. P. Cramer, Genève, 2000
Site web
Oeuvre déjà vendue par la galerie

Estampe, lithographie, gravure, Saura Antonio

Dernière mise à jour pour :
Clin d'oeil à
Sandra Corallo
Coup de coeur
Hockney David
Cimaises
Atelier Lacourière & Frélaut


Voir les oeuvres de :






Saura Antonio
Quelques notes de biographie ...

estampe, lithographie, gravure, dessin, livre illustré
estampes, lithographies, gravures, dessins, livres illustrés
signature manuscrite de Saura Antonio
ART LYRIQUE ou INFORMEL, TACHISME /1950-1960 / Jackson Pollock, Emil Schumacher, etc.
timbre postal de Saura Antonio
Etude de timbre / MC
Voir tous les timbres

Affiche d'exposition Saura Antonio 
  Quelques notes de biographie . . .
"Le peintre a l’habitude d’être considéré comme un être nécessairement inspiré, mais indigne de s’exprimer par tout autre biais que la peinture, tant il serait dépourvu de rouerie intellectuelle et de vision totalisante. Cependant, les grands peintres ont toujours pensé avec justesse." - Antonio Saura
Saura Antonio dans son atelier
Affiche / A. Saura dans son atelier


Toutes les affiches


Antonio Saura devant sa toileAntonio Saura est né en 1939 à Huesca (Espagne). Il commence à peindre à l’âge de 18 ans, mais ne fera jamais d’études artistiques. Son enfance est marquée par la guerre civile espagnole et les visions d’horreur qu’il en a le marqueront à jamais. Sa première exposition personnelle sera organisée en 1950 (Saragosse).

Antonio Saura rejoint Paris en 1953 pour travailler avec le groupe surréaliste. Profondément déçu par cette expérience, il se réfugie dans une peinture informelle qui lui semble seule capable de libérer l’expression d’un automatisme psychique pur. En 1957, Saura est cofondateur du groupe El Paso (Madrid), groupe qui tentera de donner une impulsion nouvelle à l’art espagnol contemporain et de défendre l’Art informel. L’artiste prône le rejet des critères classiques à la peinture : figuration, composition, équilibre, beauté. Il peint des « Portraits imaginaires » en hommage aux maîtres de la peinture espagnole, des « Femmes », des « Foules », des « Crucifixions ».

A la fin des années 70, Saura peint des toiles de grandes dimensions d’où émergent des « Ecorchés » ; l’artiste est fasciné par le monstrueux, le convulsif, l’intense, mariant amour et cruauté qu’il juge indissociables (séries de portraits de Dora Maar). En 1991, puis en 1995, Antonio Saura travaillera auprès de son frère, le célèbre réalisateur de cinéma Carlos Saura, sur deux versions de l’opéra Carmen.














L’année 1994 est consacrée à une série de 365 dessins, « Diaro 1994 ». Il réalisera des peintures monumentales pour des commandes publiques, puis de front, tout au long de sa carrière artistique, un important ensemble d’oeuvres sur papier, gravures et lithographies.

Amoureux éperdu du livre dont il disait ne pouvoir se passer du contact, il illustrera naturellement de nombreux ouvrages. Son oeuvre est aux cimaises de tous les plus grands musées du monde.



Antonio Saura est mort à Cuenca (Espagne) en 1998.