En mémoire . . .
Portrait de Masson André
"Une partie de l’image signifiante est remplacé par autre chose qui s’y substitue . . ."
  Notes de biographie               coup de coeur
Piste bibliographique
A lire sur l'artiste :
« A. Masson et les puissances du signe », R. Passeron, Denoël, 1975
« André Masson », W. Rubin, MNAM, Paris, 1977
« André Masson, la chair du regard », Bernard Noël, Gallimard, 1993
« André Masson », Dona Ades, Albin Michel, 1994
A lire de l'artiste :
« Entretiens », G. Charbonnier, Julliard, Paris 1958 / A Dimanche Marseille 1995
Catalogue(s) raisonné(s)
André Masson, gravures, 1924-1972 », Roger Passeron, Ed. Office du Livre, Weber, Fribourg - Paris, 1973
*« Les sculptures », Roger Passeron, Il Quadrante Ed., Turin, 1987
L’oeuvre gravé, surréalisme 1924-1949 », Vol. I, Lawrence Saphire, Blue Moon Press, New York, 1990
Les livres illustrés », L. Saphire et P. Cramer, Ed. P. Cramer, Genève, 1994
Site web
Oeuvre déjà vendue par la galerie

Estampe, lithographie, gravure, Masson André

Dernière mise à jour pour :
Clin d'oeil à
Sandra Corallo
Coup de coeur
Hockney David
Cimaises
Atelier Lacourière & Frélaut


Voir les oeuvres de :






Masson André
Quelques notes de biographie ...

estampe, lithographie, gravure, dessin, livre illustré
estampes, lithographies, gravures, dessins, livres illustrés
signature manuscrite de Masson André
SURREALISME /1924-1969 / Marcel Duchamp, Dora Maar, Kurt Schwitters, Taro Okamoto, Antonio Berni, etc.
ATELIER 17 /1927-1965 / Anton Prinner, Mauricio Lasansky, Jacques Lipchitz, Mark Rothko, etc.

Affiche d'exposition Masson André 
  Quelques notes de biographie . . .
"La guerre m'a fait homme." - André Masson
Masson André dans son atelier
Affiche / André Masson dans son atelier


Toutes les affiches


Grièvement blessé au Chemin des Dames en 1917, André Masson en gardera toute sa vie une sensibilité exacerbée. Les massacres, le sang, la mort, la violence extrême, la crudité des corps, seront des constantes dans son oeuvre.

Né en 1896, il fait ses études à l’Ecole des Beaux-Arts de Bruxelles (1908-1912). Venu à Paris (1922), il subsiste difficilement, rencontre Max Jacob, Miro. Il rejoint les surréalistes en 1923, devient un proche d’Artaud, de Michel Leiris et d’André Breton. En 1929, il rompt avec Breton et se rapproche de Georges Bataille, publie des illustrations dans les revues «Acéphale» et «La révolution surréaliste». Il part pour l’Espagne où il vit de 1934 à 1937, s’engageant dans la guerre civile contre le Franquisme.

Il collaborera à la revue «Minotaure» à partir de 1937. Masson s’exile aux Etats-Unis pendant la seconde guerre mondiale. Là, il influencera durablement Jackson Pollock avec lequel il s’est lié.













Sa première exposition est organisée en 1928, ce sera le début d’une très longue liste de manifestations qui mèneront son oeuvre à être accroché sur les cimaises des musées du monde entier. Après sa mort (1987), d’importantes rétrospectives seront organisées (Albi, Aix-en-Provence, Paris, Kunstmuseum de Bern, etc.).














Masson commencera son travail par une peinture qualifiée de traditionnelle, il sera plus tard influencé par le fauvisme et Cézanne. Viendra le symbolisme qui s’instaurera résolument dans son art. Il fera des dessins automatiques, des toiles surréalistes, produira un ensemble très important d’oeuvres sur papier (gravure, lithographie, dessin), abordera la sculpture, illustrera les poètes.